Ceux qui ont voté pour François Legault et la Coalition avenir Québec parce qu’ils estiment qu’il faut mettre la pédale douce sur l’immigration ont fait fausse route.

Laura-Julie Perreault Laura-Julie Perreault
La Presse

En 2019, si la tendance se maintient, le Québec aura reçu un plus grand nombre de travailleurs étrangers sur son territoire qu’au cours des 10 dernières années. Et tout ça, en respectant scrupuleusement des quotas d’immigration revus à la baisse de 20 %.

Vous êtes bluffés ? L’explication est pourtant toute simple. Pendant que le gouvernement de la CAQ limite l’immigration permanente, celle qui est comptée dans le fameux quota de 40 000 qu’il défend becs et ongles, il encourage l’immigration temporaire, qui n’y est pas comptabilisée. Tadam !

En moins de six mois en 2019, presque autant d’étrangers – soit près de 16 000 – ont reçu un visa qui leur permet de travailler au Québec de manière temporaire qu’au cours de toute l’année 2018 ou des années précédentes.

Par extrapolation, ce chiffre pourrait atteindre 30 000 avant la fin de l’année. Malheureusement, malgré nos demandes répétées, nous n’avons pu obtenir de statistiques plus à jour.

Si on additionne ces employés temporaires aux immigrants qualifiés permanents prévus dans les seuils d’immigration, on arrive à 49 500, un record annuel pour le nombre de travailleurs étrangers accueillis par le Québec en 10 ans (voir graphique).

***

En soi, ce n’est pas du tout une mauvaise nouvelle. Le Québec est en pleine pénurie de main-d’œuvre. L’arrivée de ces travailleurs, que leur statut soit temporaire ou permanent, est un vrai cadeau du ciel pour les employeurs et pour l’économie du Québec.

D’ailleurs, un rapport publié cette semaine par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) démontre que la métropole doit à l’immigration sa croissance économique exemplaire. Les nouveaux arrivants ont pourvu les trois quarts des postes créés depuis 2009. En 2018, ils ont assuré à eux seuls la totalité de la croissance de l’emploi, écrit la CMM. Et les besoins en main-d’œuvre sont toujours grands. En juin 2019, un rapport d’experts faisait état de 120 000 postes à pourvoir dans la province.

Du coup, les entreprises québécoises sont nombreuses à recruter elles-mêmes leurs travailleurs temporaires à l’étranger. Le processus est coûteux, mais porte ses fruits rapidement. Selon Montréal international, qui participe au recrutement, le processus bureaucratique, qui implique le provincial et le fédéral peut se faire en quelques jours dans certains cas. En comparaison, le processus d’immigration permanente pour les travailleurs qualifiés vivant à l’étranger prend actuellement des années.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

« En 2019, si la tendance se maintient, le Québec aura reçu un plus grand nombre de travailleurs étrangers sur son territoire qu’au cours des 10 dernières années », écrit notre éditorialiste.

Ce qui est le plus dérangeant dans tout ça, c’est le double discours que le gouvernement continue de tenir sur l’immigration.

D’un côté de la bouche, il dit à ceux qui ont des inquiétudes identitaires qu’il « prend moins [d’immigrants], mais qu’il en prend soin », alors qu’en fait, il sait très bien que c’est le bar ouvert pour les employeurs en mal de main-d’œuvre.

***

LA CAQ n’a pas caché qu’elle voulait faire plus de place à l’immigration temporaire, qui est pourtant surtout gérée par le fédéral. Dans son Plan d’immigration pour l’année 2019, Simon Jolin-Barrette dit vouloir « miser » sur l’apport de ces travailleurs pour « répondre aux besoins du marché ». Le gouvernement investit même des millions de dollars pour aider les employeurs québécois à les recruter aux quatre coins du monde.

Le problème, c’est que cette transformation tranquille du système d’immigration n’a pas fait l’objet de débats au sein du Parlement ou de la société québécoise. Encore une fois, le gouvernement fait cavalier seul.

L’immigration temporaire a des vertus, mais n’est pas une panacée. Premièrement, elle ne prend pas en compte la connaissance du français. Les travailleurs sont choisis pour leurs compétences par les employeurs et non pas pour leurs aptitudes linguistiques. Le gouvernement caquiste permet à ces nouveaux arrivants de profiter des cours de francisation gratuitement, mais encore faut-il qu’ils trouvent le temps d’y assister. Après tout, ils viennent au pays pour travailler.

Deuxièmement, ce système donne beaucoup de pouvoir aux entreprises puisque le statut de l’immigrant est lié à son emploi. La plupart des patrons se comportent bien, mais certains ambitionnent sur le pain bénit et profitent de la précarité des travailleurs pour exiger des heures supplémentaires non payées et tourner les coins rond en matière de conditions de travail. Ces mêmes employeurs ont aussi le pouvoir de renvoyer les éléments récalcitrants. Ces derniers perdent alors autant leur boulot que leur droit de rester au pays.

Par ailleurs, l’immigration temporaire n’est pas toujours la solution préférée des employeurs, qui ne peuvent pas planifier à l’avance si ceux qu’ils recrutent à l’étranger resteront à long terme.

Par contre, si ces travailleurs se plaisent dans leur nouvelle vie et décident de s’installer au Québec pour de bon, ils seront alors soumis aux mêmes quotas que les autres immigrants permanents et devront attendre leur tour dans la longue file. Dans la plus grande incertitude. Cette file d’attente est elle-même le résultat de ce même quota que le gouvernement contourne en encourageant les employeurs québécois à avoir davantage recours aux immigrants temporaires.

Tout ça a de quoi rappeler la maison de fous d’Astérix ! Pour en sortir, le gouvernement de François Legault devra admettre que ses seuils d’immigration arbitraires sont beaucoup trop bas dans les circonstances économiques actuelles du Québec plutôt que de faire des entourloupettes pour sauver les apparences.

Les travailleurs temporaires : mode d’emploi

Un des principaux programmes d’immigration temporaire au Canada est le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET), géré principalement par Ottawa. Il permet aux employeurs de recruter à l’étranger quand ils ont fait la démonstration qu’ils ne trouvent pas de candidats convenables au pays. Ce programme permet autant d’embaucher des travailleurs agricoles saisonniers que des employés dans des domaines de pointe.