Si un gouvernement réduit de quelques milliers de dollars le budget des bibliothèques scolaires, les chroniques indignées se multiplieront. S’il injecte 5 millions, les textes seront rares. Bah, on le savait, c’était une promesse électorale et le chiffre apparaissait dans le dernier budget…

Paul Journet Paul Journet
La Presse

Permettez-nous pourtant d’applaudir l’annonce faite hier par le gouvernement Legault de dégager cinq millions pour l’achat de livres dans les bibliothèques des écoles primaires et secondaires. Cela fait passer le budget annuel de 15 à 20 millions. Une hausse de 33 %.

Il paraît loin, le temps où Yves Bolduc, ex-ministre libéral de l’Éducation, justifiait les compressions de commissions scolaires dans l’achat de livres en assurant « qu’il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça ». Certes, le gouvernement Couillard avait mis fin à ces compressions et il avait ensuite adopté un Plan d’aide au livre, qui prévoyait une hausse de 870 000 $ au budget des écoles pour l’achat de livres jeunesse édités au Québec.

PHOTO GETTY IMAGES

« Avec les 5 millions additionnels, les caquistes donnent un nouvel élan aux bibliothèques », écrit Paul Journet.

Avec les 5 millions additionnels, les caquistes donnent un nouvel élan aux bibliothèques. Et ils aideront en même temps nos librairies agréées où ces livres devront être achetés.

Depuis leur élection, on accuse les caquistes de ne pas avoir de projet en culture à part repiquer la Politique culturelle présentée par les libéraux en juin 2018, et bien reçue par le milieu. Avec cette annonce, le gouvernement Legault fait un premier pas dans la bonne direction.