Depuis plusieurs années, une tendance lourde se dessine : le Québécois boit de plus en plus sa bière en canette plutôt qu’en bouteille. 

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

L’affaire a provoqué toutes sortes de discussions entre le gouvernement provincial, les grands brasseurs, les microbrasseries et les écologistes. Mais au bout du compte, on a oublié de parler au premier acteur concerné : le buveur de bière lui-même. Cet être qui, même s’il est occupé à se désaltérer, peut réfléchir aux conséquences environnementales de ses choix si on daigne l’en informer.

En 2011, 85 % de la bière qui se buvait au Québec l’était dans des bouteilles réutilisables (les bonnes vieilles bouteilles brunes de 341 millilitres). En 2017, la part de marché de ces bouteilles n’était plus que de 26 %. Cette chute rapide est à déplorer. La bouteille de bière brune de 341 millilitres fait partie d’un ingénieux système dans lequel les bouteilles sont lavées et réutilisées en moyenne 15 fois. Mise en place par les grands brasseurs eux-mêmes afin de réduire leurs coûts d’achat de bouteilles, cette façon de faire conduit à des gains environnementaux. Selon une étude de cycle de vie menée pour le compte de Recyc-Québec, la bouteille réutilisable est la façon la plus écologique de boire de la bière. Soulignons aussi que cette économie circulaire crée de l’emploi au Québec. Les bouteilles sont lavées à Laval et refondues dans l’usine Owen-Illinois, à Pointe-Saint-Charles.

PHOTO JEFF MCINTOSH, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Le Québécois boit de plus en plus sa bière en canette plutôt qu’en bouteille. 

Plusieurs facteurs ont contribué à la chute de la bouteille brune. Il y a d’abord eu l’arrivée de bières importées comme la Corona ou la Heineken, vendues dans des bouteilles transparentes ou vertes qui ne peuvent être intégrées dans le système de réutilisation. Puis des bières de microbrasseries vendues dans toutes sortes de contenants sont arrivées sur les tablettes des dépanneurs. Mais c’est finalement la montée de la canette qui a eu l’impact le plus important.

Recyc-Québec a longtemps imposé un quota obligeant les brasseurs à ne pas mettre plus de 37,5 % de bouteilles à usage unique sur le marché. Mais un reportage de La Presse a récemment révélé que ce plafond avait été levé en 2017 sans tambour ni trompette. Les brasseurs ne respectaient plus ces quotas et préféraient payer des amendes.

Les brasseurs et Recyc-Québec affirment que le mouvement des consommateurs vers la canette était tel qu’il n’y avait rien à faire pour le freiner – ni les quotas ni les amendes. Des écologistes prétendent plutôt que ce sont les brasseurs et les détaillants qui ont poussé les canettes auprès des consommateurs, las du système de bouteilles réutilisables qui est certes économique, mais lourd à gérer.

Déterminer si les consommateurs boivent plus de canettes parce qu’il y en a plus sur le marché ou s’il y a plus de canettes sur le marché parce que les consommateurs en boivent plus est une question presque philosophique dont on pourrait débattre longtemps. 

Dans tous les cas, reconnaissons que justifier l’abolition d’une règle environnementale par le fait que les fabricants ne la respectaient pas est un très mauvais signal à envoyer.

Les brasseurs, aujourd’hui, sont libérés de toute obligation. Ils n’ont ni quota à respecter ni amende à payer. C’est l’environnement qui est perdant.

Évitons toutefois de dramatiser. Oui, la bouteille réutilisable apporte un gain environnemental sur la canette. Mais cette dernière est loin de représenter le scandale environnemental du siècle. Récupéré par la consigne ou même le bac de récupération, l’aluminium a une réelle valeur sur le marché du recyclage. Au moment où on voit des bateaux faire l’aller-retour entre le Canada et l’Asie chargés de plastique dont personne ne veut, les vieilles canettes d’aluminium, elles, sont bel et bien retransformées en nouvelles canettes ou autres produits d’aluminium. Ces contenants légers occupent aussi moins d’espace et sont moins lourds, ce qui facilite leur transport et conduit à des économies de carburant.

Dans toute cette histoire, on a finalement oublié un acteur central : le buveur de bière. Les brasseurs et Recyc-Québec affirment que c’est lui qui est à l’origine de la montée de la canette.

Pourtant, on n’a pas fait assez d’efforts pour lui expliquer la valeur écologique de ses choix.

Recyc-Québec a bel et bien fait la promotion de la bouteille brune il y a plusieurs années. « Après s’être fait laver, elle revient toujours en force », affirmait notamment à l’époque le matériel promotionnel. Pourquoi ne pas avoir ressorti cette excellente campagne au moment où la bouteille réutilisable perdait du terrain au profit de la canette ?

C’est maintenant l’association Consignéco, issue d’une entente entre les brasseurs et Recyc-Québec, qui s’occupe des efforts de sensibilisation. Mais elle se contente surtout de faire la promotion de la consigne en général. Or, qui sait, aujourd’hui, qu’il est plus écologique de boire sa Molson dans une bouteille brune que dans une canette… mais que l’inverse est vrai pour la Heineken, parce que la bouteille verte n’est pas réutilisable et que la canette, dans ce cas, est un meilleur choix ?

Alors que les brasseurs se disputent férocement les parts de marché, des messages du genre « la bouteille que vous tenez à la main a été réutilisée 15 fois et a un impact environnemental moindre qu’une canette » auraient pu inciter les consommateurs à choisir la bouteille réutilisable. Si on tient réellement à maintenir ces contenants en circulation, qu’attend-on pour passer le message auprès de ceux qui les achètent ?