Un grand nombre de lecteurs ont répondu à notre appel à tous lancé jeudi. Voici un aperçu des courriels reçus.

Publié le 29 mai 2021

Une preuve de vaccination

Je suis camionneuse, je passe les douanes depuis 20 ans chaque semaine ! Ils ont déjà commencé à demander si vous êtes vacciné, alors je crois que la meilleure manière est d’avoir la preuve du vaccin.

Vicky Gilbert

Le 1er juillet

L’ouverture de la frontière terrestre devrait se faire le 1er juillet pour la saison estivale ! Comme le font certains pays en Europe, avec une preuve de vaccination et sans quarantaine. Notre industrie touristique en a besoin. Les gens vaccinés ne posent pas de risque aux autres et devraient finalement pouvoir circuler librement.

Catherine Ernst, Montréal

Winnipeg oui, Miami non ?

Je pense qu’il faut continuer à fermer les frontières avec des pays à risque comme l’Inde. Par contre je ne comprends pas du tout l’entêtement du gouvernement fédéral à garder la frontière avec les États-Unis fermée. Ils sont très avancés en vaccination et ne représentent donc pas un risque important. Surtout, je ne comprends pas que je puisse prendre l’avion pour Winnipeg où la pandémie est quasi hors de contrôle. Je peux ensuite revenir chez moi sans aucune quarantaine, mais par contre, si je vais à Miami, je suis soumis à un protocole coûteux au retour.

David Flahaut

Septembre ou octobre…

Je crois honnêtement que quelqu’un qui a reçu ses deux doses de vaccin et qui a une preuve de cela devrait pouvoir traverser les frontières. À mon avis, vers septembre ou octobre et bien sûr sans faire de quarantaine au retour.

Chantal Dubois

À temps pour Thanksgiving !

Il faut que la pleine vaccination soit faite pour 75 % ou plus de la population totale, incluant les enfants et ados, des deux pays avant d’espérer une ouverture de la frontière. Cela ne sera vraisemblablement pas le cas avant septembre ou octobre. Juste à temps pour la prochaine période des Fêtes (Thanksgiving américaine et Noël) !

Martin Lamothe

Seulement avec un passeport vaccinal

Pour quelques années, l’ouverture des frontières devrait être permise seulement pour les gens disposant d’un passeport vaccinal, l’enjeu est trop grand. Tout comme cela prend un permis de conduire pour circuler en voiture, ça devrait prendre un permis pour circuler d’un pays à l’autre. Sinon, le coût social d’une nouvelle pandémie est trop grand pour la sacro-sainte liberté individuelle.

Jocelyn Jeffrey

Et l’avion ?

Les frontières peuvent être franchies par avion et l’ont été depuis le début de la pandémie. Les États-Unis vont ouvrir prochainement leurs frontières et le Canada va suivre comme un bon deuxième de classe.

Alain Brochu, Québec

Trop tôt

Il est trop tôt pour ouvrir de nouveau nos frontières ! On devrait attendre d’avoir franchi le seuil de l’immunité collective et ça, de part et d’autre des frontières. Que ce soit avec les États-Unis ou tout autre pays. Le risque serait lourd de conséquences pour le moral s’il nous fallait gérer de nouveau une nouvelle vague !

France Laroche

Qu’attendons-nous ?

Les taux de personnes vaccinées sont beaucoup plus élevés aux États-Unis que chez nous. Qu’attendons-nous ? Pour inviter les touristes à venir profiter de nos plages et de nos restaurants, supprimons la quarantaine obligatoire pour les vaccinés, et réduisons-la peut-être à cinq jours pour les non-vaccinés. Il y a plein de scénarios possibles, il suffit d’assumer et de tracer la ligne quelque part. Mais pour cet été, le statu quo n’est plus tolérable. La capacité de prise en charge hospitalière n’est plus en jeu. En septembre, il sera toujours possible de restreindre un peu les libertés dès qu’on verra les signes d’une augmentation des cas. Entre-temps, vivons un peu, et faisons vivre nos restaurants, bars et commerces, avant qu’ils ne disparaissent pour de bon.

Claudia Citta

D’où arrivera le prochain variant ?

Tant que la pandémie mondiale ne sera pas contrôlée, il n’est pas sécuritaire d’ouvrir les frontières avec les États-Unis… ni tout autre pays au monde. Le prochain variant arrivera de quel pays ? On ne le sait pas. Celui-là résistera-t-il aux vaccins ? On ne le sait pas. Que les voyageurs du monde découvrent les magnifiques endroits de leur propre région encore cet été serait autrement plus sécuritaire. (Et meilleur pour l’environnement.)

Monique Bourbonnais

Le Maine me manque, mais…

Les plages du Maine me manquent beaucoup, mais je crois sincèrement qu’on devrait attendre en septembre pour ouvrir les frontières avec les États-Unis. Le carnet de vaccination devrait alors être obligatoire, selon moi. D’une infirmière craintive…

Jacinthe Carrier, Sherbrooke

Surtout pas maintenant !

Surtout pas maintenant, ce serait bien le pire moment ! Je dirais mi-septembre ou début octobre. Dommage pour les touristes, mais nous ne pouvons pas nous permettre de courir ce risque au moment où ça va mieux. Visitons donc notre beau Québec. Bon été quand même !

Nicole St-Pierre

Des propriétaires impatients

En tant que propriétaire de deux chalets dans le Maine (à 4 heures de route), j’aimerais que la frontière ouvre dès maintenant. M’y rendre en voiture, d’une traite, test négatif en main à l’aller et au retour serait beaucoup plus sécuritaire que la possibilité de m’y rendre entassée dans un avion (ce que nous envisageons afin de pouvoir en profiter cet été). Quitte à faire une quarantaine de cinq à sept jours et un nouveau test au cinquième jour. Les États frontaliers avec le Québec sont entièrement vaccinés à 70 %, alors pourquoi pas ? Vivement un retour à la normale tout en conservant certaines mesures pour quelques mois.

Valery Dumoulin, Shefford

Ouvertes aux familles, fermées aux touristes

Ma sœur est mariée avec un Américain et il n’a jamais eu de problème à franchir la frontière au cours des 18 derniers mois pour venir voir sa douce moitié. Cela dit, je considère essentiel que les frontières demeurent ouvertes aux familles, mais elles doivent rester fermées au tourisme jusqu’à l’automne au moins, étant donné le grand engouement des Québécois à voyager dans leur province – ce qui est génial – et déjà le manque de disponibilité en hébergement. J’ai enfin le droit de côtoyer ma famille, alors laissez-moi en profiter et respirer l’été en toute sécurité.

Chantal Monette

Exiger la deuxième dose

Franchir une frontière est un privilège qui doit d’abord ne pas mettre en danger les citoyens du pays hôte ni le voyageur. La vaccination est le moyen maintenant disponible et essentiel pour donner accès sécuritairement à ce privilège. Les raisons économiques et sociales pour faciliter le passage aux frontières sont bien connues et évidentes, et j’y ajouterais la suivante. Aux États-Unis et dans une moindre mesure au Canada, on constate un manque d’urgence ou de motivation des citoyens à obtenir la seconde dose de vaccin requise pour assurer une protection maximale face à la COVID-19. Exiger cette seconde dose comme condition pour franchir la frontière pourrait avoir un effet très motivateur pour les gens qui aspirent à voyager. Ça serait une proposition gagnante à tous points de vue.

Maurice Poitras

Massivement vaccinés

Les Canadiens et Américains sont massivement vaccinés, il est temps de rouvrir nos frontières communes et nos économies.

Patricia Hébert