Vous avez été plus d’une centaine à nous éclairer de suggestions pour combattre la morosité pandémique et hivernale. Voici un aperçu des propositions pour mettre de la lumière dans notre hiver confiné.

Publié le 31 janv. 2021

Vélo d’hiver

Prendre le temps de découvrir la pratique du vélo d’hiver ! Avec l’installation et l’entretien des pistes cyclables du REV, le peu de circulation automobile, le temps clément, quel bon moment pour enfin essayer de rouler en ville l’hiver. Cette activité permet de s’aérer tout en découvrant des quartiers sous un nouvel angle hivernal. Ça fait du bien au moral de pouvoir explorer notre nordicité en toute sécurité !

Julie St-Louis

Sentiers de poésie

Moi, je créerais des sentiers de poésie dans tous les parcs de la ville. Oui, comme on le fait déjà en Estrie et à Trois-Rivières. Et je chercherais ou j’ajouterais des poèmes de poètes locaux dans chaque quartier, car il y en a. On peut facilement trouver de beaux textes de sans-abri dans la revue L’Itinéraire qui pourraient justement créer un itinéraire dans la ville, de l’hôtel de ville à toutes les stations de métro et les parcs. Certains organismes communautaires savent également que leurs « participants » écrivent super bien. On pourrait aussi en mettre dans les chalets des parcs.

Lucie Godbout, enseignante

En lumière

Montréal en lumière devrait avoir lieu quand même. Des lumières, des activités et de superbes décorations lumineuses nous feraient le plus grand bien. Des feux d’artifice avant le couvre-feu aussi. Un an de pandémie, ça se fête !

Ginette Collin

Chandelles aux fenêtres

Une idée toute simple : allumons des chandelles aux fenêtres, pour que tout le monde voie que derrière ces fenêtres se cachent des êtres humains solidaires, avec une flamme au cœur qui ne s’éteint pas et qui attendent avec confiance que cette crise prenne fin. Parce qu’une flamme, ça réchauffe, ça éclaire, ça illumine…

Geneviève Duplessis

Encore plus de lumière

Il faut mettre de la lumière dans notre environnement toute l’année pour traverser l’hiver et la pandémie. Le thème à encourager : Montréal, ville lumineuse. Je propose d’ajouter plus de lumière dans les parcs, dans les arbres. Les citoyens pourraient ajouter des sentiers lumineux le long de leur entrée et sur leur balcon. Et ajouter des décorations selon les occasions et les saisons.

Manon Pelland Desmarais

Patiner en musique

En plus de la lumière, je souhaite aussi plus de musique classique dans les aires de patinage libre des parcs montréalais, comme le parc La Fontaine. Comme au temps des villages d’autrefois. Hier, je regardais les gens faire du patin, ces personnes étaient manifestement heureuses de chausser les patins, de remiser au mieux les chaussures, de faire la marche de l’oie dans la neige et, finalement, de s’élancer sur la surface glacée. Sans oublier quelques pirouettes clownesques et des sourires complices… Ne manquait que la musique pour tenter d’imiter les grands ballets !

Clément Perron

La neige me suffit

Tant qu’il y aura de la neige pour chausser mes skis de fond ou mes raquettes, j’aurai en ma possession le nécessaire pour bouger le corps et l’esprit.

Danièle Pachebar

Marcher, s’occuper, partager

La lumière se trouve dehors ! Même par jour gris et maussade, il fait plus clair. Depuis que ma sœur et moi avons commencé à marcher une à deux heures par jour (5 à 8 km), j’ai remarqué une augmentation de notre énergie, de notre bonne humeur, et une meilleure résilience face aux restrictions. C’est difficile de ne pas voir ses enfants, ses petits-enfants et ses amis. En ayant des contacts vidéo, en textant et en appelant ceux-ci, on a moins l’impression d’être isolé. J’aime bien cuisiner et recevoir. Je cuisine toujours et je vais porter mes plats chez mes convives. On peut partager le repas en Zoom. Ce n’est pas parfait, mais c’est mieux que la solitude. Parfois, certaines personnes me retournent les contenants avec un mets qu’ils ont préparé. S’impliquer, partager et se donner de petits objectifs. Voilà une façon de meubler nos journées et chasser la morosité. Restez occupés, restez en santé.

Susie Sicotte

L’art en vitrine

Jour après jour, un nouveau commerce devient un fantôme tapissé de papier blanc. Déprimant et morbide, ma ville se meurt. Pourquoi ne pas demander aux artistes et aux professeurs d’arts plastiques des écoles secondaires et primaires de mettre de la vie et de créer une galerie d’art dans tous ces lieux ? Sortir et parcourir la ville deviendrait une découverte et un enchantement, telles les vitrines des grands magasins à l’époque.

Ginette Chartré

Ma luminothérapie

Tout juste avant la pandémie, je me suis découvert une nouvelle passion : la fabrication de vitraux. Depuis le premier confinement, c’est un pur bonheur pour moi de travailler le verre, les couleurs, la luminosité. Cet hiver, je ne compte plus les heures de plaisir dans mon atelier, c’est ma luminothérapie !

Anne-Marie Jeannotte

Décorations

En ces temps sombres (au propre comme au figuré !), ça prend de la lumière… Donc, on ne range pas les lumières décoratives de Noël. Pour ceux qui l’ont déjà fait, trouvez une façon originale d’illuminer votre demeure, que ce soit à la fenêtre, sur le balcon ou partout autour de la maison. Ça va réchauffer notre cœur et mettre un peu de lueur dans ces jours tellement tristes et déprimants. Et n’oubliez pas de sourire avec vos yeux !

Isabelle Levasseur, Saint Laurent

Cœurs, trèfles et œufs

En février, décorez un ou des arbres sur votre propriété avec de jolis cœurs rouge pour les amoureux ; en mars, avec des trèfles à quatre feuilles pour les descendants d’Irlandais, et en avril, avec des œufs de Pâques pour les enfants. Je le fais depuis plusieurs années et ça suscite toujours sourires et exclamations chez voisins et passants.

Hélène Boudreau

Bonhommes de neige

Je propose d’utiliser la neige en faisant un bonhomme de neige devant chaque maison et édifice. On y ajoute un foulard coloré. Ce serait amusant.

Ginette Tremblay