Immigration : le paradoxe de Montréal

« Alors que les taux de chômage des natifs... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« Alors que les taux de chômage des natifs de Montréal détenteurs d'un baccalauréat est de 3 %, il est de plus de 10 % pour les immigrants avec un diplôme du même niveau », souligne Mia Homsy.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mia Homsy

Directrice de l'Institut du Québec

En collaboration avec la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et Montréal international, l'Institut du Québec a récemment analysé et comparé l'immigration montréalaise à celle des autres grandes villes d'Amérique du Nord.

En raison du vieillissement de sa population, Montréal compte aujourd'hui 115 000 personnes âgées de 25 à 54 ans nées à Montréal de moins qu'en 2006. À elle seule, cette statistique indique bien l'importance d'accueillir un nombre d'immigrants suffisant pour atténuer l'impact de cette baisse.

Alors que les débats publics portent généralement sur les seuils d'immigration annuels, il est beaucoup plus pertinent de se pencher sur l'immigration annuelle nette, c'est-à-dire le nombre d'immigrants qui s'établissent effectivement au Québec.

Pour ce faire, on soustrait le nombre d'immigrants qui quittent le Québec du nombre d'immigrants qui y arrivent. Depuis 2009, le seuil d'immigration pour le Québec est établi à environ 50 000 immigrants par année. Or, de 2009 à 2013, le nombre annuel net d'immigrants à Montréal était légèrement inférieur à 40 000. Depuis 2013, ce nombre s'approche plutôt de 30 000.

Sur les 17 villes comparées au chapitre de la diplomation secondaire et universitaire, la population née à Montréal arrive bonne dernière - et de loin. Les natifs de Montréal sont significativement moins diplômés que ceux des autres grandes villes d'Amérique du Nord.

À l'inverse, les immigrants qui arrivent à Montréal sont parmi les plus scolarisés des villes étudiées. C'est donc ici que les immigrants contribuent le plus à rehausser la diplomation universitaire de la population.

Dans un tel contexte, on s'attendrait normalement à ce que les immigrants à Montréal aient plus de facilité à se trouver un emploi, vu leur plus grande scolarisation. Or, c'est plutôt le contraire qui s'observe.

C'est à Montréal que le taux de chômage des immigrants est le plus élevé relativement à celui des natifs, et ce, pour tous les niveaux de scolarité. Alors que le taux de chômage des natifs de Montréal détenteurs d'un baccalauréat est de 3 %, il est de plus de 10 % pour les immigrants avec un diplôme du même niveau. 

C'est plus de trois fois supérieur, bien davantage qu'à Toronto et Vancouver. (Dans certaines villes américaines, le taux de chômage des immigrants est parfois inférieur à celui des natifs.) Le contraste entre les natifs de Montréal et les immigrants est encore plus frappant pour les immigrants qui détiennent un diplôme étranger.

Dans ce contexte, le débat sur les seuils d'immigration semble essentiellement symbolique. L'enjeu réel concerne plutôt l'intégration des immigrants montréalais au marché du travail. À ce titre, notre étude dresse un portrait troublant, qui exige des solutions énergiques.

Comment expliquer les difficultés d'intégration des immigrants à Montréal ? Notre étude suggère un manque de reconnaissance et de valorisation des diplômes et de l'expérience obtenus à l'étranger.

Pour renverser la tendance, nous soumettons huit propositions : ajuster la grille de sélection en fonction de la provenance du diplôme, obliger les ordres professionnels à s'impliquer davantage, miser sur les étudiants internationaux, étendre les programmes d'aide aux immigrants temporaires, mieux appuyer les entreprises pour permettre plus de stages et pour faciliter le processus d'embauche et interdire la discrimination à l'embauche selon le lieu de l'expérience de travail.

Les constats sont durs. Ils appellent des solutions audacieuses. L'invitation à l'action et à la mobilisation est lancée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer