L'inculture du viol

« Je crois que lutter contre cette inculture du... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

« Je crois que lutter contre cette inculture du viol de plus en plus décriée nécessite le retour à des cours d'éducation sexuelle décomplexés pour les ados », affirme Boucar Diouf.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Boucar Diouf

Il y a encore, dans nos sociétés, des gens qui ont de la difficulté à comprendre, comme disait mon grand-père, que pour jouer avec des fesses sans en avoir l'autorisation bien claire, mieux vaut les avoir dans ses propres caleçons ?

Avant de vous parler de cette inculture du viol qu'on essaie de nous présenter comme une culture, en cette période de campagne américaine portant grandement sur les inconduites sexuelles, j'ai envie de rappeler l'histoire de Joycelyn Elders, première femme noire à atteindre l'un des postes les plus prestigieux de l'administration américaine : l'équivalent de notre ministre fédéral de la Santé. 

Choisie et nommée par Bill Clinton en 1994, Joycelyn Elders affirmait quelques mois plus tard à San Francisco, lors de la journée mondiale sur le sida, que la masturbation faisait partie de la nature humaine et devrait être abordée dans les cours d'éducation sexuelle à l'école. Des propos bien sensés qui ne tardèrent pourtant pas à provoquer une levée de boucliers dans les milieux conservateurs de cette Amérique bourrée de contradictions.

Désireux d'éteindre le feu, l'administration Clinton décida de la congédier, sans savoir que la revanche était déjà en route. La pauvre Joycelyn était chez elle quand les télévisions du monde entier parlaient de la relation illicite entre Bill Clinton et Monica Lewinsky. On déblatérait sur la fameuse souillure de Bill trouvée sur un vêtement de Monica alors qu'il trompait sa femme dans les recoins de la Maison-Blanche. Le président qui avait joué le jeu des puritains traîne aujourd'hui une tache dans son dossier. Une frasque extraconjugale que Donald Trump, prédateur sexuel présumé, n'hésite pas à exploiter pour faire injustement mal à la mauvaise personne.

Si je vous raconte cette saga, c'est que tout comme Mme Elders, je crois que lutter contre cette inculture du viol de plus en plus décriée nécessite le retour à des cours d'éducation sexuelle décomplexés pour les ados, et même pour les élèves à la fin du primaire.

Pourquoi pas un cours d'éthique et de culture sexuelle pour contrer de façon durable les effets délétères de l'internet sur une certaine jeunesse ?

Ce serait le rendez-vous idéal pour faire comprendre à tous qu'un non n'est pas le début d'un oui potentiel pour celui qui sait insister, mais plutôt une ligne bien claire qui sépare les séducteurs des criminels.

Qu'est-ce qui est mieux ? Enseigner aux jeunes la vérité scientifique, la mesure et le respect, ou laisser l'internet leur faire croire que les femmes éprouvent un plaisir fou en vociférant en moins de trente secondes dans une position qui favorise surtout le plaisir de l'homme ?

Si la maison ne peut t'éduquer, la jungle finit souvent par s'en charger. Et dans la touffue jungle de la toile, même les cours 101 sur la sexualité sont matière à pornographie extrême. Ce qui décuple les risques de dérive des étudiants, car celui qui toujours nage dans un univers où le gang bang, le viol et l'esclavage sexuel sont constamment mis en scène et banalisés peut, avec le temps, s'imprégner de cette agressivité et confondre la fiction et la réalité. On est bien loin de l'époque ou la section brassière du catalogue Sears faisait augmenter la testostérone sanguine des jeunes hommes dans les sous-sols des bungalows.

En matière de sexualité, quand le web devient professeur, les diplômés ont de grandes chances de rester analphabètes.

D'ailleurs, bien des sexologues rapportent que de plus en plus de jeunes hommes ont des problèmes érectiles induits par leur surconsommation de pornographie. Pour cause, voir une femme normale toute nue n'est plus assez pour les allumer. Ce qui est bien logique, car lorsqu'on est un grand champion de la conduite virtuelle, il se peut que monter dans une vraie voiture avec de vraies contraintes et l'obligation de respecter le Code de la route amoindrisse notre excitation.

Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve, mais cette inculture du viol qui témoigne d'un mépris total des femmes, combinée à la honte qu'éprouvent désormais bien des jeunes filles à s'associer au féminisme et la marginalisation de l'éducation sexuelle dans nos écoles m'inquiètent grandement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer