Dette du Québec : du calme, nous ne sommes pas au bord du précipice

« S'il y avait une quelconque incertitude quant à... (Photo Graham Hughes, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

« S'il y avait une quelconque incertitude quant à la capacité du Québec de faire face à ses engagements financiers, le taux de rendement attendu par les marchés serait de beaucoup supérieur au niveau actuel », écrit Jean-Martin Aussant.

Photo Graham Hughes, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Martin Aussant

Économiste

Selon le fameux compteur de l'inénarrable Institut économique de Montréal qui estime en direct la dette du Québec, celle-ci aurait récemment franchi les 280 milliards de dollars (on précisait même le jour et l'heure de ce moment historique entre tous).

Option nationale a survécu à quelques coups durs au... (Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Option nationale a survécu à quelques coups durs au cours de sa jeune existence, dont la démission de son chef fondateur, Jean-Martin Aussant, en 2013.

Archives La Presse

Au-delà de l'objectif derrière ce suivi sensationnaliste, qui pourrait être de nous faire conclure que la situation est si grave qu'il faut, par exemple, couper à tout prix dans les services publics et réduire la taille de l'État pour notre survie collective, comment accueillir cette donnée d'une dette de 280 milliards ?

Avec calme. Le Québec n'est pas la Grèce et nous ne sommes pas au bord du précipice fiscal, loin de là.

D'abord, le portrait est incomplet quand on regarde uniquement la dette brute sans tenir compte des actifs, ce que fait pourtant ce compteur.

Si votre banquier devait dresser le portrait de vos finances, il considérerait bien sûr vos dettes comme l'hypothèque ou le prêt automobile, mais il inclurait aussi très certainement à ce portrait vos actifs et vos revenus pour avoir une image intelligente de votre situation financière. On devrait faire la même chose pour les États, c'est-à-dire qu'il faut plutôt suivre l'évolution de la dette nette, celle qui inclut les actifs comme les passifs.

D'AUTRES COMPTEURS

Or, le Québec possède certains actifs qui feraient l'envie de tous les pays du monde. Hydro-Québec en est un exemple évident. Une vente hypothétique d'Hydro-Québec, que nous ne devrions pas souhaiter, rapporterait une somme colossale qui pourrait réduire d'autant la dette publique québécoise. Lorsqu'on utilise ce principe plus significatif de dette nette en proportion de la taille de l'économie, il se trouve que le Québec est moins endetté que la moyenne des pays riches de la planète, soit ceux appartenant à l'OCDE. Alors pourquoi ne pas ajouter un deuxième compteur qui suivrait la moyenne d'endettement net des pays comparables, question de relativiser l'Armageddon.

Je ne prétends pas ici que le niveau d'endettement du Québec est à prendre à la légère et qu'on devait l'ignorer. Au contraire, bien gérer les finances publiques et viser l'équilibre structurel des budgets de l'État en période normale devrait être un objectif implicite à tout gouvernement responsable et fonctionnel. Mais utiliser des données partielles pour faire avancer un agenda de réduction de l'État (je conjecture, bien sûr) serait intellectuellement malhonnête. Un bon début de rigueur serait donc d'afficher un troisième compteur qui suivrait l'évolution des actifs totaux pour accompagner le passif.

UN BAROMÈTRE FIABLE

L'un des meilleurs baromètres de la solidité financière d'un État demeure le taux d'intérêt qui sera exigé par les investisseurs institutionnels lors d'émissions d'obligations gouvernementales. Quand on accepte sur une échéance de 10 ans un taux qui avoisine 2 %, c'est qu'on est relativement sûr de revoir les sommes prêtées, et ce, nonobstant la période actuelle de bas taux d'intérêt. S'il y avait une quelconque incertitude quant à la capacité du Québec de faire face à ses engagements financiers, le taux de rendement attendu par les marchés serait de beaucoup supérieur au niveau actuel.

Il est vrai qu'il est étrange de constater que le service de la dette (le paiement des intérêts) est l'un des principaux postes inscrits au budget du Québec. Cela dit, on fait souvent l'erreur de penser qu'une augmentation des taux d'intérêt sur les marchés toucherait l'entièreté de la dette du gouvernement et ferait exploser ce service de la dette.

En fait, une éventuelle hausse des taux sur les marchés ne serait appliquée qu'aux nouvelles émissions de dette puisque les emprunts déjà contractés l'ont été typiquement à taux fixe.

Néanmoins, répétons-le, il sera toujours bon de limiter la dette du Québec en proportion de son économie. Pour réduire cette proportion, il n'y a pas 26 façons, on peut procéder par une diminution des dépenses ou par une augmentation des revenus. Et c'est au sujet de ce dernier élément que l'on devrait produire un quatrième et fondamental compteur : un suivi en direct de l'évasion fiscale. Si les milliards de dollars qui échappent actuellement au fisc par l'évasion fiscale systémique étaient assujettis aux règles d'impôts que vous et moi respectons, l'état des finances publiques serait tout autre. À bon entendeur : à quand ces ajouts de compteurs ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer