Combien vaut la nature ?

« Si les émissions découlant de l'exploitation des hydrocarbures... (Photo fournie par la SEPAQ)

Agrandir

« Si les émissions découlant de l'exploitation des hydrocarbures sur Anticosti "ne valent que" 2,8 milliards, alors il suffirait aux sociétés pétrolières d'offrir assez en impôts et en redevances pour faire passer leur projet », illustre l'auteure.

Photo fournie par la SEPAQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Céline Hequet

Chercheure-associée à l'IRIS

Il est courant d'entendre experts et écologistes affirmer qu'en fixant un prix sur la nature, nous prenons les moyens nécessaires pour la préserver. Pensons à la Ceinture verte autour de Montréal, qui procurerait « des biens et services écologiques ayant une valeur de 4,29 milliards de dollars par année ». Ou encore aux gaz à effet de serre qui seront produits par le développement des hydrocarbures sur Anticosti, et qui ne vaudraient « que » 2,8 milliards, tandis qu'on attend 12,6 milliards en retombées économiques.

« Si les émissions découlant de l'exploitation des hydrocarbures... (Photo archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

« Si les émissions découlant de l'exploitation des hydrocarbures sur Anticosti "ne valent que" 2,8 milliards, alors il suffirait aux compagnies pétrolières d'offrir assez en impôts et en redevances pour faire passer leur projet », illustre l'auteure.

Photo archives La Presse

Ce que l'on est moins prompt à admettre, par contre, c'est à quel point ces sommes sont arbitraires. Par exemple, la valeur de la tonne de carbone varie entre 1 et 146 dollars américains selon les méthodes employées. Pour établir son prix à 50 $ la tonne, Environnement Canada s'est basé sur l'estimation américaine des dommages causés par chaque tonne supplémentaire émise dans l'atmosphère, et ce, pour les 100 prochaines années. Après une augmentation progressive, c'est ce prix que veut atteindre Justin Trudeau pour 2022 avec sa taxe carbone.

Or, comment estime-t-on les dommages causés par les changements climatiques sur la faune et la flore ? Le plus souvent, on demande par sondage la somme que les personnes qui y répondent seraient prêtes à payer pour préserver tel ou tel élément de la nature. Parmi ceux qui acceptent de répondre (parfois moins de la moitié des personnes sondées), beaucoup ont de la difficulté avec ces exercices de pensée abstraits et répondent davantage en fonction de leurs convictions politiques que de leurs contraintes budgétaires réelles. Comment évaluer un écosystème que l'on n'a jamais vu et dont on ne connaît pas nécessairement toutes les fonctions écologiques ? Ensuite, oui, avec les réponses obtenues, on fait des calculs très complexes pour obtenir un prix global. Mais les données brutes, elles, sont loin d'être fiables.

On pourrait arguer qu'il n'est pas si important que ces chiffres reposent ou non sur une démarche sérieuse, que le plus urgent est d'empêcher la destruction totale des écosystèmes en accolant un prix à la pollution, et pas nécessairement le juste prix.

Cependant, demandons-nous si ce prix permet réellement de protéger la nature ou si, au contraire, il permet aux riches d'acheter le droit de la détruire.

En effet, si la Ceinture verte de Montréal « vaut » 4,29 milliards de dollars, alors peut-être qu'un riche promoteur immobilier pourrait s'en payer une partie. Si les émissions découlant de l'exploitation des hydrocarbures sur Anticosti « ne valent que » 2,8 milliards, alors il suffirait aux sociétés pétrolières d'offrir assez en impôts et en redevances pour faire passer leur projet. Mais n'y a-t-il pas de droits qui soient inviolables ? Le droit des citoyens et citoyennes à ne pas connaître d'événements météorologiques extrêmes est-il vraiment monnayable ? Y a-t-il réellement une marge de profit qui puisse justifier que l'on génère annuellement des millions de réfugiés climatiques ?

DES RÈGLES ÉQUITABLES POUR TOUS

Alors qu'il semble de plus en plus difficile de limiter les dégâts à un réchauffement de 2 °C, peut-être est-il temps que nous interdisions tout simplement certains niveaux d'émissions, de pollution ou de destruction de la nature. Il n'y aurait alors aucun dédommagement financier qui pourrait compenser la dévastation engendrée par des projets tels que l'exploitation et le transport des sables bitumineux. Ainsi, les règles seront les mêmes pour tout le monde, et riches comme pauvres devront s'y soumettre.

Bien sûr, les économistes traditionnels ne seront pas contents, ils diront que ce type de solution est inefficace. Si seulement leur système de bourse du carbone avait fait ses preuves ou s'ils avaient su prédire la crise de 2007, nous leur prêterions encore une oreille attentive. Si le langage économique est devenu le langage dominant, cela ne veut pas dire que nous devions l'adopter. Peut-être, au contraire, est-il temps de remettre en question son hégémonie dans le débat public.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer