Logement abordable : Il n'y a pas une minute à perdre

« L'accès à la propriété devient de plus en... (Photo Mark Blinch, archives REUTERS)

Agrandir

« L'accès à la propriété devient de plus en plus hors de la portée de la classe moyenne, dont les revenus ne progressent pas au même rythme que les prix des maisons », note l'auteur.

Photo Mark Blinch, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Clark Somerville

Juste avant la fête du Canada, le gouvernement fédéral a lancé un processus de consultation sur une Stratégie nationale sur le logement abordable, attendue depuis très longtemps.

Cette annonce n'aurait pu être faite à un meilleur moment, puisque c'est en cette période de réjouissances que nous réfléchissons à nos valeurs et aux raisons pour lesquelles le Canada est un merveilleux endroit où vivre, et que ce sont justement ces raisons qui doivent constituer la base de la Stratégie nationale sur le logement abordable.

Il n'y a pas une minute à perdre. Trop de Canadiens souffrent de la crise du logement.

Nous devons rendre le Canada le plus accueillant possible, avec des lieux abordables où vivre, et faire en sorte que tous les Canadiens puissent avoir un bel avenir dans les villes et collectivités qu'ils décident d'habiter.

Le pays ne réussit pas à répondre à la demande de différents types de logements et la pénurie de logements abordables a de réelles répercussions sur la population.

Environ 200 000 ménages vulnérables - aînés, nouveaux arrivants, familles autochtones, personnes handicapées, etc. - risquent de perdre leur logement social subventionné, puisque les plans du gouvernement fédéral de retirer sa contribution financière au logement social s'accélèrent.

Parallèlement, les listes d'attente pour des logements sociaux continuent de s'allonger au fur et à mesure qu'augmentent les loyers sur le marché privé.

Les autochtones qui vivent en réserves et hors réserves font face à des problèmes distincts qui appellent des solutions rapides. De nombreux ménages dans les collectivités nordiques ne peuvent avoir accès à un logement abordable en raison des coûts élevés de construction et d'énergie dans ces régions. Et trop de personnes sont sans abri dans les collectivités de toutes tailles.

HAUSSE DES LOYERS

Trente pour cent des Canadiens sont locataires, et un locataire sur cinq consacre plus de la moitié de son revenu au logement. Les logements locatifs ne représentant que 11 % des nouvelles constructions domiciliaires mises en chantier depuis 1996, les taux d'inoccupation ont chuté, faisant grimper les prix des logements disponibles à un niveau hors de portée pour de nombreux ménages.

L'accès à la propriété devient également de plus en plus hors de la portée de la classe moyenne, dont les revenus ne progressent pas au même rythme que les prix des maisons.

La Stratégie nationale sur le logement abordable du gouvernement fédéral doit permettre d'élaborer un plan d'action pour s'attaquer à ces enjeux.

Tous les gouvernements doivent prendre des mesures pour faire en sorte que les Canadiens aient accès à un chez-soi abordable.

En réinvestissant dans les logements sociaux existants, le gouvernement fédéral veillera au maintien de cette composante essentielle de notre système de logement, soutenant ainsi les Canadiens vulnérables qui en dépendent afin de leur éviter de se retrouver à la rue.

La construction d'un plus grand nombre de logements locatifs subventionnés et abordables offrira de nouvelles possibilités aux Canadiens à faibles revenus, aux nouveaux arrivants, aux aînés et aux familles.

MULTIPLES AVANTAGES

Encourager la construction d'un plus grand nombre de logements sociaux comporte des avantages immédiats et à long terme. Une hausse des taux d'inoccupation contribuera à stabiliser le niveau des loyers, rendant ainsi les villes et collectivités plus attrayantes pour les travailleurs et les étudiants.

Un système de logement stable et diversifié contribue à maintenir le prix des maisons à un niveau plus abordable, et tout le monde y gagne. On estime que chaque milliard de dollars investi dans le logement entraîne un apport de 1,4 milliard de dollars dans l'économie, en plus de créer environ 13 000 emplois.

Le gouvernement fédéral a reconnu dans son dernier budget que de nombreux Canadiens font face à une crise du logement et il a investi 2,3 milliards de dollars dans l'amélioration de l'accès à des logements abordables.

Il s'agit là d'une première étape importante, et les municipalités sont prêtes à contribuer à résoudre cette crise, aux côtés du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux et territoriaux. La Stratégie nationale sur le logement abordable doit être un plan ambitieux, si nous voulons pouvoir bénéficier des avantages économiques et sociaux associés à l'amélioration de l'abordabilité des logements. Il sera essentiel de disposer d'un financement important pour la mise en oeuvre de cette stratégie dans le cadre de la phase 2 du programme fédéral d'infrastructures.

Si nous voulons des villes et des collectivités inclusives et prospères, il est primordial de faire en sorte que les Canadiens de tous les milieux aient accès à un logement abordable. L'avenir du Canada en dépend.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer