Prostitution : Des frissons dans le dos...

« Quand je marche le matin pour aller reconduire... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, archives LA PRESSE)

Agrandir

« Quand je marche le matin pour aller reconduire ma fille de 5 ans à la maternelle et que je passe devant un salon de massage encore ouvert et fonctionnel, j'ai des frissons dans le dos... », écrit l'auteure.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
France Claude Létourneau

J'habite Ville-Marie. J'adore le côté riche de ce quartier où j'ai la chance de côtoyer plein de gens sympathiques, colorés et vrais...

Mais quand je marche le matin pour aller reconduire ma fille de 5 ans à la maternelle et que je passe devant un salon de massage encore ouvert et fonctionnel, j'ai des frissons dans le dos...

Des frissons dans le dos car je donne un cours sur la prostitution la semaine prochaine à des élèves du collégial à qui je parlerai du cycle insidieux de la violence qui mène de plus en plus de jeunes filles à vendre leurs corps pour de l'argent, en pensant d'abord qu'elles le font pour l'amour et la reconnaissance de leur proxénète, parfois si bien déguisé en « amoureux...

Des frissons dans le dos, quand, à 7 h 30 le matin, pendant que je chante des chansons d'enfant avec ma fille émerveillée devant les premières fleurs de ce printemps tardif, je vois un homme sortir de ce salon de massage avec un sourire gêné et entrer dans son 4 X 4 de luxe...

...des frissons dans le dos quand un autre matin, je me force de rester bien présente à mon enfant, quand pourtant j'éprouve tant de peine de voir une fille d'à peine 18-19 ans en sortir avec ses lunettes soleil et son look glamour, et que mon côté « sauveur » voudrait lui crier qu'elle mérite mieux et que ce qu'elle vit n'est fort probablement qu'une illusion...

...et des frissons dans le dos en pensant que ma propre fille pourrait éventuellement, dans un moment de vulnérabilité normal et typique de la vie humaine, se retrouver dans une position fragile devant des prédateurs déguisés en stars...

J'ai écouté et bien compris les propos du maire il y a quelques mois à Tout le monde en parle où il expliquait qu'il est difficile d'agir pour fermer tous ces salons de massage, mais reste que ces endroits demeurent bien présents dans le quotidien de gens bien ordinaires qui désirent faire évoluer les choses et surtout les nommer telles qu'elles sont... la prostitution, même bien déguisée, n'a sa place nulle part...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer