La Saint-Valentin, juste pour les amoureux ?

« J'aime à penser que nous pouvons tous être... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

« J'aime à penser que nous pouvons tous être comme des rayons qui reflètent la lumière et la chaleur de l'Amour universel », écrit Monica Karal.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Monica Karal

Maîtrise en service social, Maîtrise en traduction

Petits coeurs en chocolat, cupidons ailés, images idéalisées de jeunes couples sexy : la publicité et les vitrines des magasins en sont pleines cette semaine. N'y a-t-il rien d'autre à célébrer le jour de la Saint-Valentin que cette conception romanesque de l'amour ?

À mon sens, il y a une façon plus élargie de voir l'amour en tant que force motrice qui inspire beaucoup d'activités humaines. Nombreuses sont les personnes dont l'amour pour l'humanité est si grand qu'il les inspire à faire beaucoup de bien pour les autres. Pensons à Pops (père Emmett Johns), dont l'amour inconditionnel pour les jeunes sans-abri s'est concrétisé dans le travail de l'organisme Dans la rue. Pensons aussi à la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai, dont l'amour pour son pays et pour l'égalité l'incite à promouvoir la scolarisation des filles afin qu'elles puissent apporter une contribution au monde.

Qu'est-ce qui anime toutes ces personnes ? Leurs qualités de coeur : la compassion, l'altruisme, la patience et la créativité, combinées à des efforts soutenus pour améliorer la vie des gens. Et la satisfaction d'aider son prochain.

Cette satisfaction qui émane d'un amour plus large, j'apprends à la connaître de plus en plus.

Il y a plusieurs années, après mon divorce, je ressentais un grand vide lors de la Saint-Valentin. Avec le temps, je me suis rendu compte que les images médiatisées essayent de nous vendre une certaine conception de l'amour sans laquelle il y aurait, paraît-il, un gros trou dans notre existence.

Cherchant une vision plus profonde, j'ai lu beaucoup de livres philosophiques et spirituels. Lorsque l'on ressent un vide, disaient tous ces livres, la découverte des dons que l'on peut offrir aux autres dirige la pensée et le coeur vers des chemins plus heureux. C'est un concept spirituel bien connu que le bien que l'on fait aux autres nous revient. J'ai trouvé cette pensée simple et universelle dans la Bible : « Donnez et l'on vous donnera. »

Il m'est venu l'idée de penser aux rayons du soleil, qui reflètent la lumière et la chaleur émanant de leur source. J'aime à penser que nous pouvons tous être comme des rayons qui reflètent la lumière et la chaleur de l'Amour universel. C'est une belle aventure que de trouver des façons chaque jour de refléter cette lumière, ou cet amour, au travail, au supermarché, à la maison. Cela réchauffe le coeur de voir comment un petit sourire ou un geste de bienveillance peut soutenir quelqu'un. Et je remarque de plus en plus toutes les façons dont les gens expriment l'amour et l'entraide.

À force de ressentir la chaleur de cet amour bienveillant qui tisse des liens entre les gens et révèle l'interconnexion des êtres vivants, je vois la réciprocité de donner et de recevoir comme un genre de « science » ou de sagesse qui met en lumière l'Amour divin. C'est dans cette perspective que j'apprécie maintenant la Saint-Valentin.

Et pour ceux qui sont en couple, ce même genre d'amour altruiste aide à éviter les querelles et à favoriser le soutien mutuel. Selon Antoine de Saint-Exupéry : « Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction. »

Même si l'on ne reçoit pas de coeurs en chocolat le 14 février, on peut tout de même savourer un amour plus universel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer