La cigarette électronique pour réduire le tabagisme

« Selon notre expérience clinique, l'utilisation de la cigarette... (PHOTO MARIO ANZUONI, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

« Selon notre expérience clinique, l'utilisation de la cigarette électronique, accompagnée d'un service professionnel d'aide au sevrage, aide les fumeurs à cesser de fumer ou à réduire la consommation de tabac », indiquent les auteurs.

PHOTO MARIO ANZUONI, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
COLLECTIF

La liste des signataires, qui travaillent auprès de fumeurs, suit le texte

Au Québec, depuis l'adoption de la loi 44 l'automne dernier, la cigarette électronique (CE) est désormais officiellement assimilée au tabac, donc par association, tout aussi dangereuse.

Elle sera donc soumise aux mêmes règles que les produits du tabac et il sera interdit de vapoter dans une boutique spécialisée dans la vente de CE. Où vont aller les fumeurs voulant transiter vers la CE pour être conseillés et pour tester adéquatement les produits ?

Selon notre expérience clinique, l'utilisation de la CE, accompagnée d'un service professionnel d'aide au sevrage, aide les fumeurs à cesser de fumer ou à réduire la consommation de tabac.

Selon le dernier rapport du Public Health England, les cigarettes électroniques sont environ 95 % moins dangereuses pour votre santé que les cigarettes de tabac. Les auteurs de ce rapport, des experts médicaux reconnus dans le domaine du tabagisme et qui ont étudié de très près la CE, se trompent-ils ? Mettent-ils en danger la santé des citoyens britanniques sans discernement ? En Angleterre, il y a près de 2,9 millions d'utilisateurs de la CE et le taux de tabagisme actuel est passé sous la barre des 20 %.

Nous partageons l'avis de plusieurs experts internationaux du traitement du tabagisme : les bénéfices de la CE supplantent nettement les risques.

TROIS POISONS

Les trois grands poisons produits par la combustion du tabac sont absents des vapeurs des CE, à savoir : 

• Le monoxyde de carbone, une des substances responsables des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux ;

• Les goudrons, cancérigènes, sans compter les 70 autres agents cancérigènes ;

• Les particules fines et autres substances irritantes, qui provoquent la bronchite chronique et l'emphysème, et la maladie coronarienne.

La CE peut contenir des substances nuisibles pour la santé (formaldéhyde, acétaldéhyde, acroléine, nitrosamines), mais en quantité moindre (9 à 450 fois moins selon les substances). Lorsque des études rapportent que la CE contient des substances nocives, on omet généralement de mettre ces proportions en perspective. En comparaison, la combustion à 850 degrés C° des cigarettes de tabac produit plus de 7000 composants chimiques dont plus de 70 sont cancérigènes. Plusieurs fumeurs qui ont réussi à cesser de fumer grâce à la cigarette électronique retournent à la cigarette de tabac à la suite de nombreux reportages alarmistes sur la CE.

À l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM), à l'Institut thoracique de Montréal (ITM) et à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), nous traitons des personnes atteintes de maladies cardiovasculaires et respiratoires. Nos patients fumeurs ont très souvent déjà essayé tous les moyens homologués pour l'arrêt du tabac : counseling, thérapies de remplacement de nicotine et médicaments d'ordonnance.

Les plus dépendants à la nicotine ont vécu tant d'échecs, de souffrances physiques et psychologiques qu'ils en sont arrivés à ne même plus tenter d'arrêter de fumer.

Et pour cause... en 2008, une équipe de scientifiques de Harvard s'est questionnée sur ces symptômes de très grande dépendance nicotinique et ils ont pu démontrer que la concentration de la nicotine dans les cigarettes de tabac avait augmenté de 12 % en 10 ans.

À l'ICM, à l'ITM et à l'IUCPQ, l'arrêt du tabac fait partie intégrante du traitement des patients ; c'est une priorité absolue. Pour que nos patients parviennent à récupérer leur santé cardiovasculaire et respiratoire, éviter les rechutes, les réhospitalisations et améliorer leur qualité de vie, ils doivent arrêter de fumer. Le combat des fumeurs actuels est de vaincre ce poison et nous devons, en tant que professionnels de la santé, les soutenir dans leur démarche. La CE est un outil de plus à utiliser pour fournir à nos patients fumeurs toutes les chances de réussir.

Le monde de la santé se bat contre le tabagisme depuis plus de 50 ans. Selon le rapport de l'OMS sur l'épidémie du tabagisme, on attribue au tabagisme 25 à 30 % des maladies cardiovasculaires, 85 % des maladies pulmonaires obstructives chroniques et des cancers du poumon et 30 % de tous les cancers. Plus récemment, dans la revue JAMA Internal Medicine 2015, le tabagisme était tenu responsable de 50 % des décès par cancer.

Selon la dernière enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, au Québec, environ 10 000 personnes meurent chaque année d'une maladie associée au tabagisme. La cigarette tue en moyenne 28 Québécois chaque jour. Le nouveau plan stratégique de lutte contre le tabagisme vise une diminution du taux de fumeurs au Québec à 16 %.

Nous croyons que le Québec devrait s'inspirer de l'expérience britannique. Selon le Dr Peter Hajek, du Centre britannique d'études sur le tabac et l'alcool à l'Université Queen Mary de Londres, « Les preuves dont nous disposons actuellement sont claires. Les CE devraient être autorisées à entrer en compétition avec les cigarettes classiques. Les professionnels de la santé peuvent conseiller aux fumeurs qui ne peuvent pas se passer de la nicotine à passer à la CE. Les fumeurs qui ont échoué à l'arrêt avec les méthodes actuelles pourraient eux aussi bénéficier d'un transfert vers la CE. »

Si on réussit à mieux restreindre l'accessibilité au tabac par des lois sévères, des augmentations de taxes et une lutte efficace contre la contrebande tout en gérant bien l'utilisation de la CE, on pourra certainement atteindre notre objectif de réduire le taux de tabagisme à 16 % au Québec.

* Martine Robert, infirmière clinicienne, maîtrise en santé communautaire, spécialiste en traitement du tabagisme (Mayo Clinic Tobacco Treatment Specialist et Teach Certificate Program), responsable du programme en cessation tabagique de l'Institut de Cardiologie de Montréal ; Martin Juneau, MD, MPs, FRCPC, cardiologue, directeur de la prévention à l'Institut de Cardiologie de Montréal, professeur titulaire de clinique à la faculté de médecine de l'Université de Montréal ; Paul Poirier, MD, PhD, FRCPC, cardiologue, chef du secteur de prévention et réadaptation cardiaque de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec ; Gaston Ostiguy, MD, MSc, FRCPC, pneumologue, ex-directeur de la Clinique d'abandon du tabagisme à l'Institut thoracique de Montréal, Centre Universitaire de Santé McGill ; Sean Gilman, MD, FRCPC, pneumologue, directeur de la Clinique d'abandon du tabagisme à l'Institut thoracique de Montréal, Centre universitaire de santé McGill ; Michel Lebel, B.Sc., infirmier, coordonnateur du modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac, TEACH Certificate Program - abandon du tabagisme, Centre universitaire de santé McGill ; Siobhan Carney, BScN, infirmière clinicienne en cessation tabagique, Centre universitaire de santé McGill.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer