Les jeunes ont aussi leur mot à dire

« Au nom de la jeunesse et des générations... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

« Au nom de la jeunesse et des générations futures, nous espérons que le Canada soutiendra un objectif à long terme de décarbonisation d'ici 2050, dans l'accord de Paris », écrit l'auteure.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Gauthier

Présidente d'ENvironnement JEUnesse et titulaire d'une maitrise en droit international et politique internationale appliqués de l'Université de Sherbrooke

Aujourd'hui, nous célébrons la jeunesse et les générations futures à la conférence de Paris. Or, force est de constater que bien peu de jeunes ont accès aux sessions de négociation en sous-groupes, appelées les « spin-off ».

En effet, malgré l'insistance de la présidence française sur la transparence du processus, cette dernière ne se manifeste que dans les discours. Dans les faits, la société civile, identifiée par un badge d'observateur, a bien peu d'opportunités pour observer les négociations. Il suffit de jeter un oeil au calendrier du jour pour constater que la grande majorité des rencontres indiquent « Parties only ».

LES PORTES CLOSES

Comment mener un processus qui se dit ouvert et juste, alors qu'on négocie derrière des portes closes ? Cette situation est vivement dénoncée par les jeunes. D'une part, on souhaite la présence de la jeunesse pour symboliser les générations futures qui hériteront de la dette climatique.

D'autre part, on l'écarte des processus qui se targuent d'être inclusifs et démocratiques pour aboutir à un nouvel accord sur le climat.

Quelques années plus tôt, en 2009, la jeunesse s'est vu octroyer une reconnaissance formelle par le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Depuis la conférence de Copenhague, les jeunes ont ainsi pu prendre la parole au début et à la fin des négociations pour s'exprimer vis-à-vis des parties à la CCNUCC.

Cela dit, même ce droit d'intervention n'est pas acquis. À titre d'exemple, à la conférence de Doha en 2012, la durée d'intervention en plénière est passée de deux minutes à 30 secondes. Avec quelques secondes à peine, il va de soi que la voix de la jeunesse est particulièrement limitée.

LA JEUNESSE S'ALLIE AUX PLUS VULNÉRABLES

Heureusement, la jeunesse n'est jamais à court d'idées pour faire entendre ses revendications. Un autre mode d'action de la jeunesse, plus original et créatif, est celui des manifestations. À la suite de la déclaration du Forum de la vulnérabilité climatique, les jeunes ont organisé une action en appui aux 20 pays parmi les plus vulnérables et signataires de cette déclaration.

Le Forum de la vulnérabilité climatique a adopté la Déclaration de Manille-Paris, lundi dernier, dans laquelle il appelle les États membres de l'ONU à s'engager pour une décarbonisation totale et un objectif de 100 % d'énergies renouvelables* d'ici 2050 pour limiter le réchauffement en deçà de 1,5° C. En appui à cette déclaration, les jeunes manifestants ont peint un cercle sur leur visage pour symboliser un zéro, soit zéro énergie fossile en 2050.

LE RETOUR DU CANADA À PARIS

Alors qu'on ressent déjà les changements climatiques, les jeunes rejettent le seuil de 2° C. Au Canada, un réchauffement de 2° C à l'échelle mondiale signifierait des hausses de température de 4 à 7° C d'ici 2100, selon les études réalisées par Ouranos. Nous sommes particulièrement vulnérables à la crise climatique et avons tout avantage à miser sur une limite de réchauffement de 1,5° C.

Le Canada a annoncé un financement de 2,65 milliards pour lutter contre les changements climatiques et rappelé en plénière que les droits humains devaient être au coeur de l'accord. Ces signes sont encourageants et montrent que « le Canada est de retour », pour reprendre les mots du premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Or, malgré un appel de plus en plus fort pour une décarbonisation rapide de nos sociétés, plusieurs pays, dont le Canada, tardent à mettre en oeuvre une transition vers des énergies renouvelables. Au nom de la jeunesse et des générations futures, nous espérons que le Canada soutiendra un objectif à long terme de décarbonisation d'ici 2050, dans l'accord de Paris.

*L'objectif de 100 % d'énergies renouvelables exclut l'énergie nucléaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer