La différence albertaine

L'auteur, qui enseigne dans une école en Alberta,... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'auteur, qui enseigne dans une école en Alberta, constate plusieurs différences entre cette province et le Québec quant à ce qui est attendu de lui et la perception que les autres ont de sa profession.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
David Jean-Allard

Enseignant en immersion française au Calgary Board of Education

J'enseigne depuis un an à Calgary, en Alberta. Pourtant, j'adore Québec, la ville où j'ai grandi, et je me voyais, à la fin de mes études en enseignement, commencer une carrière dans une des commissions scolaires de la région.

Toutefois, à chaque foire de l'emploi, on me disait : « Tu sais mon coco, on a une longue liste de suppléants et nos besoins sont comblés. Envoie-nous ton CV et on verra... » À force d'entendre des paroles décourageantes, j'ai finalement postulé au Calgary Board of Education.

Je m'apprête à commencer ma deuxième année d'enseignement. J'ai d'abord été engagé pour enseigner en immersion française et j'ai rapidement obtenu un poste en quatrième année. Je ne regrette pas mon choix.

Pourtant, selon les statistiques, je suis à haut risque de quitter l'enseignement au cours des prochaines années et ma vie ressemble en plusieurs points à celle de nombreux jeunes enseignants du Québec, tel que je le lis dans les textes et commentaires publiés.

Il m'arrive souvent d'apporter du travail à la maison ; j'achète du matériel pour ma classe avec mon argent ; je pense à mes élèves presque 24 heures sur 24. Ma conjointe étant aussi enseignante, nous avons parfois de la difficulté à discuter d'autres choses que de notre travail.

Cependant, je crois que certains aspects importants de mon travail rendent ma vie très différente de celle de plusieurs collègues québécois : 

- On ne me traite presque jamais de « gras dur qui a deux mois de vacances payées ». On me demande plutôt comment j'arrive à survivre à dix mois en classe.

- J'ai la chance d'être entouré de parents d'élèves engagés dans l'éducation de leurs enfants. Ils ne remettent pas en question mes compétences en tant que professionnel et m'offrent leur appui inconditionnel lors d'activités. 

- Je suis membre d'un ordre professionnel. Je paie une cotisation annuelle qui m'offre des programmes de mentorat, des conférences d'experts, des bourses pour le développement professionnel et de l'aide psychologique ou juridique en cas de problème au travail. Cette association professionnelle est respectée par le grand public et regroupe tous les enseignants du secteur public. Elle négocie nos contrats de travail avec le ministère de l'Éducation et dispose d'un important pouvoir de mobilisation. L'association est aussi responsable d'évaluer les nouveaux enseignants comme moi.

J'ai des comptes à rendre pour bénéficier des privilèges conférés par mon adhésion à cet ordre.

- La direction de mon école est membre du même ordre professionnel. Elle ne représente donc pas le côté patronal lors de négociations et se bat pour les mêmes causes que les enseignants.

- Je fais partie des enseignants les mieux rémunérés au pays. Je gagne autant qu'un enseignant ayant 10 ans d'expérience au Québec.

Incroyable, non ?

Loin de moi l'idée de faire du « Québec bashing ». D'ailleurs, la liste de raisons pour lesquelles je trouve que le modèle albertain n'est pas idéal est longue. Néanmoins, je constate que, même dans un contexte de relative austérité que vit l'Alberta, la décision de faire des coupes ou pas dans l'éducation ne dépend pas seulement d'un désir pragmatique d'équilibrer les finances de l'État, mais plutôt de l'importance qu'une société accorde à l'éducation. Dans ma province d'adoption, compromettre l'éducation d'une génération est inacceptable.

Je ne sais pas trop quoi faire pour aider la situation des enseignants au Québec, mais je me dis que si le gouvernement Couillard tend la main à l'Alberta dans des dossiers environnementaux, il me semble qu'il pourrait écouter ce qu'elle a à dire en matière d'éducation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer