L'importance de la recherche

« En tenant compte de l'inflation, on constate que... (PHOTO KRISZTIAN BOCSI, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

« En tenant compte de l'inflation, on constate que le financement des conseils de recherche décroît depuis 2007 », estiment les signataires de ce texte.

PHOTO KRISZTIAN BOCSI, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Liste suit le texte

Collectif d'associations étudiantes canadiennes auquel se sont joints plusieurs signataires.

Les signataires interpellent les partis politiques fédéraux pour obtenir un engagement à mieux financer la recherche.

Les trois conseils de recherche canadiens, composés des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), procurent annuellement plus de 2,8 milliards de dollars pour soutenir la recherche canadienne. Toutefois, nous croyons que les conseils de recherche ont besoin de davantage de financement.

En tenant compte de l'inflation, on constate que le financement des conseils de recherche décroît depuis 2007. En effet, les conseils ont vu leur budget annuel décroître de 6,1 %, ce qui correspond à 183 millions. Cela a joué un rôle dans la chute du Canada de la deuxième à la huitième place en matière de dépenses en recherche dans les universités en proportion du produit intérieur brut. La réputation du Canada en tant que chef de file intellectuel mondial s'en trouve ainsi affectée.

Par exemple, l'innovation d'un pays peut être mesurée par le nombre de brevets qu'il produit. Le Canada est actuellement le seul pays industrialisé avec un déficit de propriété intellectuelle.

Nous dépensons plus d'argent pour acheter les brevets des autres pays que ces derniers ne paient pour acheter les nôtres.

Selon la déclaration de Leiden signée par un consortium international de 147 des plus importantes institutions de recherche en provenance de 17 pays différents, « l'utilisation efficace des nouvelles technologies aussi diversifiées que le génie génétique, l'énergie nucléaire, les cellules souches, et les systèmes de cybersurveillance dépend de l'acceptation et de la compréhension de la communauté, et de la volonté des individus à modifier leurs comportements ». Ces thèmes font précisément objet de recherche en sciences sociales et humaines. Pourtant, malgré leur utilité dans le traitement des questions aussi diverses que le multiculturalisme, la souveraineté de l'Arctique et l'utilisation éthique de la technologie, ces disciplines ont souffert ces dernières années du déplacement des priorités nationales vers la recherche appliquée.

Les trois conseils de recherche sont les seules organisations canadiennes qui englobent adéquatement l'ensemble des domaines de la recherche. Par conséquent, la clé pour restaurer la réputation internationale du Canada est d'abord de rétablir leur financement. Au minimum, leurs budgets annuels doivent être rétablis à leur niveau de 2007, ajusté à l'inflation. Des augmentations significatives doivent également être prévues pour les années à venir. Un tel programme durable assurera le leadership mondial du Canada pour les futures générations.

Signataires : 

Fédération des associations étudiantes de l'Université de Montréal (FAECUM) ; 

Alliance canadienne des associations étudiantes (ACAE/CASA) ; 

David Robinson, directeur général de l'Association canadienne des professeurs et professeurs d'université (ACPPU) ; 

Jean Marie Lafortune, président de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d'université (FQPPU) ; 

Association francophone pour le savoir (ACFAS) ; 

René Doyon, directeur de l'Observatoire du Mont-Mégantic et de l'Institut de recherche sur les exoplanètes ; 

Frédéric Bouchard, directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie ; 

Félix Maltais, éditeur des Débrouillards ; 

Olivier Bernard, « le Pharmachien » ; 

Guy Rocher, professeur titulaire de sociologie de l'Université de Montréal ; 

Pierre Chastenay, astronome, animateur du Code Chastenay et professeur de didactique des sciences à l'Université du Québec à Montréal ; 

Thibault Martin, titulaire de la chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire ; 

Ian Gold, titulaire de la chaire de recherche du Canada en philosophie et psychiatrie à l'Université McGill ; 

Regroupement des étudiantes et des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l'Université de Sherbrooke ; 

McMaster University's Graduate Students Association ; 

University of Toronto Graduate Students' Union ; 

University of Alberta's Graduate Students' Association ; 

Simon Fraser University's Graduate Student Society ; 

Queen's University's Society of Graduate and Professional Students ; 

University of Calgary's Graduate Students' Association ; 

McGill University's Post-Graduate Students' Society

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer