Légalisez Uber

« Dans les villes où Uber a été légalisé,... (Photo Sergio Perez, archives Reuters)

Agrandir

« Dans les villes où Uber a été légalisé, les taxis ont tous trouvé des façons de survivre à l'arrivée de ce nouveau concurrent », estime l'auteur.

Photo Sergio Perez, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Abergel

Consultant en capital humain et développement organisationnel, Montréal

Le ministre des Transports du Québec ainsi que le maire de Montréal scandent depuis des mois sur l'illégalité d'UberX et mettent leurs menaces à exécution en saisissant des véhicules Uber. De plus, les médias rapportent que les chauffeurs de taxi se font justice eux-mêmes en piégeant des chauffeurs Uber ou en leur lançant des oeufs !

Il est difficile de comprendre l'entêtement du gouvernement actuel, au provincial comme au municipal, dans ce dossier. D'ailleurs, le premier ministre affirmait en septembre 2014 qu'on ne pouvait pas empêcher des services comme Uber de fonctionner ; ses mots précis furent : « C'est comme si on vous disait qu'il faut se mettre dans le milieu du Saint-Laurent pour essayer d'arrêter le flot. Que ce soit Uber pour les voitures partagées, que ce soit Netflix pour la vidéo, c'est un phénomène de société irréversible. » Je considère que monsieur Couillard a absolument raison et je pense qu'il faut immédiatement mettre en place un cadre juridique afin de permettre aux services comme Uber d'agir en toute légalité et ainsi démontrer que la société québécoise est à l'affût du progrès et des nouvelles technologies.

Montréal est déjà un leader en matière de transport, que ce soit des créations québécoises tel le modèle BIXI, ou les autres options de transport tels Communauto, Car2Go et le métro. Nous devons continuer à mener l'innovation et ainsi trouver des pistes de solution aux services comme Uber.

C'est absurde de penser qu'Uber n'est pas une option légitime et légale dans le Québec de 2015.

On a annoncé récemment que le gouvernement va légaliser Airbnb, un concept similaire à Uber dans le monde de l'hébergement. On a constaté que l'industrie de l'hôtellerie s'est adaptée à l'arrivée d'Airbnb dans le marché. D'ailleurs, les taux d'occupation des hôtels traditionnels sont toujours très élevés, et on construit pas moins de six nouveaux hôtels dans la métropole à l'heure actuelle, en plus des quatre autres qui ont ouvert au cours des trois dernières années. L'industrie du taxi doit également s'adapter à la nouvelle réalité et pourra réussir à évoluer vers un nouveau modèle d'affaires. L'occasion est idéale lors de la rentrée parlementaire, de proposer des lois qui légaliseraient Airbnb ET Uber !

J'ai voyagé récemment à Chicago et j'ai utilisé taxi et Uber. Les compagnies de taxis se sont adaptées et ont toutes des applications pour téléphone intelligent, le paiement par carte de crédit et la possibilité d'évaluer le service. Le service est plus cher, mais les taxis ont tous de grandes voitures, idéales pour de longs transports ; ils ont trouvé leur niche. UberX est l'option plus économique et donne aux consommateurs plus de choix en matière de transport. Dans d'autres villes où Uber a été légalisé, les taxis se sont tous trouvé des façons de survivre à l'arrivée de ce nouveau concurrent ; c'est beaucoup moins dramatique qu'on le pense.

J'espère que le gouvernement va travailler à trouver des solutions à l'arrivée d'Uber plutôt que de se borner au statu quo, qui n'est plus viable. Monsieur le ministre des Transports, monsieur le maire de Montréal, je vous invite à être à l'écoute de vos concitoyens, Uber existe, car il y a des milliers de clients qui s'en servent tous les jours à Montréal et Québec. J'en suis un !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer