Charlie Hebdo : un massacre évitable

Des hommes armés ont fait feu en direction... (PHOTO TIRÉE DE TWITTER)

Agrandir

Des hommes armés ont fait feu en direction des policiers près du Charlie Hebdo.

PHOTO TIRÉE DE TWITTER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Maurice Cusson, Jonathan James

Respectivement professeur et doctorant à l'École de criminologie de l'Université de Montréal

Est-il possible de prévenir des tueries comme celle qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo ? Les services de police français et canadiens - pour ne nommer qu'eux - pourraient-ils faire mieux ? Comment se fait-il que des individus déjà connus des services de renseignement aient été aussi peu surveillés et contrôlés ?

Comment se fait-il que les tueurs aient pénétré aisément dans les locaux de Charlie Hebdo, pourtant une cible probable des terroristes, prenant tout le monde par surprise ?

Ce massacre n'était pas inéluctable. Il aurait pu être prévenu par des mesures inspirées de la science et utilisant les technologies modernes de sécurité. Cette prévention interviendrait d'abord sur les terroristes et aussi sur leurs cibles de prédilection.

Détecter et surveiller

les terroristes potentiels

La plupart des terroristes qui ont sévi ces dernières années en Europe et au Canada présentaient le profil des délinquants avérés : ils avaient déjà été arrêtés pour cambriolages, braquages, trafics... Leur parcours familial et scolaire avait été celui du délinquant banal. Marginaux, paumés et désespérés, suicidaires, se disant qu'ils n'avaient plus rien à perdre : capables de tout.

Il existe une méthode pour détecter les terroristes potentiels et pour les surveiller et les contrôler. Elle consiste à attribuer à des suspects des niveaux de risque avec des critères objectifs, puis doser l'intensité de la surveillance selon ce risque. Pour ce faire, l'outil actuariel - dont l'efficacité démontrée est très supérieure à l'intuition clinique - paraît tout indiqué. Cet outil contiendrait cinq catégories d'indicateurs : 1) carrière criminelle ; 2) tentatives d'attentats ; 3) menaces ; 4) fréquentations ; 5) voyages dans des pays comme la Syrie ou l'Irak.

Plus ce niveau de risque paraît élevé, plus le suspect devrait être surveillé et contrôlé dans le cadre d'une libération conditionnelle : bracelet électronique muni d'un GPS délimitant des zones d'exclusion, écoutes, fouilles des véhicules, etc.

Répertorier et protéger les cibles

La possibilité d'un attentat risque de se matérialiser quand une cible de prédilection des terroristes est mal protégée. Ainsi, Charlie Hebdo était une cible de choix par sa notoriété. Ses locaux avaient déjà été incendiés. Ses rédacteurs avaient reçu des menaces.

Des sites et personnalités ainsi exposées et à fort contenu symbolique pourraient être répertoriés.

Des niveaux de protection en fonction du degré de risque d'attentat leur seraient assignés, pour ensuite mettre en place les technologies de protection des espaces bien connues des professionnels de la sécurité privée. Un système de contrôle d'accès étanche combine plusieurs éléments : sas d'entrée et de sortie, préposé à l'entrée protégé par une vitre pare-balles, rayons X, caméras de surveillance, système d'alarme, sans oublier la vigilance des préposés.

À Charlie Hebdo, un tel dispositif de contrôle d'accès aurait pu, à tout le moins, ralentir les tueurs et mettre sur leur garde les victimes potentielles et leur protection rapprochée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer