Nous sommes inquiets

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette... (Photothèque La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette

Photothèque La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Astrid Brousselle, Damien Contandriopoulos, Mylaine Breton

Les auteurs sont respectivement professeure titulaire, Université de Sherbrooke, Chaire de recherche du Canada sur l'évaluation et l'amélioration du système de santé ; professeur agrégé, Université de Montréal, Chaire de recherche-Politiques, Connaissances et Santé ; professeure adjointe, Université de Sherbrooke.

Depuis quelques semaines, le gouvernement du Québec impose des choix qui auront des conséquences majeures sur les programmes et l'organisation du système de santé et des services sociaux. Ces réformes, élaborées sans consultation et sans tenir compte des connaissances scientifiques, sont peu susceptibles d'atteindre les résultats visés et menacent directement la performance de notre système de santé.

Malgré une opposition quasi unanime de tous les secteurs de la société, le ministre de la Santé et des Services sociaux persiste dans son ambition d'imposer son projet de loi 10. Ce projet est un exercice de fusion administrative qui remplace les établissements de santé actuels par des mégastructures couvrant des territoires et des bassins de population immenses. De même, le projet de loi donne des pouvoirs sans précédent au ministre.

La semaine dernière, le gouvernement a annoncé son intention de couper 30 % des budgets de santé publique, alors que ce secteur ne représente qu'un maigre 2 % du budget de la santé. Il est difficile de ne pas voir dans ce choix une décision politique et idéologique quand on met en relation les quelques dizaines des millions coupés en santé publique et les milliards investis dans les hausses de rémunération des médecins ou dans la construction d'énormes hôpitaux spécialisés.

Nous, professeurs et chercheurs qui détenons une expertise sur l'organisation du système de santé, sommes profondément inquiets. Nous considérons que ces mesures sont :

Un échec de la démocratie

Les nouveaux pouvoirs accordés au ministre de la Santé et des Services sociaux musellent les administrateurs publics et laisseront très peu de place à l'expression des citoyens. La recentralisation des pouvoirs entraîne en même temps une déresponsabilisation des centres régionaux et des conseils d'administration par rapport aux besoins de la population de leur région.

Un échec pour l'efficience

du système de santé 

Les choix faits en 2014 mettent en péril la pérennité financière du système de santé et des services sociaux en accordant de larges augmentations de salaire aux médecins sans engagement susceptible d'améliorer le fonctionnement du système. Il n'est pas non plus judicieux économiquement de couper en santé publique. En prévenant l'apparition de problèmes de santé, on parvient à éviter des dépenses importantes à long terme en réduisant la morbidité, l'absentéisme et la mortalité prématurée.

Les coupes actuelles en santé publique et en éducation affecteront directement les adultes que deviendront nos enfants.

Un échec pour l'efficacité des soins 

Les mesures envisagées par le gouvernement mettent en péril l'efficacité de notre système sociosanitaire. Les connaissances scientifiques indiquent que les fusions à grande échelle ne permettent aucun gain d'efficacité. Bien au contraire, certaines études relatent une augmentation de la mortalité.

Nous ne nions pas le besoin de réformer le système de santé, au contraire, le besoin est là. Toutefois, des connaissances scientifiques existent pour nous guider vers une plus grande performance. Il existe des solutions pragmatiques et validées qui permettraient de l'améliorer en continuité de la réforme précédente, qui a mené à la création des CSSS. Ces solutions passent, entre autres, par un renforcement des services de première ligne, des actions préventives, par l'implantation d'un système d'information clinique et administratif unique au niveau provincial, par une amélioration de l'accès aux services de santé - particulièrement pour les personnes vulnérables - ainsi que par le contrôle des activités cliniques non pertinentes et des facteurs inflationnistes au niveau des dépenses de santé.

Au lieu de mener à une plus grande performance du système de santé, les décisions que le gouvernement prend menacent sa viabilité financière, sa capacité d'adaptation et son efficacité. Ces transformations, si le gouvernement va de l'avant, auront vraisemblablement des impacts négatifs pour la santé de la population.

Ont aussi signé cette lettre :

Albert, Lucien ; Chercheur, Université de Montréal

Auger, Pierre ; Professeur de clinique, Université Laval

Bastien, Robert ; Professeur de clinique, Université de Montréal

Bedos, Christophe ; Professeur agrégé, Université McGillBernard, Laurence ; Professeure adjointe, Université de Montréal

Bhérer, Luc ; Professeur de clinique, Université Laval

Bilodeau, Angèle ; Professeure agrégée, Université de Montréal

Blais, Régis, Professeur titulaire, Université de Montréal

Blanchet Garneau, Amélie ; Professeure adjointe, Université de Montréal

Bonnier-Vigier, Yves ; Professeur titulaire, Université Laval

Borges Da Silva, Roxane ; Professeure adjointe, Université de Montréal

Brochu, Martin ; Professeur titulaire, Université de Sherbrooke

Caillouette, Jacques ; Professeur titulaire, Université de Sherbrooke

Camden, Chantal ; Professeure adjointe, Université de Sherbrooke

Chouinard, Maud-Christine ; Professeure-chercheure, Université du Québec à Chicoutimi

Contandriopoulos, André-Pierre ; Professeure titulaire, Université de Montréal

Corbière, Marc ; Professeur titulaire, Université de Sherbrooke

Coté, Richard ; Professeur agrégé, Université de Sherbrooke

Couture, Mélanie ; Professeure adjointe, Université de Sherbrooke

Couturier, Yves ; Professeur titulaire, Chaire de recherche du Canada sur les pratiques professionnelles d'intégration de services en gérontologie, Université de Sherbrooke

D'Amour, Danielle ; Professeure titulaire, Université de Montréal

Demers, Louis ; Professeur titulaire, École nationale d'administration publique

Doré, Chantal ; Professeure agrégée, Université de Sherbrooke

Dubois, Nathalie ; Chercheure affiliée, École nationale d'administration publique

Duhoux, Arnaud ; Professeur adjoint, Université de Montréal

Fortin, Martin ; Professeur titulaire, Chaire de recherche sur les maladies chroniques en soins de première ligne, Université de Sherbrooke

Fournier, Pierre ; Professeur titulaire et Doyen, Professeur et doyen, Université de Montréal

Fournier, Louise ; Professeure titulaire, Université de Montréal

Frohlich, Catherine ; Professeure agrégée, Université de Montréal

Gaboury, Isabelle ; Professeure adjointe, Université de Sherbrooke

Gaudet, Judith ; Professeure associée, Université du Québec à Montréal

Gendron, Sylvie ; Professeure agrégée, Université de Montréal

Gilbert, Frederic ; Professeur, Université du Québec à Montréal

Gravel, Sylvie ; Professeure, Université du Québec à Montréal

Guichard, Anne ; Professeure adjointe, Université Laval

Guyon, Ak'ingabe ; Professeure adjointe, Université de Montréal

Hébert, Réjean ; Professeur titulaire, Université de Montréal

Holmes, Dave ; Professeur titulaire, Université d'Ottawa, Chercheur affilié à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal

Jasmin, Emmanuelle ; Professeure adjointe, Université de SherbrookeJoubert, Pierre ; Expert

Lamarche, Paul ; Professeur titulaire, Université de Montréal

Lambert, Jean ; Professeur titulaire, Université de Montréal

Larue, Caroline ; Professeure agrégée, Université de Montréal

Laurin, Isabelle ; Professeure adjointe, Université de Montréal

Legault, Alain ; Professeur agrégé, Université de Montréal

Leibing, Annette ; Professeure titulaire, Université de Montréal

Lemire, Mélanie ; Professeure adjointe, Université Laval

Léonard, Guillaume ; Professeur adjoint, Université de Sherbrooke

Levasseur, Mélanie ; Professeure agrégée, Université de Sherbrooke

Levert, Marie-Josée ; Professeure adjointe, Université de Montréal

Loignon, Christine ; Professeure adjointe, Université de Sherbrooke

Loslier, Julie ; Professeure agrégée, Université de Sherbrooke

Maillet, Lara ; Chercheure post-doctorale, École nationale d'administration publique

Malai, Doina ; Professeure adjointe de clinique, Université de Montréal

Messing, Karen ; Professeure émérite, Université du Québec à Montréal

Moreault, Louise ; Professeure de clinique, Université Laval

Nour, Kareen ; Professeure agrégée de clinique, Université de Montréal

Ouimet, Marie-Jo ; Chargée d'enseignement de clinique, Université de Montréal

Paquette, Marie-Andrée ; Chercheure post-doctorale, École nationale d'administration publique

Pineault, Raynald ; Professeur émérite, Université de Montréal

Potvin, Louise ; Professeure titulaire, Chaire de recherche du Canada sur les Approches communautaires et inégalités de santé, Université de Montréal

Ramirez-Garcia, Pilar ; Professeure adjointe, Université de Montréal

Raynault, Marie-France ; Professeure titulaire, Université de Montréal

Richer, Faisca ; Chercheure, INSPQ

Roberge, Danièle ; Professeure associée, Université de Sherbrooke

Roy, Bernard ; Professeur titulaire, Université Laval

Roy, Élise ; Professeure titulaire, Chaire de recherche en toxicomanie, Université de Sherbrooke

St-Arnaud, Jocelyne ; Professeure associée, Université de Montréal

Stefan, Mark-Andrew ; Chargé d'enseignement de clinique, Université de Montréal

Stock, Susan ; Professeure de clinique, Université de Montréal

Sylvestre, Marie-Pierre ; Professeure adjointe, Université de Montréal

Touati, Nasséra ; Professeure agrégée, École nationale d'administration publique

Turcotte, Fernand ; Professeur émérite, Université Laval

Vézina, Nicole ; Professeure titulaire, Université du Québec à Montréal

Vissandjée, Bilkis ; Professeure titulaire, Université de Montréal

Vonarx, Nicolas ; Professeur agrégé, Université LavalYun, Jen ; Chargée d'enseignement de clinique, Université de Montréal

Zarowsky, Christina ; Professeure agrégée, Université de Montréal

Zunzunegui, Maria Victoria ; Professeure titulaire, Université de Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer