Décriminalisez-la (au moins)

Il est temps de décriminaliser la possession de... (PHOTO OLIVER BERG, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Il est temps de décriminaliser la possession de petites quantités de cette drogue douce, comme le réclament même les chefs de police du Canada.

PHOTO OLIVER BERG, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Les épouvantails s'usent avec le temps. Dans les années 30, la marijuana devait mener au viol et au meurtre. Dans les années 80, elle devait mener à l'héroïne. Aujourd'hui, on réalise qu'elle mène surtout à la malbouffe, en fin de soirée.

Il est temps de décriminaliser la possession de petites quantités de cette drogue douce, comme le réclament même les chefs de police du Canada. C'est un gaspillage de temps et d'argent pour notre système de justice. Et c'est un gâchis pour ceux qui traînent un casier judiciaire à cause d'un petit joint. De plus, la prohibition a un côté régressif. Celui qui fume dans sa BMW a moins de chance de se faire arrêter qu'un jeune dans Montréal-Nord.

La décriminalisation ne devrait pas paraître audacieuse. Notre position est au contraire, nous l'admettons, prudente. Elle ne fait que suivre l'opinion publique, avec un léger décalage. Même les politiciens deviennent moins hypocrites. En 1992, Bill Clinton prétendait avoir fumé de la marijuana, sans l'inhaler. Barack Obama s'en moquait en 2006. «J'ai inhalé, c'était le but!».

***

Il est aussi temps d'entamer une conversation entre adultes sur la légalisation. Malheureusement, c'est mal parti. La prochaine campagne anti-marijuana de Santé Canada éveille avec raison les soupçons. Après deux ans de silence sur ce sujet, à la veille des prochaines élections, on décide de préparer des publicités. Et la campagne ciblera les mineurs. Or, les pubs conservatrices ont vicieusement prétendu que Justin Trudeau voulait légaliser la marijuana aussi pour les mineurs. La deuxième pub servira ainsi la première...

Certes, la marijuana n'est pas du brocoli. C'est mauvais pour la santé, tout comme la cigarette et l'alcool. Elle peut nuire à la motivation ou au développement des jeunes cerveaux. Mais si la science doit éclairer le débat, elle ne suffit pas pour écrire la conclusion. La légalisation n'augmenterait pas nécessairement l'accès pour les mineurs. Et il y a aussi la question de savoir ce que les ados fument. Ils se procurent facilement au parc du coin du gazon arrosé aux produits chimiques. Au Colorado, grâce à la légalisation, on peut connaître le taux de THC de la marijuana qui circule.

En plus de la santé, le débat devra aussi porter sur les finances (revenus de taxes et permis, et économies pour le système judiciaire), la sécurité publique (lutte au crime organisé) et la liberté de choix.

Les libéraux doivent encore répondre à plusieurs questions. Qui produira et vendra le cannabis? À quel niveau de taxation, pour éviter de créer un marché noir? Et la publicité sera-t-elle permise? L'Uruguay ainsi que les États de Washington et du Colorado, qui ont choisi cette année différents modèles de légalisation, serviront de laboratoires.

Les conservateurs songent très timidement à décriminaliser la marijuana, tout en accusant les libéraux de vouloir droguer la jeunesse. Les Canadiens méritent mieux que cette crétinisation en toute sobriété du débat public.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer