Le parti pris du gouvernement canadien

En janvier, le premier ministre canadien Stephen Harper... (Photo Sebastian Scheiner, archives Associated Press)

Agrandir

En janvier, le premier ministre canadien Stephen Harper avait rencontré son homologue israélien, Benyamin Nétanyahou, lors d'une visite officielle en Israël.

Photo Sebastian Scheiner, archives Associated Press

Khaled Khali

Fonctionnaire des Nations unies à la retraite.

L'auteur adresse sa lettre au premier ministre du Canada, Stephen Harper.



Je jouis depuis 38 ans de l'immense privilège d'être citoyen canadien. Et c'est à ce titre que je vous interpelle sur un sujet brûlant, c'est le cas de le dire, celui de votre prise de position sur les récents développements meurtriers qui ont endeuillé des familles palestiniennes et israéliennes ces derniers jours.

Un bref décompte du bilan humain actuel, et provisoire, nous indique que les pertes en vie humaine du côté palestinien s'élèvent à plus de 200 et un millier de blessés. Ajoutons que Gaza n'est plus qu'un amas de ruines, sa population se terre, fuit au Liban ou en Jordanie, rejoignant ceux qui y sont depuis 5, 10, 15, 20 ou 55 ans, selon le calendrier des attaques de l'armée israélienne. Ces populations sont donc sous la tente et dans l'attente de leur messie.

Vous avez donc, en tant que premier ministre de notre pays, le Canada, exprimé, affirmé et martelé, sans équivoque, votre totale solidarité avec toutes les actions entreprises par l'armée israélienne contre les territoires palestiniens et ses habitants.

Il me faut ajouter, avant d'aller plus loin, que les entreprises du Hamas, qui jugule et fanatise la portion de la Palestine sous son joug, sont condamnées à l'unanimité par le monde dit «arabo-musulman», et sa diaspora.

Votre parti pris et votre qualification de «terroriste» de toute entreprise palestinienne, de quelque tendance qu'elle soit, vous fait placer, de par votre titre et vos fonctions, notre pays parmi les alliés inconditionnels d'un État moult fois condamné par les instances internationales, dont les Nations Unies, et une écrasante majorité de l'opinion mondiale.

Personne ne remettra en question le droit inaliénable de tout citoyen canadien d'exprimer sa propre opinion à titre individuel. Cependant, je serais enclin à émettre des réserves quant à vos prises de position partiales - et à la limite du mépris - pour l'autre partie, la Palestine, que vous déclarez systématiquement coupable de tous les maux dans ce conflit qu'elle endure depuis près de 60 ans.

Ce rappel de déontologie et d'éthique doit à mon sens s'exercer au plus haut niveau de notre société. Car vous avez été élu par un système démocratique, un des plus transparents au monde.

L'écoute de la vox populi aurait dû se refléter dans l'expression de votre sentiment sur ce drame abominable qui endeuille au même titre les mères palestiniennes et israéliennes.

Vos condoléances tardives aux Palestiniens meurtris, éplorés et choqués m'obligent à vous rappeler que les musulmans enterrent leurs morts dans les 24 heures d'un décès, qu'il soit naturel, accidentel ou criminel. Une réaction plus spontanée aurait aidé à panser ces terribles blessures.

Finalement, ce conflit ne prendra fin que lorsque la volonté politique et la détermination d'hommes de bonne volonté de tous bords entreront dans l'arène de la médiation sincère.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer