Lettre d'un étudiant aux policiers qui manifestent

Chers policiers du SPVM, (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabriel Nadeau-Dubois

Candidat à la maîtrise en sociologie à l'UQAM.

Chers policiers du SPVM,

Je vous écris, car pour la première fois depuis 2012, je pense que nous pouvons peut-être nous comprendre.

Il y a deux ans, les étudiants répétaient sur toutes les tribunes que leur lutte dépassait la stricte question des droits de scolarité, que leur combat contre l'austérité budgétaire était aussi celui des travailleurs et de la classe moyenne. Au lieu de nous entendre, vous nous avez brutalisés et humiliés. C'est avec « vos taxes », répétiez-vous, qu'on payait nos études. Nous étions des « privilégiés », des « enfants gâtés ». La ligne dure du gouvernement semblait vous plaire, vous qui avez blessé et arrêté sans discernement des milliers de citoyens. Même Amnistie internationale vous a blâmé pour ces comportements, c'est dire.

Aujourd'hui, les rôles ont changé. C'est vous que les politiques d'austérité frappent. C'est vous qui êtes dans la rue. C'est sur vous que les foudres des marchands d'opinions s'abattent. C'est vous que les défenseurs autoproclamés des « payeurs de taxes » offrent en sacrifice aux dieux de la finance pour calmer la dette publique. Et comme nous, ça vous met en colère.

Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Voilà ce que je me suis dit, cette semaine, quand j'ai lu comment le porte-parole de votre fraternité, Yves Francoeur, tentait de justifier les gestes douteux que vous avez posés devant l'hôtel de ville. « Il faut comprendre (...) l'impact direct du projet de loi pour un policier, sa cotisation passe de 110 $ à 224 $ par semaine, on parle de 6000 $ par année. (...) Donc malheureusement ça donne ce que ça a donné hier », a-t-il dit pour expliquer le feu que vous avez allumé en plein coeur de la ville.

Injustice et débordements

Ce n'est pas sorcier : l'injustice, ça provoque des débordements de rage. J'espère que vous y penserez à l'avenir, lorsque vous serez confrontés à des protestataires excédés. J'espère aussi que vous réaliserez que les luttes collectives ne sont pas l'apanage des « gratteux de guitare », mais bien le moyen de la justice sociale que vous réclamez aujourd'hui.

Comme plusieurs autres jeunes qui ont à coeur la justice sociale, je suis solidaire de votre mobilisation. La solution aux déficits des régimes de retraite n'est pas le nivellement vers le bas. L'argent de vos caisses de retraite n'a été volé à personne, il ne s'agit après tout que d'une partie de votre salaire auquel vous avez renoncé temporairement pour qu'il vous soit versé plus tard. Reprendre ces sommes aujourd'hui, parce que l'avidité irresponsable des banquiers a fait s'effondrer les marchés financiers, cela revient à punir le travail honnête pour les erreurs des maîtres. Il existe d'autres solutions.

Dans les prochaines semaines, on cherchera à vous isoler en divisant la population. La stratégie est vieille comme le monde. On retournera la population contre vous, en parlant de vos régimes de retraite comme d'un luxe inacceptable. Sachez que je vous défendrai contre ces attaques, en gardant à l'esprit - malgré nos divergences - que votre lutte est avant tout une lutte politique, dont le principe est la redistribution de la richesse et la solidarité intergénérationnelle. L'avenir de ma génération repose en grande partie sur votre capacité à défendre les outils dont se sont dotés les travailleurs pour se garantir de vieillir en paix, auprès des leurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer