Un travail de forçat

Xavier Dolan sur le tapis rouge lors de... (Photo: archives Reuters)

Agrandir

Xavier Dolan sur le tapis rouge lors de la présentation de Mommy.

Photo: archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Charles Binamé

L'auteur est cinéaste. Son prochain film, Elephant Song, tourné l'hiver dernier, met notamment en vedette Xavier Dolan.

Avec une Palme d'Or à portée de main, Dolan travaille sa légende. Elle est jeune, cette légende, mais le sillon en est déjà franc. Une impressionnante feuille de route pour un cinéaste qui serait normalement en âge de compléter son diplôme d'études en... cinéma.

Tu fais chier, Dolan, royalement. Tu fais chier, oui, mais nul ne pourra contester le mérite de ta montée fulgurante. De la passion, sans contredit, des talents dont on ne mesure pas encore très bien tous les contours, et une personnalité franche et séduisante; nul ne le nie.

Un investissement total

Mais ce mérite, ces succès à répétition tiennent surtout à cette chose dont on prétend qu'elle manque à votre génération: le travail. Et, dans ce domaine comme pour le reste, tu ne fais pas dans la petite mesure, car je parle bien dans ton cas d'un travail de forçat. Un investissement total, soutenu et sans calcul de ton être et parfois de tes ressources sonnantes et trébuchantes.

Boulimique, glouton, vorace sont pour te décrire de rutilants euphémismes. Ton appétit du cinéma, tant comme metteur en scène que comme acteur, monteur, dessinateur de costumes, électron libre aperçu dans tous les studios de doublage, te dévore tout entier. Tout comme ton insatiable curiosité tous azimuts et ta soif de perfection.

Qualité de coeur

Mais je crois que ta dégaine de doué, que tes impatiences occasionnelles et tes coups de gueule d'enfant terrible ont aussi masqué autre chose d'essentiel. Une chose que peu savent, que quelques-uns devinent. Ta grande qualité de coeur.

Pour qui te connaît, on pourrait dire que c'est un secret bien gardé.

Récemment, j'ai eu le bonheur de passer plusieurs semaines avec toi en plateau et, au bout de toutes nos conversations, de toutes nos heures partagées dans cette folle tension du chaos émotif du tournage, je crois que ce qu'il me reste, c'est cette lumière au fond de ton oeil. Cette lumière qui cherche la vérité du moment. Cette lumière implacable qui ne concède rien à l'ordinaire. Cette lumière qui sait aussi se donner en toute humilité, en toute soif d'apprendre encore et toujours afin de pousser plus loin pour débusquer cet intangible inconnu.

Ce n'est pas toi qui travailles ta légende, c'est elle-même qui se moule à ta rare excellence.

Tu auras deviné que je te souhaite vivement cette Palme d'Or. Nous te la souhaitons tous. Tu y tiens mordicus et tu ne l'auras pas volée!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer