Pourquoi va-t-on voter ?

Pourquoi sommes-nous si nombreux à aller voter, en... (Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne)

Agrandir

Pourquoi sommes-nous si nombreux à aller voter, en dépit du fait que notre vote n'a pratiquement aucune chance de faire une différence sur le résultat de l'élection?

Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Simard

L'auteur est professeur à l'ENAP et fellow senior de l'Institut Fraser.

Plusieurs électeurs s'abstiendront de voter le 7 avril. Étonnant? Pas vraiment. On devrait plutôt s'étonner qu'il y ait autant d'électeurs qui se rendent aux urnes. Sacrilège!

Pour l'école des choix publics, l'absentéisme électoral est un phénomène qui s'explique aisément. Comme le vote d'un électeur n'a pratiquement aucune influence sur le résultat électoral - donc que la probabilité d'en retirer un bénéfice quelconque est faible - , plusieurs préféreront s'abstenir.

Aussi, en l'absence d'enjeux électoraux qui les amusent vraiment, plusieurs électeurs auront tendance à demeurer rationnellement apathiques. Ils prêteront peu d'attention à la campagne électorale, ne dépenseront ni temps ni énergie à s'informer des programmes électoraux et... resteront à la maison le jour du vote. Ce sont des ignorants rationnels.

Malgré tout, plus de quatre millions d'électeurs se sont rendus aux urnes à l'élection provinciale de 2012. Pourquoi sommes-nous si nombreux à aller voter, en dépit du fait que notre vote n'a pratiquement aucune chance de faire une différence sur le résultat de l'élection?

Plusieurs hypothèses sont avancées. Des électeurs se rendraient aux urnes par mimétisme: pour faire comme les autres afin de ne pas se sentir marginalisés. D'autres voteraient pour des considérations d'ordre moral: pour remplir leur devoir civique.

Mais encore...

Dans son ouvrage Comprendre l'économie ou comment les économistes pensent, Pierre Lemieux soutient que l'explication la plus vraisemblable relèverait du simple plaisir de l'expression: la plupart des gens aiment exprimer leurs sentiments, surtout quand ils sont partagés par le groupe dont ils font partie ou par la foule qui les entoure.

Ainsi, certains électeurs feraient comme ces clients de la Cage aux sports qui encouragent le Canadien de Montréal au Centre Bell. Ils savent très bien que P.K. Subban et Carey Price ne peuvent les entendre, et que leurs cris et gesticulations n'auront aucune incidence sur le résultat du match, mais ils trouvent une satisfaction dans le simple plaisir de faire du bruit.

D'autres électeurs iront voter pour faire valoir une opinion morale ou pour se donner bonne conscience. Peu informés et conscients de ne pouvoir influencer significativement l'issue du vote, ils se rendront à l'isoloir pour s'offrir une certaine satisfaction psychologique en adhérant à des mesures empreintes de vertu ou de compassion.

Certains électeurs accepteront même de voter contre leur propre intérêt pour se donner bonne conscience. C'est humain, il est facile de s'attendrir sur les problèmes de tout un chacun lorsqu'on a l'impression que cela n'affectera d'aucune manière ni son revenu ni son bien-être...

Évidemment, s'exprimer pour le simple plaisir de la chose, ou pour se donner bonne conscience, apporte relativement peu d'utilité à l'électeur. Ce n'est qu'un mini plaisir.

Aussi, tant que le coût de se rendre aux urnes demeurera faible, la participation électorale demeurera élevée. Il suffirait qu'une tempête de neige vienne perturber les déplacements pour que plusieurs électeurs demeurent dans le confort de leur foyer.

Peu importe les conditions météorologiques cependant, le jour de l'élection, le mot d'ordre de chaque parti politique sera de «sortir le vote». Pas tous les votes: le bon vote.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer