Courrier des lecteurs

Philippe Couillard... (ARCHIVES, La Presse)

Agrandir

Philippe Couillard

ARCHIVES, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un pacte avec le diable

J'avais toujours laissé jusqu'ici le bénéfice du doute à M. Couillard, le considérant comme un homme intelligent et non populiste, qui ne prostituerait pas ses principes pour le pouvoir, donnerait l'heure juste et tracerait la voie vers l'avenir. J'entretenais l'espoir qu'il saurait changer le Parti libéral et en faire un parti redevable au peuple, au progrès et à la raison comme Jean Lesage l'avait fait. Quelle naïveté de ma part!

En constatant comment lui et son parti ont tué le projet de loi sur la fin de vie de Véronique Hivon, projet unanimement encensé par tous les partis après quatre ans d'étude en comité, je dois admettre que M. Couillard a signé un pacte avec le diable, sacrifiant les plus grands intérêts de la société à ses bas intérêts électoraux.

Serge Choquette, Magog

Des affirmations trompeuses

Je souhaite ici revenir sur les propos qu'Elsy Fneiche a tenus à mon égard le 17 février dernier, dans son texte intitulé «Déchirés entre deux cultures», publié dans La Presse. Selon Mme Fneiche, j'accuse les intervenantes musulmanes de vouloir infiltrer le système pour propager l'islamisation, ce qui constitue une propagande de peur et menace les interventions permettant aux jeunes de s'intégrer à la société québécoise. À quoi se réfère-t-elle au juste?

Lors de mon passage à la commission parlementaire sur le projet de loi 60, j'ai présenté une photo d'Amir Khadir assistant à une rencontre de l'Association Bridges, où les hommes étaient séparés des femmes voilées, M. Khadir étant assis du côté des hommes. J'ai précisé que cette association de jeunes musulmans était dirigée par l'imam Ali Sbeiti du Centre communautaire musulman de Montréal, une mosquée où l'on fait prêter serment à des fillettes de 7 ans de porter le hijab. Puis, lors d'une émission de 24/60, à laquelle Elsy Fneiche et moi-même participions, j'ai affirmé qu'elle faisait partie de l'Association des jeunes libanais musulmans liée à cette même mosquée.

Ce sont des faits et non de la propagande de peur, démontrant que l'on impose le voile à des fillettes alors que l'on veut nous convaincre qu'il est un choix. Des faits qui illustrent que des militants islamistes sont actifs au Québec et que ce sont eux et non mes révélations qui menacent l'intégration des jeunes. L'article laisse croire que j'accuse les intervenantes musulmanes oeuvrant en milieu scolaire alors que je n'ai jamais abordé ce sujet.

Louise Mailloux, auteure de La laïcité, ça s'impose et d'Une Charte pour la nation.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer