Restreindre le droit de vote?

La commission sur la Charte de la laïcité a bien fait parler ces dernières... (Photo archives Le Soleil)

Agrandir

Photo archives Le Soleil

Marianne Charpentier

L'auteure est étudiante en sciences humaines au Collège Montmorency.

La commission sur la Charte de la laïcité a bien fait parler ces dernières semaines, à la suite des témoignages de drôles de personnages. En effet, cette commission étant publique, tous les citoyens, même les moins instruits, disons-le, peuvent donner leur opinion sur ce projet de loi. Les vidéos de certains participants de cette discussion sont rapidement devenus virales, faisant rire de nombreux Québécois.

Il faut l'avouer, leurs réflexions sont hilarantes, elles n'ont aucun sens et sont franchement exagérées. Par contre, plus j'y pense, moins j'en ris. Est-ce vraiment ce genre de personnes, aussi minoritaires soient-elles (je l'espère, du moins), qui font en sorte que la Charte est appuyée en aussi grand nombre? Est-ce vraiment ce genre de personne qui élisent nos premiers ministres et nos maires?

Je trouve inacceptable qu'une personne qui n'a aucune culture, aucune connaissance politique et culturelle et aucune idée de ce qu'elle dit puisse avoir le droit de vote. C'est vrai, elle vote pour quelqu'un qu'elle n'est même pas en mesure d'évaluer intelligemment et de manière fondée, dans un pays ou une province dont elle ne connaît pas les réels enjeux et son actualité. Soyons honnêtes, c'est un vote inutile.

Vous trouvez que j'exagère? Écoutez les vox-pop de Guy Nantel sur YouTube. Certains Québécois ne savent même pas qui gouverne leur pays. C'est inacceptable! Comment peut-on autoriser ces individus à influencer l'élection d'un premier ministre alors qu'ils ignorent complètement pour qui ils votent?

Je pense qu'une personne devrait acquérir le droit de voter, et non que ce soit automatique. Pour pouvoir voter, un citoyen devrait prouver, à l'aide d'un examen, par exemple, qu'il a les connaissances nécessaires pour participer à l'élection d'un premier ministre. Rien de bien compliqué: connaître ses partis politiques, ses ministres et les positions de ceux-ci.

Je ne suis pas élitiste, je pense seulement qu'une personne qui a le droit de choisir qui dirigera son pays doit connaître ces informations pour être en mesure de faire un choix fondé et réfléchi. Le but n'est pas de privilégier une partie de la population, mais plutôt de pousser les moins informés à se renseigner et à comprendre le monde qui les entoure.

Certains diront que je suis totalement antidémocratique et que ma réflexion est une atteinte aux droits fondamentaux. Je répondrai à ceux-ci que l'élection d'un premier ministre n'est pas rien, que de nombreuses conséquences y sont associées.

L'instruction et l'information sont des qualités essentielles au bien-être d'une population qui aurait sans doute pu éviter plus d'une catastrophe politique. Si une personne ne sait même pas pourquoi elle vote pour un député, je ne vois pas pourquoi elle aurait le droit de participer à l'élection, puisqu'elle n'a aucune réelle opinion. Elle ne fera que fausser les résultats et collaborer à élire un candidat qui n'est peut-être pas le mieux placé pour mener à bien une nation.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer