Digne d'une dictature

Pauline Marois dit à qui veut l'entendre qu'elle... (Photo Francis Vachon, La Presse Canadienne)

Agrandir

Pauline Marois dit à qui veut l'entendre qu'elle est athée. Et pourtant, elle occupe le poste de première ministre du Québec. Elle n'arbore pas de croix ni de signe distinctif; cependant, elle affiche son athéisme. Menace-t-elle la neutralité de l'État pour autant?

Photo Francis Vachon, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Raymond Gravel

L'auteur est prêtre dans le diocèse de Joliette.

De quoi parle-t-on lorsqu'on qu'on dit que la majorité des Québécois appuient la charte des valeurs proposée par le Parti Québécois? S'agit-il des accommodements religieux stupides qui ont fait la manchette des journaux et qui sont le fruit de quelques éberlués qui ne savent que faire de leur journée? C'est pourtant à ces questions que les gens ont répondu et qui donnent le résultat qu'on peut lire dans le Journal de Montréal de ce lundi.

Comment se fait-il que dans le reste du Canada, on ne fait pas un plat avec des demandes saugrenues comme : doit-on givrer les vitres d'un YMCA parce que des femmes s'y baignent? Ou encore doit-on séparer les femmes et les hommes dans une piscine publique? Serait-ce que les journalistes du Québec n'ont rien d'autres à dire ou à écrire dans leur médium? C'est vraiment pathétique!

Avant de sonder les gens sur une charte de valeurs québécoises, il faudrait savoir ce que sont les valeurs québécoises. Jusqu'ici, à entendre nos politiciens, la seule valeur qu'ils sont capables de nommer, c'est l'égalité homme-femme. Cette valeur est déjà inscrite dans la Charte des droits et libertés du Québec. N'avons-nous qu'une seule valeur? On parle de la neutralité de l'État, c'est-à-dire que toutes celles et tous ceux qui y travaillent ne peuvent afficher ou arborer un signe ou un symbole religieux. Que l'État soit neutre est une bonne chose, mais les personnes qui y travaillent ne peuvent être neutres. Elles sont croyantes ou non croyantes et lorsqu'elles sont croyantes, elles peuvent appartenir à différentes communautés, dont elles se distinguent par un signe ou un symbole religieux. En quoi ces personnes menacent-elles la neutralité de l'État?

Voulons-nous d'un État athée ou d'un État neutre? Madame Pauline Marois dit à qui veut l'entendre qu'elle est athée. Et pourtant, elle occupe le poste de première ministre du Québec. Elle n'arbore pas de croix ni de signe distinctif; cependant, elle affiche son athéisme. Menace-t-elle la neutralité de l'État pour autant? Je ne le crois pas, tout comme la religieuse catholique qui porte un costume et qui enseigne aux enfants du primaire ou l'infirmière musulmane voilée qui travaille dans un hôpital. La foi est une valeur fondamentale pour un croyant. Empêcher quelqu'un de l'exprimer dans son travail, sans toutefois l'imposer aux autres, est un abus de pouvoir digne d'une dictature ou d'un gouvernement totalitaire.

Personnellement, quand je m'adresse à un médecin, à une infirmière à un policier, à un enseignant, ce n'est pas à un robot que je parle, mais bien à un être humain, capable d'exprimer ce qu'il est. C'est pourquoi, je refuse d'appuyer une charte qui enfreint ma liberté de croire et ma raison d'exister.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer