Des chauffeurs irresponsables

La cohabitation entre autobus et cyclistes est parfois... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

La cohabitation entre autobus et cyclistes est parfois périlleuse.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pierre Robitaille

Résidant de Verchères, l'auteur est épicier-propriétaire à Contrecoeur.

Pour faire suite à la mort d'une cycliste tuée par un autobus à Verchères il y a quelques jours, je n'ai pas de félicitations à adresser aux chauffeurs du Conseil intermunicipal de transport Sorel-Varennes (CIT). Je sais très bien qu'un accident, ça peut arriver. Mais avant tout, une attitude plus responsable serait de rigueur de la part de la majorité des chauffeurs d'autobus sur la route 132 entre Sorel et Varennes.

Je suis moi-même un cycliste qui adorait s'entraîner sur la piste cyclable entre Contrecoeur et Sorel. Je ne le fais plus depuis longtemps, je tiens à ma vie!

On sait très bien qu'un mastodonte comme un autobus qui roule à plus de 100 km/h (dans une zone de 90...) crée un effet de succion qui a pour effet de nous aspirer, nous les cyclistes, vers l'autobus, tellement il passe proche de nous. Pas très plaisant comme sensation!

Les autobus n'osent même pas se tasser d'un centimètre pour contourner les cyclistes qui sont sur l'accotement, même si aucun véhicule n'arrive en sens inverse. Simple geste de courtoisie et de sécurité qui pourrait sauver des vies.

De plus, à maintes reprises, j'ai eu la chance de suivre en auto un de ces autobus sur la 132 entre Contrecoeur et Verchères, et à plusieurs occasions, ils maintenaient une vitesse entre 115 et 120 km/h dans une zone de 90 km/h. Moi-même étant en infraction juste pour mesurer leur vitesse... alors imaginez les pauvres piétons ou cyclistes qui sont sur le bord de la route!

D'ailleurs, si ma mémoire est bonne, au moins trois de ces autobus ont pris le champ sur la 132 à l'hiver 2011. Ce n'est sûrement pas parce qu'ils roulaient trop lentement... A-t-on déjà pensé pourquoi les autobus du CIT faisant le trajet Sorel-Varennes sur la 132 (route rurale) ne sont jamais pleins? Moi, le premier, je n'embarquerais jamais! Cela n'incitera sûrement pas les gens à adopter les transports en commun.

Étant aussi motocycliste, combien de fois ai-je croisé ces autobus dans des courbes, leurs roues dans ma voie; ou bien le contraire, les roues dans l'accotement, créant débris et poussière derrière eux. Encore une fois, je doute fortement que la conduite de ces chauffeurs soit sécuritaire ou qu'elle respecte le Code de la route.

Pourquoi ne les bloque-t-on pas à 90 km/h? Ça réglerait la vitesse, mais pas le civisme! Qu'attend la CIT pour agir? Peut-être d'autres victimes?

N'ayez crainte, je ne pratique plus le cyclisme sur la 132! Mais je me rends bien compte, chaque fois qu'un autobus de la CIT passe devant chez nous, la maison en tremble (c'est malheureusement vrai!). Tiens, il vient justement d'en passer un...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer