Le dernier château fort

L'ACDI a financé par le passé un programme... (Photo Martin Tremblay, La Presse)

Agrandir

L'ACDI a financé par le passé un programme de formation professionnelle destiné aux femmes palestiniennes.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Partager

François Audet
auteur est professeur à École des sciences de la gestion de Université du Québec à Montréal
, directeur de Observatoire canadien sur les crises, action humanitaire.

Le récent budget du gouvernement conservateur fait de facto disparaître l'Agence canadienne de développement international (ACDI). Cette agence créée en 1968 était responsable de l'administration de l'aide internationale du Canada. Au-delà du milieu de la coopération canadienne, la disparition de l'ACDI semble être reçue avec une certaine indifférence.

L'aide internationale est du même acabit que la protection de l'environnement. Il s'agit d'enjeux qui ne semblent pas toucher les citoyens directement, sans le réaliser, qui ont de profondes et souvent dramatiques répercussions au niveau global.

L'ACDI était responsable d'assurer que le Canada contribue à la réduction des inégalités sociales et économiques dans le monde. En intégrant l'ACDI au ministère des Affaires étrangères et du commerce international, ce n'est pas seulement la disparition d'une grande institution marquée par le passage notamment de Maurice Strong et Paul Gérin-Lajoie, c'est également la fin de la participation du Canada aux efforts impartiaux pour venir en aide aux pays en situation post-conflit ou peu développés économiquement.

Bien sûr, l'aide a toujours été un instrument politique. Il serait naïf de croire qu'elle se distribue de manière désintéressée. Son impact est également parfois décevant et les remises en question et les échecs sont nombreux. Mais grâce à la compétence de l'administration publique en place dans cette institution, et au leadership ministériel qui y était parfois associé, l'ACDI réussissait à se démarquer. Elle faisait en sorte que les efforts consentis avaient une certaine indépendance des intérêts politiques, et servaient directement à l'amélioration du bien-être des populations visées.

Au-delà du cynisme lié à cet instrumentalisation, l'ACDI était le dernier château fort de l'aide canadienne et un patrimoine de savoir-faire et d'expertise reconnus internationalement. Elle disposait d'une forte identité et ses fonctionnaires, quoique muselés, représentaient l'un des piliers de notre société civile engagée internationalement. Elle reflétait la vitalité de la société civile canadienne patiemment construite au cours des 40 dernières années. L'ACDI était empreinte de leurs valeurs de coopération, d'humanisme et de solidarité internationale, loin des discours néolibéraux de l'aide qui favorisent aujourd'hui plutôt les investissements privés et les résultats immédiats.

Alors que l'on parlait d'une transformation de l'aide, la fermeture de l'ACDI impose une rupture complète avec l'internationalisme qui définissait généralement la politique étrangère canadienne des 50 dernières années. Avec les coupures systématiques dans les programmes de financement pour l'éducation du public, la fermeture d'organismes (Droit et Démocratie) qui ne se conformaient pas complètement aux intérêts du gouvernement conservateur, l'ouverture du Bureau des libertés religieuses et le financement d'organisations confessionnelles, l'aide canadienne est maintenant explicitement un prolongement des intérêts et de l'idéologie conservatrice à l'international. Maintenant que l'ACDI a disparu, il y a fort à parier que d'autres institutions telles que le Centre de recherche sur le développement international (CRDI) passera également prochainement sous le couperet.

Ainsi, l'aide canadienne étant placée sous l'autorité directe du ministère des Affaires étrangères et du commerce international, il ne faudra pas s'étonner lorsque le Canada ne répondra plus aux besoins des pays qui subissent de catastrophes naturelles ou climatiques, ou aux populations victimes d'un conflit.

Il faudra encore moins se surprendre de voir que les investissements qui devraient servir à réduire les inégalités sociales produisent davantage de pauvreté en favorisant l'expansion de l'industrie minière extractive canadienne.

Bref, il ne faudra pas être surpris si les programmes que l'on continuera d'appeler «aide» ne répondront plus aux besoins des autres. Les cordons de la bourse seront désormais encore plus près de nos propres intérêts. N'est-ce pas là une contradiction?

Le Canada perd ainsi ce qui lui restait de crédibilité internationale et ses principes d'impartialité, de neutralité et d'humanité, qui sont au coeur de l'action humanitaire contemporaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer