La banalisation du sexe

Légaliser la prostitution ne ferait que banaliser encore... (Photo Fethi Belaid, Agence France-Presse)

Agrandir

Légaliser la prostitution ne ferait que banaliser encore plus le sexe qu'il ne l'est déjà, en plus d'encourager le trafic humain.

Photo Fethi Belaid, Agence France-Presse

Partager

Sur le même thème

Sophia Kagansky
auteure est étudiante en service social à Université de Montréal.

Je ne sais pas si c'est juste moi qui ai cette drôle d'impression, mais on dirait qu'il y a une grande banalisation du sexe dans notre société. Et plus le temps avance, plus la situation empire.

L'internet aidant, la pornographie est à portée de main, présente dans chaque foyer, isolant les couples, créant des attentes irréalistes envers le partenaire, véhiculant une image dégradante de la femme réduite au simple objet sexuel. J'exagère? À peine. Une société qui aspire à défendre la dignité humaine, mais qui faillit cruellement à sa tâche.

Loin de moi l'idée d'enlever aux féministes les luttes si chèrement acquises, mais la liberté sexuelle des années 1970 semble avoir des effets indésirables et, comme, toujours c'est les femmes qui en subissent les conséquences.

L'industrie du sexe et de la pornographie engrange des recettes faramineuses sur le compte de la marchandisation du corps des femmes, enfants et hommes, tout en branlant le spectre de la libre expression. Notre bonne vieille société néolibérale! Sans demande, pas d'offre; ou mieux, sans offre, pas de demande.

Cette liberté est donc si importante et spéciale qu'elle doit outrepasser le respect de la dignité humaine? Certains envisagent même la légalisation de ce qu'il est maintenant convenu d'appeler le travail du sexe. C'est un choix de société que nous devons faire.

Légaliser ne réglerait en rien le problème de la prostitution qui tire sa source des inégalités sociales qui prévalent dans notre société. Inégalités sociales qui sont renforcées par le laxisme du gouvernement à agir pour permettre des chances égales de réussite à tous. Alors qu'on sait que l'entrée dans le monde de la prostitution se fait souvent à l'adolescence, ce n'est sûrement pas par choix éclairé que des filles décident du jour au lendemain d'être des prostituées. Non! Ceci n'est sûrement pas un choix libre et éclairé, car encore pour être libre, il faut avoir l'option des choix. Or, si on leur en donnait les moyens, bon nombre de filles ne feraient pas le trottoir, car la prostitution, c'est la solution de ceux qui croient qu'il n'y a plus de solutions possibles.

Légaliser la prostitution ne ferait que banaliser encore plus le sexe qu'il ne l'est déjà, en plus d'encourager le trafic humain. Il n'y a qu'à voir l'exemple des Pays-Bas. Légaliser signifierait qu'être prostituée figurerait au champ des emplois qui s'offrent aux filles et aux jeunes femmes. C'est là la solution facile d'une société qui refuse de voir les causes profondes de ce mal-être.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer