Manifester... pour le droit de manifester

La manifestation du 15 mars contre la brutalité... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

La manifestation du 15 mars contre la brutalité policière s'est soldée par plus de 250 arrestations.

Photo David Boily, La Presse

Partager

Marcos Ancelovici
L'auteur est professeur adjoint au département de sociologie de l'Université McGill.

La Presse

La manifestation du 15 mars contre la brutalité policière se sera donc soldée par plus de 250 arrestations. Les manifestants ont été encerclés par le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) quelques minutes à peine après le début du rassemblement. Il n'y a donc pas vraiment eu de manifestation.

Pourtant, il n'y a pratiquement pas eu de méfaits commis : les médias rapportent une vitre de voiture et une vitrine brisées. C'est tout. Ce ne sont certainement pas les 250 personnes arrêtées qui ont commis ensemble ces deux méfaits. Mais alors pourquoi le SPVM a-t-il empêché la manifestation?

La principale raison invoquée par le SPVM pour justifier les arrestations est que le trajet de la manifestation n'avait pas été fourni, ce qui contrevient au règlement municipal P-6. La question que d'aucuns ne manqueront pas de poser est alors : pourquoi les organisateurs de la manifestation, en l'occurrence, le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP), ne donnent-ils pas tout simplement un itinéraire au SPVM? Je ne peux pas répondre à la place du COBP. Cependant, on peut formuler deux hypothèses : cette décision peut traduire un manque de confiance et représenter un choix stratégique.

Du point de vue des organisateurs d'une manifestation, présenter un itinéraire initie une négociation qui suppose une reconnaissance mutuelle des parties en présence et une confiance en l'autorité de l'État. Or, dans la mesure où le COBP dénonce, précisément, les abus de la police et donc de l'État, il n'est pas surprenant que la reconnaissance mutuelle et le lien de confiance qui doivent sous-tendre la demande d'autorisation de la manifestation fassent défaut. Le COBP n'a probablement pas confiance en la police et on peut supposer que celle-ci le lui rend bien.

Refuser de soumettre un itinéraire peut également être un choix stratégique dans la mesure où l'on anticipe que la police essaiera d'imposer un itinéraire qui viendrait miner la portée de la manifestation, en empêchant, par exemple, le passage du cortège devant un lieu hautement symbolique mais potentiellement trop perturbateur pour l'ordre public du point de vue de la police. Ne pas soumettre un itinéraire équivaut alors à refuser d'initier un processus de négociation avec l'État dont on anticipe qu'on sortira perdant.

De manière plus générale, ce que le COBP remet en question en ne soumettant pas de trajet, c'est la légitimité de la façon dont l'État encadre la liberté d'expression. C'est aussi une façon de revendiquer un droit de manifester qui serait un droit de perturber. À cet égard, il est intéressant de noter que le règlement P-6 interdit aussi « de gêner le mouvement, la marche ou la présence [des] citoyens [qui utilisent également le domaine public à cette occasion] ». Comment une manifestation peut-elle mettre de l'avant des revendications politiques dans l'espace public sans gêner le mouvement des gens qui s'y trouvent ? Si une telle chose arrivait, s'agirait-il encore d'une manifestation ?

Les gens exclus du pouvoir n'ont souvent d'autre moyen pour se faire entendre que d'avoir recours à la manifestation. La perturbation de l'ordre public que celle-ci implique est donc une façon de compenser un manque de ressources et une exclusion du processus de formulation des décisions publiques. Manifester dans la rue suppose alors de temporairement priver les autorités de la coopération dont leur pouvoir dépend. Cela veut dire que, par nécessité, l'on suspend temporairement sa contribution à la quiétude civile.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer