Les effets néfastes du changement d'heure

En gardant l'heure d'été à l'année, on garderait...

Agrandir

En gardant l'heure d'été à l'année, on garderait aux enfants de bouger davantage.

Partager

Valérie Harvey
L'auteure habite Lévis.

La Presse

Les médias nous le répètent : en fin de semaine, n'oubliez pas d'avancer vos montres. À peu près tout le monde chialera en perdant cette heure, et toute la semaine, on se promènera les yeux petits à cause du manque de sommeil.

Des articles nous rappelleront que ce changement a des conséquences sur notre santé : de l'insomnie, ce qui augmente le nombre d'accidents de la route parce qu'on est plus fatigués, des infarctus pour les plus sensibles, un réajustement des médicaments pour les malades chroniques, les parents qui expérimentent les réveils bouleversés des enfants... 

On chiale, on chiale, mais personne n'agit. Pourquoi? Parce que le changement d'heure, c'est comme un caillou dans un soulier: c'est plate, mais on ne va pas nécessairement s'arrêter de marcher pour si peu.

Or, depuis que je suis maman, le changement d'heure me fait vraiment mal. Je me suis donc arrêtée pour préparer une pétition qui vient d'être mise sur le site de l'Assemblée nationale. Pour ceux qui savent déjà qu'ils en ont marre de ce changement, je vous invite à aller la signer. Ça ne prend même pas 10 secondes.  

Certains me diront que ça sert sûrement à quelque chose puisque ça existe. Au début, le changement d'heure était justifié par des raisons environnementales : il permettait de profiter des heures d'ensoleillement et de moins utiliser les sources d'énergie. Or, on commence à mettre en doute ces explications. Le mode de vie des Québécois a changé depuis le début du XXe siècle et plusieurs activités s'effectuent maintenant le soir, ce qui augmente la consommation d'électricité : conditionnement physique, télévision, ordinateur, cinéma, jeux vidéo. L'économie d'énergie du changement d'heure est assez minimale.

En fait, en gardant l'heure d'été à l'année, on garderait aux enfants de bouger davantage. Remettre l'heure normale en hiver les amène à moins sortir, diminuant le taux d'activité physique, selon une chercheure du London School of Hygiene and Tropical Medecine.

Qu'est-ce qu'on attend pour arrêter de changer l'heure? Et faire comme la Saskatchewan, l'Arizona, Hawaii? On pourrait s'ajouter à la liste des populations qui n'ont pas à vivre cela deux fois par année : les Japonais, les Russes, les Islandais, les Marocains et les Chinois.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer