Hostile aux entreprises

Parmi les 500 premières entreprises canadiennes,  96... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Parmi les 500 premières entreprises canadiennes, 96 avaient leur siège social à Montréal en 1990, alors qu'en 2011, on n'en dénombrait plus que 75.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partager

Sur le même thème

Charles Lammam, Hugh MacIntyre
Les auteurs sont analystes à Institut Fraser.

La Presse

Au fil des ans, le Québec a acquis la réputation d'être hostile aux entreprises en raison de la promulgation constante de politiques anti-entreprises. En conséquence, Montréal a connu un déclin en tant que pôle d'attraction pour les sièges sociaux des grandes entreprises. Une concentration amoindrie d'importants sièges sociaux entraîne la perte de nombreux avantages économiques pour la ville.

Parmi les 500 premières entreprises canadiennes, soit celles qui génèrent le plus de recettes brutes, 96 avaient leur siège social à Montréal en 1990, alors qu'en 2011, on n'en dénombrait plus que 75, ce qui représente un déclin de 21,9%. Ainsi, la part montréalaise de ces importants sièges sociaux a chuté de 19,2% en 1990 à 15% en 2011.

Ajustée en fonction de la population, la part des 500 premières entreprises canadiennes qui avaient leur siège à Montréal en 1990 était de 2,9 par 100 000 habitants. Et au cours des 21 années subséquentes, cette concentration a chuté de 31%, pour atteindre 2,0 par 100 000 habitants en 2011.

Le déclin du Montréal des affaires a coïncidé avec la détérioration du climat des affaires résultant de politiques provinciales adverses. Dans un rapport intitulé Canadian Provincial Investment Climate, l'Institut Fraser a périodiquement mesuré le climat des affaires en se basant sur des enquêtes menées auprès de gestionnaires de fonds influents invités à indiquer les politiques et autres facteurs qu'ils jugeaient importants pour l'établissement et le maintien d'un climat propice à l'investissement. Cette recherche a révélé que le Québec accuse un recul par rapport à la plupart des autres provinces; dans l'édition de 2010 du rapport, le Québec se classait au septième rang sur dix.

Les gestionnaires de fonds consultés ont indiqué que la prudence financière des gouvernements, le fardeau réglementaire général (incluant paperasserie et autres contraintes administratives), la réglementation du marché du travail et les infrastructures de transport jouent un rôle important dans leurs décisions en matière d'investissement. Ils ont toutefois souligné que l'impôt sur le revenu des sociétés ainsi que l'impôt sur le revenu des particuliers constituent des facteurs particulièrement déterminants.

Au Québec, le taux d'imposition sur le revenu des sociétés est actuellement de 11,9%, dépassant les taux des principaux gouvernements provinciaux qui font concurrence à Montréal pour accueillir les sièges sociaux d'entreprises canadiennes: Calgary (10%), Vancouver (10%), et Toronto (11,5%). Au cours des dernières années, alors que le gouvernement québécois rendait Montréal moins concurrentielle en haussant l'impôt sur le revenu des sociétés, les gouvernements provinciaux des villes concurrentes le réduisaient afin de rendre leurs climats d'affaires respectifs plus favorables à l'investissement et à l'activité économique.

En 2012, les Montréalais qui ont perçu les revenus les plus élevés ont dû payer un taux combiné d'impôts fédéral et provincial s'élevant à 48,22%. Ce qui, encore une fois, se compare défavorablement avec les taux combinés en vigueur à Calgary (39%), à Vancouver (43,7%) et même à Toronto (47,97%).

Ce désavantage ne pourra que s'accentuer cette année, puisque le Québec haussera le taux le plus élevé d'imposition de 1,75 point de pourcentage. Et, tout aussi troublant, ce nouveau taux plus élevé s'appliquera au revenu relativement bas de 100 000$. Ce bas seuil affectera de nombreux professionnels qualifiés et viendra s'ajouter aux difficultés que les entreprises québécoises doivent déjà surmonter pour attirer et retenir des travailleurs.

La hausse constante de l'impôt sur le revenu des sociétés et des particuliers a rendu le climat des affaires de Montréal non concurrentiel, comparé à celui des autres grandes villes canadiennes. Rendre le régime fiscal plus concurrentiel marquerait une étape importante vers la reprise et le maintien de la position enviable de Montréal parmi les grands centres d'affaires canadiens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer