Douze mots ont retenu l’attention de nos éditorialistes cette année.

Publié le 29 déc. 2021
Nathalie Collard
Nathalie Collard La Presse
Stéphanie Grammond
Stéphanie Grammond La Presse
Philippe Mercure
Philippe Mercure La Presse
Alexandre Sirois
Alexandre Sirois La Presse

Féminicide

Son origine remonte peut-être au XVIIe siècle, mais le mot « féminicide » n’a jamais été aussi tragiquement actuel. Depuis le début de 2021, 18 femmes sont mortes… parce qu’elles étaient des femmes. Le gouvernement Legault a annoncé des sortes de mesures pour combattre la violence conjugale, mais il faut aussi se pencher sur l’éducation des garçons. De ce côté-là, il reste encore beaucoup de travail à faire.

Nathalie Collard

Pénurie

En 2020, on a manqué de papier de toilette. En 2021, on a manqué de tout le reste. De travailleurs – infirmières, psychologues, agents de la DPJ –, ce qui n’est pas près de s’améliorer avec le vieillissement de la population. Mais aussi d’une foule de produits – bois, électroménagers, chauffe-terrasses, motoneiges –, ce qui a fait exploser l’inflation… un autre mot qui a marqué l’année.

Stéphanie Grammond

Inflation

Du marché immobilier jusqu’à l’épicerie, les prix ont grimpé en flèche en 2021. L’inflation a atteint des niveaux jamais vus en une génération. Au Québec, l’indice des prix à la consommation a bondi de 5,2 % en novembre. Malheureusement, ce sont les ménages les plus pauvres qui en font les frais. Et ils n’ont pas fini de se serrer la ceinture, car le prix des aliments devrait augmenter de 5 % à 7 % en 2022. Une facture de 1000 $ de plus pour une famille de quatre.

Stéphanie Grammond

Vaccins

S’il y a quelque chose qui a changé le visage de 2021, ce sont bien les vaccins. En première moitié d’année, le Québec a été marqué par un réseau de la santé qui frôlait la catastrophe, des commerces fermés et un couvre-feu de quatre mois et demi. L’arrivée massive des vaccins nous aura donné une longue bouffée d’air… jusqu’à l’arrivée d’Omicron. On salue les Québécois, qui présentent l’un des meilleurs taux de vaccination de la planète.

Philippe Mercure

Pensionnats

Il n’est pas faux de dire que nous avons assisté en 2021 à la fin du déni quant au drame des pensionnats pour les Autochtones. Il aura fallu découvrir des dépouilles d’enfants, par centaines, pour véritablement prendre conscience de ce que nos gouvernements ont fait subir aux peuples autochtones. Tout ça avait déjà été documenté méticuleusement par la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Et dénoncé. Mais jamais n’avions-nous appréhendé le phénomène collectivement, en tant que nation, de façon à réaliser l’ampleur du drame et de ses conséquences. C’est chose faite.

Alexandre Sirois

Insurrection

La radicalisation de la contestation politique n’est pas un phénomène exclusivement américain. Mais de toutes les démocraties occidentales, au cours des dernières années, c’est dans ce pays que ce phénomène aura été poussé le plus loin. Il faut encore se pincer pour être bien certain de n’avoir pas rêvé : en 2021, des manifestants ont marché sur le Capitole. Et ils étaient soutenus par le président sortant, Donald Trump, enthousiasmé par cette insurrection. Ce dernier a été battu par Joe Biden, mais le trumpisme n’a pas fini de faire des ravages.

Alexandre Sirois

Inutile

Tout ça pour ça ! Les élections fédérales de l’automne dernier ont coûté 612 millions de dollars aux contribuables. Mais à quelques sièges près, elles ont conduit à une Chambre des communes pratiquement inchangée. Justin Trudeau a perdu son pari de remporter une majorité. Et n’aura convaincu personne de l’utilité de cet exercice.

Philippe Mercure

Woke

C’était un mot inoffensif qui signifiait « éveillé » : aux idées progressistes, aux luttes sociales, à la discrimination. C’est devenu une insulte que certains se lancent par la tête en le détournant de son sens. Un mot qui, lorsqu’il est mal utilisé, traduit une certaine résistance au changement. Un souhait pour 2022 ? Qu’on lui redonne son sens original.

Nathalie Collard

Réhabilitation

Combien de temps une vedette doit-elle rester au purgatoire après avoir commis un geste répréhensible ? Question simple, réponse complexe. L’animatrice Maripier Morin, qui a agressé la chanteuse Safia Nolin, et le joueur de hockey Logan Mailloux, qui a partagé des images intimes de sa partenaire, ont appris qu’il ne fallait pas brûler les étapes sur la route de la réhabilitation.

Stéphanie Grammond

Dôme

Des habitants de l’ouest du Canada emprisonnés sous un dôme de chaleur. Ce phénomène météorologique, dont la plupart d’entre nous avons appris l’existence en 2021, nous a rappelé à quel point la fuite en avant pratiquée depuis des décennies sur les questions climatiques nous mène tout droit vers un mur. Visiblement, ça n’a pas encore ému suffisamment de Terriens. Nous avons encore, à la COP26, refusé de modifier notre trajectoire assez radicalement. Il en faudra hélas d’autres, des dômes de chaleur, pour nous convaincre à la fois de notre vulnérabilité troublante et de l’urgence d’agir.

Alexandre Sirois

Hydroélectricité

Notre hydroélectricité a été au cœur d’importants débats cette année. L’entente avec New York rapportera 20 milliards de dollars et empêchera l’émission de millions de tonnes de gaz à effet de serre. Celle avec le Massachusetts est toutefois compromise depuis que les électeurs du Maine ont refusé le passage d’une ligne à haute tension chez eux. L’hydrogène vert fait rêver nos politiciens, mais il faudra voir quelle portion de notre hydroélectricité on veut y consacrer.

Philippe Mercure

Métavers

Le métavers est une nouvelle dimension de l’internet où les géants comme Facebook et Microsoft se bousculent déjà. Le marché immobilier y est en surchauffe, les grandes marques de mode y ont leur boutique, des artistes y donnent des concerts… tous en mode virtuel. Quant à nous, nous pouvons nous y perdre en changeant de peau grâce à nos avatars. Qui a dit qu’on n’avait qu’une vie à vivre ?

Nathalie Collard