Patinage de vitesse Canada a dévoilé vendredi la composition provisoire de son équipe nationale pour la saison 2021-2022. Charles Hamelin, qui s’était retiré des Championnats canadiens après avoir subi une commotion cérébrale lors de la première journée, en fait partie.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Les sélections sont fondées sur le classement final des Championnats canadiens, les recommandations des entraîneurs et du programme national, l’évaluation des demandes d’exemption d’athlètes et les choix discrétionnaires.

Rappelons que Kim Boutin, Courtney Sarault, Florence Brunelle, Steven Dubois, Pascal Dion et Jordan Pierre-Gilles s’étaient déjà qualifiés en terminant aux premiers rangs lors des Championnats nationaux, qui avaient lieu à Montréal du 21 au 29 août. Ils ont ainsi obtenu non seulement leur place sur l’équipe nationale, mais aussi au sein du bassin de courses des Compétitions spéciales de qualification olympique (CSQO), ce qui veut dire qu’ils représenteront le pays aux épreuves d’automne de la Coupe du monde.

Chez les femmes, Alyson Charles, Danaé Blais et Camille De Serres-Rainville s’ajoutent au groupe des CSQO. Chez les hommes, il s’agit de Charles Hamelin, Maxime Laoun et William Dandjinou.

C’est donc dire qu’Hamelin, qui n’avait participé qu’à deux courses avant sa blessure, a déposé une demande d’exemption après les Championnats et que celle-ci a été acceptée. Le contraire aurait été étonnant, considérant que le patineur de 36 ans est l’un des athlètes les plus décorés de l’histoire olympique canadienne.

Deux femmes et deux hommes s’ajoutent à l’équipe nationale, mais ne prendront pas part aux épreuves de la Coupe du monde : Claudia Gagnon, Rikki Doak, Nicolas Perreault et Alphonse Ouimette.

À noter que seuls les 12 athlètes — six de chaque genre — qui se retrouvent au sein du bassin des CSQO demeurent en lice pour une place sur l’équipe olympique en vue des Jeux de Pékin 2022. Ladite équipe sera mise sur pied en fonction des performances des patineurs aux épreuves de la Coupe du monde prévues à Pékin (du 21 au 24 octobre), Nagoya (du 28 au 31 octobre), Debrecen (du 18 au 21 novembre) et Dordrecht (du 25 au 28 novembre).

Équipe inchangée

Les fins observateurs remarqueront que l’équipe nationale demeure pratiquement inchangée par rapport à la saison dernière. Le Sherbrookois de 20 ans Nicolas Perreault est le seul nouveau venu, lui qui a connu d’excellentes performances aux Championnats nationaux. Il a notamment remporté l’or à l’un des trois 1500 m, s’emparant du cinquième rang au classement final.

Perreault, qui faisait auparavant partie de l’équipe de développement, n’est pas le premier de sa famille à percer dans le sport. Son père, Sylvain Perreault, a fait partie de l’équipe nationale sur longue piste dans les années 1980, tandis que ses tantes Annie et Maryse Perreault ont marqué le monde du courte piste. La première a été triple médaillée olympique dans les années 1990, alors que la deuxième est une ancienne championne du monde.

Le jeune homme n’aura pas l’occasion de concourir aux épreuves de la Coupe du monde, mais il pourra s’entraîner aux côtés des meilleurs patineurs canadiens.

Par ailleurs, à 17 ans, Florence Brunelle est la plus jeune athlète sur l’équipe nationale.

« Mon objectif, c’est d’aller aux Jeux avec l’équipe », avait-elle affirmé en entrevue avec La Presse après la première journée de courses des Championnats canadiens.

Tous les espoirs sont permis pour la jeune Trifluvienne, qui a devancé plusieurs vétéranes de l’équipe nationale à cette compétition.

Précisons que la composition des équipes pourrait encore changer dans les prochaines semaines, advenant le cas où un appel devait être déposé et accepté.

Les athlètes de l’année

Patinage de vitesse Canada a dévoilé cette semaine ses athlètes de l’année chez les hommes et chez les femmes. Il s’agit de Charles Hamelin et Courtney Sarault en courte piste ainsi que de Laurent Dubreuil et Ivanie Blondin en longue piste. Ceux-ci ont aidé le Canada à briller sur la scène internationale au cours de la dernière saison, alors qu’ils ont collectivement décroché huit médailles à des Championnats du monde, a-t-on fait valoir par voie de communiqué.