L’avenir semble assuré dans l’équipe nationale de courte piste grâce à la présence de plusieurs jeunes et talentueux patineurs. Du nombre, la Trifluvienne de 17 ans Florence Brunelle, qui fait déjà tourner les têtes avec ses performances.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Florence Brunelle vient de commencer à compétitionner chez les seniors, mais cela ne l’empêche pas d’être l’une des meilleures patineuses aux Championnats canadiens, qui se déroulent à Montréal depuis samedi.

Elle a d’ailleurs livré d’impressionnantes performances, dimanche, en s’emparant de l’or dans les deux distances de la journée, le 1000 m et le 1500 m, devançant des patineuses comme Kim Boutin et Courtney Sarault.

Même si elle est au deuxième rang des plus jeunes athlètes à la compétition, hommes et femmes confondus, Brunelle est probablement celle qui connaît l’ascension la plus fulgurante. Sortie de sa coquille à l’hiver 2020, elle a été double médaillée d’argent aux Championnats du monde juniors et double médaillée de bronze aux Jeux olympiques de la jeunesse.

Membre de l’équipe nationale senior depuis presque un an maintenant, Brunelle caresse de grands objectifs cette saison.

« Mon objectif, c’est d’aller aux Jeux avec l’équipe », a-t-elle lancé on ne peut plus clairement en entrevue avec La Presse dans les gradins de l’aréna Maurice-Richard, après la première journée de courses, samedi.

Être un bon athlète, ça englobe plusieurs choses. Physiquement et mentalement, je pense que je suis là, je suis dans la game. Tactiquement, j’ai encore beaucoup à aller chercher pour m’améliorer. Mais ça fait partie du processus et ce n’est pas parce qu’un de ces aspects est plus en développement que je n’aurais pas ma place sur l’équipe.

Florence Brunelle

Une conversation avec Brunelle suffit pour comprendre qu’elle est très mature pour son âge.

Même si elle connaît très bien ses objectifs, l’adolescente évite de regarder trop loin devant. Pour l’instant, elle souhaite devenir une « meilleure athlète » en concentrant son énergie sur le côté tactique du sport. Pour ce faire, elle veut entre autres s’assurer de respecter la stratégie qu’elle s’établit avant chaque course.

« Étant donné que j’envisage de faire les Coupes du monde, c’est ça que je veux pratiquer. J’ai plein de courses devant moi pour ça. Oui, les sélections olympiques, ce sont juste des distances individuelles, mais on n’oublie pas qu’il y a un relais durant les Coupes du monde et aux Jeux olympiques. C’est un autre aspect dans lequel je fais partie de la game. »

Brunelle s’est jointe à l’équipe nationale en octobre 2020, mais elle n’a pris part à sa première compétition chez les seniors que plusieurs mois plus tard, au mois de mars dernier, alors qu’elle a été sélectionnée pour représenter le pays aux Championnats mondiaux, aux Pays-Bas.

« J’ai un manque d’expérience, mais je suis quand même capable, avec le peu d’expérience que j’ai, de me créer des bases et d’avoir confiance en moi, a-t-elle expliqué en lien avec cette expérience. Quand je suis allée là-bas, j’ai encore une fois fait face à ça. J’ai du potentiel physiquement, mais notre sport, ce n’est pas juste ça. C’est vraiment ce que je suis en train d’apprendre et c’est ce que j’en ai retiré. »

Sans pression

Même si elle est considérée comme une des prochaines vedettes canadiennes du sport et qu’elle côtoie les Boutin, Charles Hamelin et Pascal Dion depuis un an, Brunelle doit souvent se rappeler à elle-même qu’elle n’a que 17 ans.

« C’était le running gag aux Championnats du monde : j’ai 17 ans et ce sont les 17es championnats du monde de Charles [Hamelin] », a-t-elle lancé en souriant.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Chez les femmes, Florence Brunelle a terminé en première place devant Courtney Sarault et Kim Boutin.

« Je pense que j’ai évolué vite et, parfois, il faut que je m’assoie et que je me dise : « Regarde, Florence, t’es pas encore à ce niveau-là, mais c’est correct, chaque chose en son temps. » On dirait que parfois, je me dis que je veux ça, ça et ça. Mais il faut que je m’assoie et que j’apprenne à être fière de ce que j’ai fait pareil. C’est une des choses que j’ai aussi beaucoup travaillées. »

On le disait plus tôt : Brunelle fait preuve d’une grande maturité. C’est le cas non seulement dans sa façon de s’exprimer, mais aussi dans sa manière d’aborder la suite de son parcours.

« Il ne faut juste pas que je me mette à voir trop loin et que je voie vraiment une étape à la fois. En disant que je suis une étoile montante, on peut penser : « Florence, elle va faire ça plus tard et elle va sûrement réussir à gagner ça. » Oui, j’y pense, mais il y a du chemin à faire.

« J’ai un truc avec mon préparateur mental. Quand j’ai un objectif, j’ai la montagne devant moi et ça me fait quasiment peur. Mais il y a aussi la façon dont tu vas monter la montagne. Il y a un chemin à prendre. C’est ce que je suis en train de faire. Je prends le chemin qu’il faut pour un jour aspirer à être en haut de la montagne, mais une étape à la fois. »

Résultats du dimanche

La deuxième des cinq journées de courses a été marquée par l’absence du quintuple médaillé olympique Charles Hamelin, qui a décidé de se retirer pour des « raisons médicales ».

La journée commençait avec le 1000 m, le premier de la semaine – rappelons que les athlètes parcourront chaque distance à trois reprises pour un total de neuf épreuves. Chez les femmes, Florence Brunelle a terminé en première place devant Courtney Sarault et Kim Boutin. Chez les hommes, c’est le natif de Lachenaie Steven Dubois qui a remporté la finale A, suivi de Pascal Dion et de Maxime Laoun.

Les 40 athlètes prenaient ensuite part au deuxième 1500 m de la semaine. Florence Brunelle a mené tout au long de la course pour l’emporter. Courtney Sarault et Camille De Serres-Rainville ont respectivement conclu en deuxième et en troisième place, tandis que Kim Boutin a dû se contenter de la dernière place de la finale A, donc de la 7place sur 20 femmes.

Rappelons que Boutin avait remporté les deux distances de la première journée de compétition, samedi, c’est-à-dire les premiers 1500 m et 500 m.

Du côté masculin, c’est le jeune Sherbrookois de 20 ans Nicolas Perreault qui remporté le 1500 m. Il a devancé les membres de l’équipe nationale senior Steven Dubois et Jordan Pierre-Gilles.

Les prochaines courses auront lieu mercredi.