Pour renouer avec la rentabilité, Postes Canada change de stratégie et éliminera graduellement la livraison du courrier à domicile en milieu urbain. Qu'en pensez-vous?

Mis à jour le 13 déc. 2013
LA PRESSE

Nous vous remercions pour vos commentaires.



Factures en ligne

La fin de la livraison du courrier à domicile signifie pour moi simplement l'adhésion à la réception de mes factures en ligne. En fait, j'aurais pu le faire il y a bien longtemps, mais je considérais que je fournissais du travail à une honnête personne qui en a besoin.  Or, j'attendais une décision de la sorte pour procéder.  Postes Canada n'a jamais su se renouveler lors de l'avènement de l'internet. Ses gestionnaires sont des dinosaures grassement payés et qui se complaisent dans leurs grandes tours à bureau.  Ils auraient pu s'inspirer d'autres sociétés postales qui ont su se démarquer, se renouveler et certaines se sont même accaparé le marché de la messagerie électronique.  Notre société d'État, dont les timbres fascinent des générations de philatélistes, a dépéri au fil des mauvaises décisions de gestion qui sont prises.  Au lieu de couper les petits travailleurs, il faudrait peut-être regarder le nombre de gestionnaires trop bien payés pour mal gérer cette entreprise.  Ainsi après presque trois siècles de distribution de courrier au Canada des gens sans vision vont envoyer des travailleurs au chômage, sous prétexte que cela va enrayer les pertes.  Plutôt que d'avoir mon courrier livré à la maison, je vais me retrouver avec une boîte postale au coin d'une rue que je vais vider une fois par mois et qui sera remplie de publicités. 

Martin Morin, Notre-Dames-des-Prairies

Logique

Notre ministre des Finances blâme en partie la trop faible inflation pour expliquer le déficit. Hydro-Québec et Postes Canada tentent de remédier à cette situation.

Pierre Lazure, Ste-Sophie

Mobilisons-nous

On est tous touchés, puisque le service postal appartient à la population. Nous devrons tous nous mobiliser en en parlant dans nos familles durant la période des Fêtes. Faut faire comprendre à Harper que ça ne lui appartient pas et qu'il faut changer la façon de faire de Postes Canada en congédiant son PDG inefficace. Une campagne nationale est en marche et j'y suis impliqué.

Guy Rochon 

L'autonomie des handicapés

En tant que jeune adulte handicapée, j'ai la vague impression qu'on assume que tout le monde va toujours tout faire pour moi. Tout faire comme aller chercher mon courrier. J'ai 22 ans, j'ai une vie active et j'ai envie d'être autonome. 

Je comprends que le service doit changer, mais de là à l'enlever complètement... 

Marilyne Turcot

Héritage détruit

Ce qui est malheureux avec cette décision, c'est qu'elle contribue à déconstruire encore plus les services publics au Canada, un héritage du gouvernement conservateur. L'angle sous lequel a été prise cette décision ne laissait aucun autre choix que celui de la réduction de service: il n'y avait que cela sur la table. Une société est profitable pendant 16 années, et, après un bilan financier annuel moins bon, on s'empresse de couper.

Plusieurs services de postes nationaux ont diversifié leurs services. Postes Canada a un incroyable réseau de bureaux dans la plupart des communautés. En France, en Allemagne et dans plusieurs autres pays, de tels comptoirs servent également à donner des services financiers qui auraient pu aider la société d'État à renouer avec la rentabilité. Au lieu de cela, il y aura des pertes d'emploi, la fermeture de bureaux et la dévastation de plusieurs communautés. C'est inacceptable et le gouvernement canadien doit porter l'odieux de cette décision.

Pierre Lebel, Gatineau

Soyez compétitifs

Saviez-vous qu'il est possible de faire venir un colis de la Chine via Poste Canada pour 8$, incluant le coût des marchandises et une signature à la réception?  Alors que, pour une entreprise d'ici, expédier un colis identique peu importe où au Québec par Poste Canada coûtera au minimum 12$.

En tant que service national, Poste Canada devrait au minimum offrir un taux identique aux entreprises d'ici, sinon plus avantageux.

Une révision des taux offerts aux entreprises étrangères devrait leur permettre de maintenir certains services en place.

René Daoust, ÉcoSolPlanète Inc., Jeune entrepreneur utilisant fréquemment les services de Poste Canada

Réduire la fréquence

Je crois que l'on pourrait fort bien arriver aux mêmes économies en réduisant graduellement la fréquence des livraisons de cinq à quatre, puis à trois jours par semaine. C'est faisable, en réaménageant les rondes de distribution. Quant à la majoration des tarifs, personne ne nous fera croire que le pourcentage prévu est justifié.

Marcel Poitras, Boucherville

Je ne vois aucun problème en ce qui me concerne. Plusieurs endroits fonctionnent déjà avec des boîtes et casiers postaux et cela semble très bien se passer. De plus, l'hiver je n'aurais pas à m'assurer de déblayer la neige de mes marches, afin que la poste soit distribuée à mon domicile sans risque pour le facteur. Par contre, les gens pourront-ils recevoir leur courrier à la maison? Un peu comme ceux qui ont une vignette de stationnement, ceux-ci pourront-ils bénéficier d'un accommodement? Il faut que toutes les hypothèses aient été envisagées avant d'en venir à cette méthode.

Mélanie Gagnon

Mauvaise gestion

Je souhaite simplement attirer votre attention sur le fait que si Postes Canada est en difficulté, pourquoi deux facteurs différents passent-ils pour livrer le courrier deux fois par jour à mon domicile?

Élisabeth Trudeau, Montréal 

Fréquence réduite

Pourquoi la Société va-t-elle vers cette option qui sera coûteuse (planification des sites de boîtes communautaires, démarches avec les municipalités les résidents, les entrepreneurs, l'installation et entretien des sites, etc.)?

Saviez-vous que vers fin des années '80, la Société étudiait déjà la possibilité de réduire ses coûts de livraison résidentielle, en offrant la livraison deux ou trois fois semaine.

Aujourd'hui en 2013, pour avoir moi-même travaillé sur ces projets entre 1987 et 1990, lorsque j'étais à Poste Canada, je demeure convaincu que la meilleure solution pour la Société des Postes et les citoyens demeure la réduction des journées de livraison. Le calcul des coûts ainsi épargnés est plus grand que l'installation de boîtes communautaires et de continuer la livraison cinq fois par semaine.

Comme le courrier livré est composé de plus de 70% de factures, d'états de compte, de magazines et de circulaires, la livraison à fréquence réduite n'aurait pas d'impact véritable sur la vie des particuliers. Pour ceux qui travaillent de la maison, l'alternative pour une livraison quotidienne est le service de casiers postaux.

Maintenant, voyons ce qui reste de la force du syndicat et du lobbying politique, qui ont toujours eu beaucoup de place dans les décisions corporatives de Poste Canada.

Daniel Rondeau, Sorel-Tracy

Boîtes trop éloignées

Je crois que le plan stratégique de Poste Canada est bien pensé et couvre tous les aspects de l'évolution de la réalité.

J'ai un bémol est sur l'utilisation des boîtes communautaires. Je vis avec cette réalité chez moi. Sauf qu'une belle aberration existe. Une série de ces boîtes sont présentes à une distance raisonnable pour une petite marche santé, mais mon casier n'est pas à cet endroit. Mon casier est dans une autre boîte communautaire, plus loin, et je dois m'y rendre en auto, car c'est trop loin.

Quand j'ai relevé cet état de fait à mon bureau de poste local, j'ai eu droit à une réponse imprécise, évasive et très laconique.

Daniel Brais, St-Hippolyte

Raisonnable

La nouvelle stratégie de Postes Canada, quant à l'arrêt des livraisons du courrier à la porte me paraît raisonnable. Bien qu'à première vue, il s'agisse d'une réduction de services pour lesquels on sera amenés à payer davantage, les raisons qui ont mené à une telle décision (dont la réduction du volume de courrier) s'appliquent également dans l'autre sens. En effet, s'il y'a réduction de courrier il y a également réduction du nombre de lettres qu'on reçoit et, par conséquent, les déplacements vers les boîtes communautaires se feront de moins en moins fréquemment. Je redoute toutefois les effets qu'une telle mesure pourra avoir sur les personnes âgées et à mobilité réduite. Peut-être que nous verrons les aspects communautaires et de voisinages se renforcer et que les voisins se mobiliseront pour distribuer à la porte le courrier de ces personnes défavorisées par cette mesure.

Anis Boubaker, Montréal 

Majorer les prix

Pourquoi l'envoi d'une lettre par la poste coûte seulement 63 cents? À l'aube de 2014, Poste Canada pourrait charger 2 $ par envoi. Les individus ne seraient pas contre ce coût pour maintenir un service de qualité. Je crois que la seule raison pour laquelle Poste Canada charge aussi peu, c'est pour la clientèle d'affaires essentiellement. Alors, au lieu de couper dans les services de livraison aux particuliers, qu'ils fixent leurs prix en fonction d'un niveau acceptable pour les particuliers. Si les entreprises trouvent ça trop dispendieux, elles pourront faire leurs envois avec les services de courrier spécialisés. Vous verrez, ils reviendront en courant même à 2 $ l'envoi.

David Devost 

Oui, mais graduellement

Je n'ai aucun problème avec les deux solutions, mais serait-il possible d'épargner les utilisateurs un peu et de commencer par les boîtes postales communautaires, afin de constater les économies réalisées et, par la suite, ajuster le prix des timbres et facturer le prix du timbre à l'unité au même prix qu'en livret au moins lorsque l'on expédie du courrier à partir de leurs succursales?

Stéphane Vigeant