En réponse au texte signé par six chefs des Premières Nations, « Hydro-Québec doit arrêter d’ignorer les droits des Premières Nations », publié le 18 décembre

Publié le 20 janv. 2021
Sophie Brochu
Sophie Brochu Présidente-directrice générale, Hydro-Québec

En matière de relations avec les autochtones, les dernières décennies nous ont beaucoup appris, de sorte que les façons de faire d’aujourd’hui sont complètement différentes de celles d’autrefois. Nous ne sommes certainement pas parfaits, mais depuis plus de 40 ans, nous sommes résolument engagés à construire des relations basées sur l’authenticité, le respect et l’écoute.

Hydro-Québec a formé ses premiers partenariats avec les communautés autochtones du Québec dans les années 70, dans le cadre du grand projet hydroélectrique de la Baie-James. Les débuts ont été difficiles. Des changements majeurs ont dû être apportés dans la manière de réfléchir à nos projets, dans nos comportements d’entreprise et dans notre façon d’aborder nos partenaires autochtones.

Tout au long du parcours, nous avons progressé. Au fil des ans, nous avons conclu plus de 40 ententes avec cinq nations différentes, qui portent notamment sur la protection des habitats naturels et la poursuite des activités traditionnelles dans les territoires ancestraux.

Ces ententes visent également à garantir les retombées économiques de nos projets pour les communautés. À titre d’exemple, la construction du complexe de la Romaine a procuré de l’emploi à une centaine de travailleurs innus et des contrats totalisant près de 500 millions de dollars ont été attribués à des entreprises de la Nation innue.

Si Hydro-Québec peut faire beaucoup, elle ne peut pas tout faire. Nous sommes sensibles aux questions relatives aux droits ancestraux des communautés autochtones. Dans nos relations avec ces communautés, nous tenons compte de l’importance que revêtent ces questions à leurs yeux. Cependant, Hydro-Québec n’a pas l’autorité ou la légitimité de reconnaître ou non ces droits. Cela relève des gouvernements fédéral et provincial.

Cela dit, nous savons que nous pouvons et devons faire mieux. L’histoire d’Hydro-Québec est intimement liée à celle des peuples autochtones du Québec. Son avenir le sera tout autant. Nous continuerons à faire preuve d’ouverture face aux préoccupations et aux ambitions des femmes et des hommes autochtones, ainsi qu’à leurs suggestions, pour améliorer nos façons de faire. Nous sommes déterminés à travailler avec chacun d’eux dans un esprit de partenariat afin de rêver et de construire ensemble notre trajectoire commune.

> Lisez « Hydro-Québec doit arrêter d’ignorer les droits des Premières Nations »

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion