Jeudi dernier, nous apprenions que notre service de halte-garderie communautaire, située à Drummondville, devait fermer ses portes aujourd'hui (mercredi) à la suite d'une plainte et d'une inspection du ministère de la Famille.

Sophie Leboeuf<br><i>L'auteure est une mère de deux enfants (Édouard 4 ans et Clémence, 2 ans) qui fréquentent la halte-garderie Pierre de Lune à Drummondville.</i>

Jeudi dernier, nous apprenions que notre service de halte-garderie communautaire, située à Drummondville, devait fermer ses portes aujourd'hui (mercredi) à la suite d'une plainte et d'une inspection du ministère de la Famille.

Pour donner quatre jours de préavis aux parents, les enfants devaient très certainement être en danger! Pourtant, les locaux, situés au sous-sol, étaient très spacieux et répondaient aux normes de sécurité. L'entreprise qui a gracieusement accepté de nous loger avait fait creuser une sortie de secours afin d'assurer la sécurité des enfants en cas de sinistre. Même, les toilettes étaient adaptées aux tout-petits et étaient hautes comme trois pommes!

Les éducatrices alors, n'étaient pas qualifiées?  Non, toutes avaient leur diplôme en service de garde, en plus de leur carte de compétence en réanimation cardio-respiratoire.

Ah oui, je sais, le ratio enfants/éducatrice était trop élevé... Hum non, les trois groupes comprenaient de six à huit enfants en fonction de l'âge des enfants, ce qui correspond aux normes établit pour les garderies!

Oh, peut-être qu'il n'y avait pas de programme éducatif?  Non plus, la halte suivait un programme reconnu.

Alors, pourquoi avoir fermé un service de garde qui répondait aussi bien aux parents ayant des besoins ponctuels que ceux nécessitant un service à temps plein?  Parce que selon la loi, une halte-garderie ne doit pas accueillir d'enfants à temps plein, point à la ligne!  BRA-VO madame la ministre, vous avez des fonctionnaires super qualifiés, qui appliquent aux doigts et à l'oeil vos directives, ils mériteront sûrement un beau bonus à la fin de l'année!

La grande question maintenant: le Centre communautaire qui administre la garderie a décidé de se conformer et de demander un permis. Reste à savoir dans combien de temps ledit permis sera octroyé.  Très, très bientôt, je l'espère.  Et tant pis pour les parents qui avaient besoin de seulement deux ou trois jours de service par semaine, ceux-là devront payer pour un service à temps plein!  Merci d'avoir si consciencieusement et avec autant d'empressement fermé notre service de halte-garderie communautaire sans but lucratif.