Après le choc, après la tristesse, il y a ce sentiment d'impuissance. Comment en est-on arrivé là ? Que faire ?

Publié le 18 mars 2019
Yves Boisvert LA PRESSE

Ces massacres à l'aveugle dans une mosquée de Québec ou de Christchurch, dans une discothèque de Floride, dans un musée juif... Comment les prévenir ?

Je ne parle pas des tueries « de masse » américaines, qui sont devenues comme une catégorie meurtrière à part dans un pays surarmé. Je ne parle pas non plus des actes terroristes djihadistes structurés, impliquant un commando.

Je parle de ces actes terroristes et de ces crimes haineux qui sont le fait d'un homme seul, radicalisé dans un réseau hermétique, alimenté par une idéologie haineuse qui appelle à la violence, que ce soit Daech ou des complotistes anti-immigration.

La réponse, c'est qu'on ne sait pas vraiment.

Mais en attendant de savoir éradiquer ces tueries, on n'est pas pour autant impuissants devant la haine et les discours haineux.

Et la première chose à faire, c'est de prendre au sérieux la haine qui se répand, même si c'est en vases clos, même si c'est dans des réseaux parallèles.

***

Je répète une évidence, mais la question doit être posée et reposée aux Facebook de ce monde : comment ça se fait que vous êtes capables de ploguer une annonce de souliers de course 15 minutes après que j'ai visité un site d'équipementier sportif et que vous n'êtes pas capable d'interrompre la webdiffusion d'une tuerie en direct ?

Votre algorithme qui est génial pour me vendre des trucs, me semble qu'il devrait être assez bon pour ne pas diffuser l'horreur et se faire complice d'un terroriste. Même chose pour les décapitations de Daech. Etc.

Je n'accepte pas les excuses techniques, elles sont irrecevables.

Les propriétaires des grands réseaux sociaux ont une responsabilité énorme. Ils n'ont plus le droit de se concevoir comme des échangeurs de données passifs.

La vision angélique de la liberté d'expression est caduque : le détournement d'information à des fins d'idéologie violente a cours depuis trop longtemps. Quand on voit de toute manière de quelles bassesses ils sont capables pour accéder à des pays totalitaires, ça l'est encore moins.

Comment des djihadistes ou des gens comme Alex Jones, qui a harcelé les parents des enfants morts à l'école Sandy Hook, ont-ils pu prospérer avec leurs théories du complot haineux sur le web ?

Comment se fait-il que ce qui serait impubliable sur papier est toléré au nom d'une supposée liberté d'expression ?

Les commentaires haineux ont aussi libre cours très souvent dans la section « commentaires » des médias « traditionnels ». Ils répondent pourtant à une déontologie professionnelle et aux règles de la responsabilité civile. Ça non plus n'a aucun sens. Comment des organes de presse qui investissent des moyens conséquents à la collecte et à la diffusion d'informations sérieuses peuvent-ils laisser leur contenu sali par une poignée de sombres idiots ? Si vous ne le faites pas pour l'intérêt général, faites-le pour votre propre réputation : filtrez...

***

Jacinda Ardern, première ministre de Nouvelle-Zélande, a annoncé hier que les lois sur les armes à feu seraient plus strictes. Le petit pays a un taux de possession d'armes à feu relativement élevé, bien que les morts par arme à feu (homicides et suicides) soient relativement rares : 1 par 100 000 habitants, contre 12 aux États-Unis et 2 au Canada.

Mais l'exemple de l'Australie est éloquent, en particulier pour la Nouvelle-Zélande. L'Australie a changé radicalement ses lois sur les armes à feu après une tuerie ayant fait 35 morts en 1996. Un million d'armes ont été détruites volontairement. Plusieurs armes de type militaire ont été bannies. Depuis, le taux d'homicide par arme à feu a diminué de moitié, le taux de suicide par arme à feu, de 80 %, et le pays n'a pas connu d'autre tuerie du genre.

Je sais bien : on ne peut pas tout empêcher. Mais on peut réduire les risques. Rendre le travail des assassins plus difficile.

Il y a encore en vente libre au Canada des armes qui ont servi à des massacres et qui ne servent en principe qu'au tir de loisir. Pourquoi attendre un autre attentat avant de bannir des armes qui ne servent pas à la chasse ?

On a beau ne pas être aux États-Unis, on est pas mal tous dans le même village, on n'est pas différents des gens de Christchurch. Le tueur là-bas en a imité d'autres, dont celui de la mosquée de Québec. Le contexte exige de resserrer encore sérieusement la vente d'armes à feu. Et l'exemple australien nous apprend un truc : ça sauve des vies.

***

La haine est une condition du terroriste, mais elle ne suffit pas. Le terroriste doit déshumaniser sa victime. Sinon il ne peut pas ouvrir le feu, se faire exploser. Ne regarde pas de trop près celui que tu vas tuer, disait le personnage des Justes de Camus. Sinon, tu pourrais voir le grain de sa peau, les poils qu'il a mal rasés, sentir sa respiration...

C'est ça aussi qu'il faut combattre, c'est le plus difficile, c'est à recommencer sans cesse et ça ne garantit rien. Mais c'est notre ouvrage. Combattre le mépris ordinaire, l'ignorance, les généralisations...

C'est plus compliqué quand l'homme le plus puissant du monde est lui-même un puissant vecteur de préjugés et de théories du complot, un banaliseur en chef et un intoxiqué de Fox News.

Mais on n'a pas le choix. Il est temps de prendre toute cette haine au sérieux, d'où qu'elle vienne, de la combattre et de la pourchasser.

L'exemple viendra d'en bas, faut croire...