Source ID:3fa953bc-88dd-48b7-8f00-1ecab3c86be3; App Source:alfamedia

Trop d'immigrants?

La Coalition avenir Québec souhaite faire passer le... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La Coalition avenir Québec souhaite faire passer le nombre d'immigrants de 53 000 à 40 000 par année.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

François Legault pourrait poser une bonne question : le Québec reçoit-il «trop» d'immigrants? Pourquoi en effet accueillir 55 000 étrangers plutôt 32 000? Ou, mettons, 75 000?

Le problème, c'est qu'il répond avant d'avoir posé la question. Et sans la moindre analyse sérieuse, il nous dit qu'il fera passer le nombre d'immigrants de 53 000 à 40 000.

La raison? On ne fait pas un bon travail d'intégration et de francisation. La preuve? Le quart d'entre eux quittent le Québec pour une autre destination canadienne. Des immigrants arrivés au Québec entre 2005 et 2014, à peine 74,8% y étaient encore en 2016, selon les données officielles.

À première vue, il est un peu étrange de dire dans la même phrase : «On ne retient pas assez d'immigrants» et «accueillons-en moins». M. Legault nous explique qu'il veut en accueillir moins, mais les accueillir mieux. Si on leur apprend le français correctement, au moyen de cours gratuits, ils s'intégreront mieux et demeureront ici.

Il n'y a pas de doute que la francisation des immigrants pourrait être mieux faite. Mais est-ce vraiment la raison de l'exode spectaculaire des immigrants québécois?

Si on tourne le regard vers l'est, on aura un indice. Les quatre provinces de l'Atlantique ont un problème de rétention encore plus aigu. Est-ce pour des raisons linguistiques? Évidemment non. C'est pour des raisons d'activité économique.

Déjà, le Québec accueille moins que sa part d'immigrants au Canada (moins de 18% du total, selon les années). Il est vrai que le Canada est, après l'Australie, le pays qui reçoit le plus d'immigrants en pourcentage de sa population - près de 1%. N'empêche, année après année, le poids du Québec diminue.

Faut-il vraiment accélérer le processus?

***

Quand on examine ceux qui restent et ceux qui partent, on se rend compte que les plus instruits, les mieux formés et les plus riches (les investisseurs en particulier) sont ceux qui ont le plus tendance à partir. Ce sont aussi les moins francophones, mais cette donnée est trompeuse : les immigrants francophones sont proportionnellement les moins formés et les moins nombreux parmi les investisseurs. Forcer les nouveaux venus à apprendre le français peut être souhaitable, mais rien n'indique que cela permettra d'améliorer la rétention des immigrants.

Le Québec sélectionne ses immigrants en accordant des «points» supplémentaires aux immigrants francophones. 

Pour les autres, toute mesure de francisation est à envisager, mais n'oublions pas une chose : leurs enfants iront à l'école en français.

Si l'on compte les Québécois dont la langue maternelle est le français, il y a un «déclin» : nous sommes passés de 79,7% à 79,1% entre 2011 et 2016. Mais 87,1% des gens utilisent le français à la maison. Mieux : 94,5% des Québécois parlent français, ce qui signifie pouvoir converser, d'après Statistique Canada.

Ce que ça veut dire? Ça veut dire qu'il faut regarder la question de l'immigration comme dynamique. Il y a une réelle francisation, mais elle se fait sur une génération. Le test de français après trois ans n'y changera rien : les enfants des nouveaux venus parleront français bien avant.

***

M. Legault nous dit qu'il veut réduire le nombre d'immigrants, de crainte que «nos petits-enfants ne parlent plus le français».

Pour ce qui est de ses petits-enfants, pas de mes affaires, mais il devrait passer plus de temps avec eux s'il croit qu'on en est vraiment rendu là...

On n'en est pas là. Les chiffres le montrent, malgré tous ceux qui vous disent : «Il suffit d'aller au coin de Peel et Sainte-Catherine pour se rendre compte qu'on s'anglicise!»

Non, ça ne suffit pas. Presque tous les nouveaux arrivants sont concentrés à Montréal, trop à Montréal, et trop dans certains quartiers de Montréal. Ça crée une illusion d'optique pour les pessimistes.

Je leur suggère plutôt d'aller dans les cours d'école dans Parc-Extension ou dans Côte-des-Neiges. Et d'écouter. C'est là que ça se passe.

Est-ce qu'on consacre assez de ressources à la francisation? Sans doute que non! Mais pourquoi M. Legault et sa CAQ veulent-ils diminuer radicalement le nombre d'immigrants, au lieu d'avoir l'ambition de les franciser et de les sélectionner?

On ne sait pas sur quelles bases ses chiffres ont été concoctés.

On dira : 53 000 aussi c'est arbitraire. Oui et non. C'est un pourcentage même pas proportionnel de l'immigration canadienne. Ça ne tient même pas compte du faible taux de rétention. Et ça ne répond même pas aux besoins de main-d'oeuvre criants. Demandez à Régis Labeaume ce qu'il en pense...

***

«Au Québec, c'est rendu qu'on ne peut plus discuter du seuil d'immigration sans se faire taxer de xénophobie!» vous dira-t-on.

Faux.

On peut en parler. On doit en parler.

Mais quand on sort des mesures arbitraires, qui ne sont appuyées par aucune analyse sérieuse, ça ressemble à un message codé aux électeurs. 

Quelque chose comme : on est en train de perdre notre identité, on est envahis.

Ce n'est pas vrai.

Et c'est ça qui est détestable dans la promesse de François Legault : l'absence d'arguments rationnels, l'appel à la peur de disparaître, à la peur de l'autre.

Petit, vous dites?

Minuscule. Et rapetissant.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer