Source ID:424d8792-93e1-4fba-9f24-3a4343d40e2e; App Source:alfamedia

À la défense de Gaétan Barrette

« Je peux vous garantir qu'il y aura au... (photo robert skinner, archives la presse)

Agrandir

« Je peux vous garantir qu'il y aura au moins un cas dans les six prochains mois où quelqu'un ne sera pas admis dans l'avion. Pourquoi ? Parce que quiconque est agité, drogué ou sous l'influence de quoi que ce soit ne sera pas autorisé à monter à bord, sous aucun prétexte, ça n'arrivera pas. Et ça arrive tout le temps », a dit Gaétan Barrette il y a deux semaines.

photo robert skinner, archives la presse

Je n'aime pas Gaétan Barrette.

J'ai commenté mille fois les méthodes de bully du ministre de la Santé et je suis encore fier d'avoir été le premier à le surnommer « Gaétan Trump », tant le mépris des deux hommes pour leurs adversaires politiques est semblable dans sa virulence.

Permettez que je le défende, aujourd'hui.

M. Barrette discutait récemment avec des gens de sa circonscription de la modification - salutaire, nécessaire - d'une politique qui interdisait souvent aux citoyens de régions éloignées de monter à bord des avions-ambulances de l'État, quand leurs enfants malades ou blessés étaient évacués vers des hôpitaux de Montréal ou de Québec.

L'affaire avait fait grand bruit, l'hiver dernier, après un reportage de mes collègues Gabrielle Duchaine et Philippe Teisceira-Lessard. Leur article portait sur le préjudice ainsi causé, principalement, aux autochtones.

> Lisez l'article «Une pratique d'évacuation "barbare"»

Une Blanche avait ensuite écrit à La Presse pour raconter qu'en 2008, elle avait été séparée de son fils, évacué d'urgence du Nord-du-Québec. Matteo était monté seul dans l'avion-ambulance. Catherine Hudon avait dû prendre un vol commercial...

> Lisez la lettre de Catherine Hudon

Et Matteo avait rendu l'âme en vol, dans l'avion-ambulance.

Extrait de sa lettre : « Je n'étais pas là pour lui dire que je l'aimais. Pour qu'il entende dans son subconscient la voix de sa maman. Il avait 2 ans et il était probablement terrorisé. »

***

Pas besoin de vous faire un dessin pour vous faire comprendre à quel point ces séparations ponctuelles pouvaient être stressantes et inhumaines. L'enjeu des avions-ambulances de l'État a fait les manchettes, fin janvier, début février.

Avec la froideur cassante qui le caractérise, Gaétan Barrette avait d'abord déclaré en février que tout cela était bien triste, mais que rien n'allait changer : trop cher, trop compliqué, désolé, ça n'arrivera pas...

Mais le gouvernement a bien vu l'inhumanité de cette situation et il a trouvé une solution, les avions ont été réaménagés et le règlement, changé.

Les parents peuvent désormais monter à bord des avions-ambulances de l'État, quand leur enfant est évacué vers le « Sud ».

Mais voilà, il y a deux semaines, lors d'une rencontre avec des citoyens dans sa circonscription, Gaétan Barrette se fait poser des questions sur cette affaire.

Il évoque alors le Nunavik, la vaste région où habitent les Inuits du Québec. Il prévient ses interlocuteurs : c'est sûr que prochainement, quelqu'un va se faire refuser l'accès à bord d'un avion-ambulance, mais ça n'aura pas rapport avec une politique...

« Je peux vous garantir qu'il y aura au moins un cas dans les six prochains mois où quelqu'un ne sera pas admis dans l'avion, a-t-il dit, selon CBC et Le Devoir. Pourquoi ? Parce que quiconque est agité, drogué ou sous l'influence de quoi que ce soit ne sera pas autorisé à monter à bord, sous aucun prétexte, ça n'arrivera pas. Et ça arrive tout le temps. »

Mis au courant des propos de Gaétan Barrette, le maire de Kuujjuaq, chef-lieu du Nunavik, riposte en demandant l'éjection de Barrette du Conseil des ministres : « Je trouve que c'est un commentaire raciste, a dit Tunu Napartuk. Il généralise et il applique des stéréotypes à tout un peuple. »

> Lisez un article sur la réaction de M. Napartuk (en anglais)

Quant à Ellen Gabriel, militante mohawk, elle a eu ces mots lapidaires : « C'est du racisme et du colonialisme à son meilleur. »

Ouf...

Par où commencer ?

Par une évidence, tiens. Le racisme envers les autochtones est une réalité qui dérange, dans ce pays. Ce que les autochtones ont subi, tous ces efforts de déracinement et d'effacement au fil des siècles, est bel et bien un génocide culturel, selon les mots de la Commission de vérité et réconciliation et de l'ex-juge en chef de la Cour suprême Beverley McLachlin. On ne le dira jamais assez : génocide culturel.

Cela étant dit, j'ai beau lire et relire les propos de M. Barrette, je ne vois ni le racisme, ni le colonialisme, ni les stéréotypes qu'on lui reproche.

La consommation de drogues est quatre fois plus élevée dans le Nunavik que dans le reste du pays. Les Inuits du Nunavik boivent moins que les autres Canadiens, mais quand ils boivent, ceux qui le font avec excès (binge drinking) une fois par année y sont deux fois plus nombreux (88 %) qu'ailleurs. Ceux qui boivent avec excès une fois par semaine sont trois fois plus nombreux dans le Nunavik (24 %) qu'ailleurs au Québec.

> Consultez des statistiques sur le sujet (en anglais)

Et les problèmes de consommation d'alcool dans le Nunavik sont si grands que certaines communautés interdisent carrément la vente d'alcool sur leur territoire.

Je cite un extrait d'une réflexion de l'IPQ - ilusiliriniqmi pigutjiutini qimirruniq -, une initiative de santé du Nunavik à propos de l'alcool chez les Inuits : « [Cela] explique certains des comportements plus à risque observés, entre autres, les actes criminels, la négligence parentale, la violence, l'abus physique et sexuel, les accidents et la conduite avec facultés affaiblies. La conséquence de ces comportements est un taux de mortalité reliée à la consommation d'alcool qui est quatre fois plus élevé au Nunavik qu'ailleurs au Québec. »

> Visitez le site de l'IPQ

Bref, dans ce contexte particulier au Nunavik, où l'alcool et la drogue font plus de ravages que dans le « Sud », est-ce perpétuer un stéréotype que de souligner que des personnes pourraient se présenter à la porte d'un avion-ambulance alors qu'elles sont sous l'effet de l'alcool ou de la drogue ?

Non.

Ce qui est raciste, c'est de penser que les autochtones ont une prédisposition « naturelle » à se geler. Ce qui est colonialiste, c'est de ne pas reconnaître que le génocide culturel commis par les gouvernements des Blancs a encore des effets en 2018, comme ces immenses problèmes sociaux qu'on gèle en buvant, en se droguant. Ce qui entraîne d'autres problèmes sociaux...

Je n'ai pas entendu Gaétan Barrette dire ça, je ne l'ai pas entendu nier cela.

Il a simplement évoqué l'immense prévalence de problèmes liés à la consommation de drogue et d'alcool dans le Nunavik. Est-ce que certains de ces problèmes pourraient mener à des interdictions de vol ?

Fort probablement.

Est-ce que ça arrive « tout le temps », comme le ministre l'a affirmé ? Je ne sais pas.

Mais dans un coin du Québec où on se tue quatre fois plus à cause de la consommation d'alcool, on peut penser que ce n'est pas de la science-fiction.

***

La réalité des ravages de l'alcool et de la drogue est bien connue dans le Nunavik. Elle n'y est pas niée. Permettez que je cite un leader inuit de Kuujjuaq, en mars 2015, dans le journal Nunatsiaq News, dans un article qui évoquait une très légère baisse des crimes liés à la consommation d'alcool...

> Lisez l'article du Nunatsiaq News (en anglais)

« L'alcool a eu tellement d'impacts négatifs dans le Nord. Nous avons tous eu une expérience personnelle de ces impacts. Je crois qu'il va falloir plusieurs générations avant que notre peuple ne s'habitue à consommer de l'alcool. »

Qui a dit ça ?

Le maire de Kuujjuaq, Tunu Napartuk.

Eh oui, le même M. Napartuk qui a accusé Gaétan Barrette de « généraliser » à propos des « stéréotypes » concernant la consommation de drogue et d'alcool chez les Inuits.

C'est bien pour dire.

***

Gaétan Barrette s'est excusé pour ses propos.

Il n'aurait pas dû, mais les Québécois savent désormais qu'il est capable de contrition...

> Lisez l'article «Barette s'excuse»

«J'ai beau lire et relire les propos de M. Barrette, je ne vois ni le racisme, ni le colonialisme, ni les stéréotypes qu'on lui reproche.»





la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer