Si le gouvernement s'imagine qu'il ne mettra que le doigt dans le tordeur sans que le bras y passe au grand complet, il se trompe. Il joue avec le baril de poudre identitaire.

Michèle Ouimet LA PRESSE

Seront bannis de la fonction publique et parapublique la kippa, le turban, le voile, le voile et le voile. Au nom de la sacro-sainte laïcité et de l'égalité homme-femme. Comme si l'égalité entre les hommes et les femmes et le caractère laïc des institutions étaient en péril.

Et la religion catholique? Elle a droit à un traitement de faveur, protégée par l'immense fourre-tout de l'histoire et du patrimoine. Le crucifix sur le mur de l'Assemblée nationale? Patrimoine. La croix sur le mont Royal? Patrimoine. Les noms des villes qui commencent par saint? Histoire. On ne touche pas. Protégés.

Pourquoi ne pas enlever le crucifix de l'Assemblée nationale? Pourquoi ne pas donner l'exemple? Pourquoi soustraire les bons catholiques à la loi et demander aux autres de laisser leur religion - trop voyante - au vestiaire?

Les catholiques pourront même porter leur croix si elle n'est pas ostentatoire, alors qu'une kippa, un turban ou un voile est toujours ostentatoire. Ils n'ont pas encore inventé de voile assez petit pour qu'il ne soit pas ostentatoire ou de mini kippa qui passerait le test de la visibilité religieusement acceptable.

La chasse aux signes religieux est ouverte. Pas de kippa, de grosse croix, de turban et de voile dans les garderies, les écoles primaires et secondaires, les hôpitaux, les cégeps, les universités, les bureaux du gouvernement et les municipalités.

Pourtant, il n'y a pas de crise identitaire au Québec. Montréal a besoin de balises, surtout dans les commissions scolaires, pas d'une interdiction vaste comme l'océan. Pourquoi ratisser aussi large? Pour charmer l'électorat francophone de souche allergique à la différence, la base électorale des Mario Dumont de ce monde?

Combien d'employés portent des signes religieux ostentatoires? Dix pour cent? Vingt? Où travaillent-ils? Dans les écoles? Les garderies? Le ministre Drainville l'ignore. Le gouvernement n'a aucun chiffre. Il part en guerre en ignorant où se trouve l'ennemi et s'il est nombreux.

La Charte des valeurs soulève des problèmes épineux.

-Le terme ostentatoire. Le ministre a tenté une définition: «Ce qui est très apparent, très démonstratif et qui envoie un message religieux.» Flou à souhait. Et subjectif. Les petites croix seront autorisées, a précisé le ministre. Fort bien. Mais à partir de quelle grosseur une croix n'est-elle plus petite? Cinq centimètres? Dix? Qui va se promener avec un ruban à mesurer pour vérifier qu'aucun jupon religieux ne dépasse? «Le gros bon sens et la discussion vont faire le travail», a dit M. Drainville. Drôlement optimiste, le ministre.

- Le droit de retrait. Les universités, les cégeps, les hôpitaux et les municipalités auront le droit de se soustraire à la loi. On risque de se retrouver avec une ville à deux vitesses. À Montréal, il y aura des hôpitaux à voile, à turban et à kippa, et d'autres, expurgés de tout signe religieux. Même chose pour les universités et les cégeps. Ne risque-t-on pas de créer des ghettos? Des cégeps à voile et des cégeps pas de voile?

Combien d'institutions vont utiliser le droit de retrait? Pourquoi les écoles primaires et secondaires ne peuvent-elles pas s'en prévaloir? «Parce que les enfants sont plus jeunes et plus influençables», a répondu le ministre. Mais en quoi une kippa menace-t-elle le caractère laïc d'une école? Ce qui compte, c'est que la religion ne soit plus enseignée au primaire et au secondaire. C'est ça qui garantit le caractère laïc d'une école, pas la suppression de tout signe religieux.

-Les exceptions. Le gouvernement a prévu des exceptions incompréhensibles. La prière dans les conseils municipaux, par exemple. M Drainville s'est crispé quand un journaliste lui a posé la question. On voyait quasiment la sueur couler sur son front.

«Le gouvernement réfléchit», a-t-il répondu. Il réfléchit pour la prière, mais il n'hésite pas une seconde à éliminer les signes religieux des sikhs, des juifs et des musulmans. «Nous sommes tous Québécois», a insisté le ministre. Oui, tous Québécois, surtout les catholiques.

Et les écoles religieuses que le gouvernement subventionne à tour de bras? Une autre exception. Pourquoi?

C'est dans ces zones grises, ces exceptions, que le gouvernement va s'enfarger et qu'un Québec à deux vitesses risque d'émerger. Les candidats à la mairie de Montréal ont été unanimes: ils ont tous l'intention d'utiliser le droit de retrait. La Ville de Montréal sera donc à voile et à kippa, alors que le reste de la province sera javellisé.

Et qui va faire la police? Qui va sillonner les corridors des écoles pour s'assurer qu'aucun voile, aucune kippa ne compromettent la laïcité et l'égalité homme-femme? Et que risqueront les délinquants? Une contravention?

Qui va les émettre? Une police de la religion?

Je pose de nouveau la question: pourquoi ratisser aussi large? Où est le danger?