Ne prenons pas de détours inutiles : la deuxième saison de la comédie Trop vous plaira autant que la première, qui a été relayée l'automne dernier à Radio-Canada.

Publié le 20 mars 2018
Hugo Dumas LA PRESSE

La scénariste Marie-Andrée Labbé connaît encore mieux ses personnages, dont les deux héroïnes, les soeurs Isabelle (Évelyne Brochu) et Anaïs (Virginie Fortin). Le ton «pur bonheur» - c'est la traduction officielle de feel good - est demeuré intact, tout comme le dosage entre l'humour et la tendresse.

Les abonnés de l'Extra de Tou.tv pourront dès demain engouffrer les 13 épisodes de cette touchante et comique série qui rendra cet hiver interminable beaucoup moins pénible.

On n'a pas assez dit à quel point Virginie Fortin est bonne dans son rôle de jeune femme bipolaire. Ce rôle aurait pu s'avérer casse-cou et caricatural. Mais non. Virginie Fortin l'a rapidement très bien cerné. À ses côtés, la talentueuse Évelyne Brochu offre un contrepoids parfait. On croit vraiment à leur lien de soeurs qui s'appuient l'une sur l'autre.

La deuxième saison de Trop démarre quelques mois après la fin de la première. Non, Anaïs n'a pas déménagé, et les deux soeurs repoussent cette date fatidique. Anaïs s'active maintenant à développer sa carrière d'artiste. Son copain Romain (Pierre-Yves Cardinal) a dû s'absenter pour un long tournage, ce qui déstabilise notre flamboyante Anaïs, encore fragile et instable.

Maintenant codirectrice de La Station avec Myriam (Anne-Marie Cadieux), Isabelle amorce une phase intense d'affirmation de soi. Trouvera-t-elle l'amour dans les bras du séduisant nutritionniste Charles (Jean-Philippe Perras)?

Plusieurs autres nouveaux personnages débarquent dans l'univers éclaté de Trop, dont la psychologue Hélène (Élyse Marquis), qui encourage Marc-Antoine (Éric Bruneau) à se sevrer de la belle Isabelle.

François Létourneau s'amène au quatrième épisode avec un personnage complexe, arrogant et provocant. Il incarne Louis St-Amand, le nouveau coordonnateur surqualifié de La Station, un homme gai macho qui n'a visiblement pas été sensibilisé à l'effet #moiaussi.

Germain Houde se glisse dans la peau du papa d'Anaïs et d'Isabelle, tandis que Jean-François Provençal, des Appendices, devient le partenaire de course d'Anaïs, le mésadapté Olivier.

Macha Limonchik, alias Rachel, arrivera vers la fin et Anaïs la croisera dans une thérapie de groupe.

Si vous avez un coup de blues, il suffit d'un épisode de Trop pour vous remettre sur le piton. L'effet est quasi immédiat, vous verrez. À la télé traditionnelle de Radio-Canada, Trop 2 passera vraisemblablement à l'automne.

Ne jamais lâcher prise

Parlant de remède efficace contre la dureté de l'hiver, j'ai terminé le visionnement complet de la deuxième saison de Lâcher prise sur l'Extra de Tou.tv. Et j'aurais dévoré 13 épisodes supplémentaires d'un seul coup s'ils avaient été disponibles (et si l'auteure Isabelle Langlois les avait pondus, bien sûr).

Ce deuxième chapitre est encore plus délicieux que le premier. La langue de Madeleine (excellente Sylvie Léonard) claque encore plus fort. Ses répliques acérées décapitent tout être humain vivant dans un rayon de cinq mètres autour d'elle.

La dynamique entre Madeleine et le couple formé par Kevin (Éric Paulhus) et Éric (Simon Lacroix) est hilarante. Et l'entrée de Valérie (Sophie Cadieux) en thérapie lui offre des scènes formidables à jouer.

Ce n'est pas étonnant que Lâcher prise rafle tous les Gémeaux. C'est bien écrit, bien joué, bien réalisé, bien emballé, bien punché, bien drôle. Rien à redire là-dessus.

Les personnages secondaires ont davantage nourri l'intrigue comique cet hiver. Je pense à Chouchoune (Suzanne Champagne), au papa Gilles (Gildor Roy), à l'ancien coanimateur de Madeleine (Éric Bernier), ainsi qu'au couple à la dérive formé par Simon (Jean-Moïse Martin) et Josiane (Christine Beaulieu). Il ne faut pas non plus oublier Jean-François (Emmanuel Schwartz), le frère parasite - mais très divertissant - de Simon.

Par contre, où est passée la rousse Alexa (Catherine Paquin-Béchard)? On l'a vue au tout début dans les cours de méditation guidée. Puis, elle s'est sauvée avec la voiture de Valérie et on l'a perdue dans la brume. S.O.S. Alexa!

Yé trois heures, on farme!

C'est la fin des aventures alcoolisées des barmaids à MusiquePlus. La direction du Groupe V Média a rencontré le producteur Simon Sachel pour l'informer que sa populaire docuréalité ne reprendrait pas les ondes à l'automne pour une troisième saison.

Adieu, donc, à l'humour pince-sans-rire de Vanessa, aux robes à lacets de Carolane, aux tannants de Marilyne et aux ongles griffus de toute la distribution. J'avoue, je suis déçu. Cette émission m'a beaucoup diverti.

«À la base, Barmaids, c'était une série événementielle. Il n'était même pas censé y avoir une deuxième saison. Je pense que la boucle a été bouclée», explique le porte-parole du Groupe V Média, Michaël Majeau.

Par contre, bonne nouvelle pour la docuréalité Huissiers, qui a été reconduite pour l'automne. Les «vedettes» Benoît Gauthier, Michel Gaucher et Guy Aidans reviendront, mais pas Sarah Delisle, qui n'était pas disponible pour les nouveaux tournages.