La patronne des Productions J, Julie Snyder, le jure au bout du fil: elle n'a pas du tout été avisée ni même consultée dans cette histoire du retrait de YouTube de la vidéo gore de La voix qui a été bricolée et mise en ligne par Les Satiriques.

Hugo Dumas LA PRESSE

«C'est un collègue aux Productions J qui a reçu la directive tard hier [dimanche] soir. C'était une exigence de TVA de faire enlever la vidéo. Moi, je n'avais pas encore vu le clip. J'ai été mise au courant de l'affaire pendant Accès illimité», explique la démone blonde en entrevue à La Presse.

Pour ceux qui ont raté cette saga, la voici en résumé éclair. Peu de temps avant le début de La voix, dimanche soir, le duo Les Satiriques, qui a réalisé les effets spéciaux du Bye Bye, a téléversé une séquence truquée de 30 secondes mettant en vedette la candidate Annie Chartrand, celle qui a pété les plombs devant les juges lors des auditions à l'aveugle.

Dans l'imaginaire hollywoodien des Satiriques, cette Annie se métamorphose en zombie vert et gueule encore plus fort, faisant ultimement exploser la tête de Jean-Pierre Ferland.

C'était fort bien exécuté. Même Ariane Moffatt, coach à La voix, a gazouillé son appréciation de ce court film de monstres. Pourtant, la vidéo a disparu du web le temps de crier «r'virez-vous d'bord». Raison: violation de droits d'auteurs. Un montage parodique des meilleurs drames de La voix, compressés en 50 secondes, a aussi été retiré du site web cliqueduplateau.com pour les mêmes raisons.

Sur Twitter et Facebook, la colère a grondé dimanche soir: est-ce possible d'être à ce point susceptible et de manquer autant d'humour? YouTube regorge d'extraits de La voix ayant été diffusés à TVA et personne n'en a fait de cas jusqu'à présent. Pourquoi alors cibler précisément le travail des Satiriques et celui de la Clique du Plateau?

Ah oui, n'oubliez pas ceci: c'est Louis Morissette, persona non grata à TVA, qui produira l'émission des Satiriques à Télé-Québec la saison prochaine. Vraiment, on se croirait dans une adaptation 2.0 de La guerre des clans. Équipe Québecor d'un côté, les adversaires de l'autre. Et que le tweet le plus assassin gagne!

TVA a finalement admis hier matin que le retrait était une erreur, car «cette vidéo demeure une critique humoristique qui a sa place dans l'univers social». De son côté, Julie Snyder se désolait d'avoir eu à payer le prix de cette bourde.

«On m'a accusée de tout, on a dit que je n'avais pas d'autodérision. Ça fait 30 ans que je fais de la télévision. Marc Labrèche m'a interviewée en moi-même, j'ai chanté avec RBO, j'ai produit la captation télévisée de Revue et corrigée où l'on se moquait de moi. J'ai même travaillé pour Louis Morissette et Véronique Cloutier afin de faire libérer les droits de Toi + moi pour le Bye Bye 2012. Ce n'est pas ma décision, je n'y suis pour rien. Tout ça s'est passé très vite, c'était dimanche soir et je n'étais pas au bureau. Mais c'est moi qui en subis les contrecoups», explique Julie Snyder.

Après le brouhaha, Julie Snyder a bien sûr visionné la capsule des Satiriques. «Je la trouve très drôle. J'espère juste que la concurrente est correcte avec ça», note l'animatrice et productrice.

Parlant de La voix, ç'aurait fait de la maudite bonne télévision si Jon Bon Jovi avait visité le plateau à la place de la popstar sur le déclin Nelly Furtado. Imaginez maintenant Marc Dupré entonner Livin' on a Prayer avec le rockeur chevelu ou Marie-Mai s'époumoner sur Bad Medecine avec la star du New Jersey. Le plafond du studio aurait levé, c'est clair.

Soyons honnête ici: sans la présence de cette vedette internationale, la dernière édition de Tout le monde en parle aurait été vraiment ordinaire. Ça manquait de piquant chez Guy A. Lepage, en comparaison avec la semaine dernière. Question comme ça: la jeune femme en rouge assise derrière Jon Bon Jovi a-t-elle survécu au passage du chanteur? Les larmes qu'elle a versées se comptaient en litres, je pense bien.

L'amour est dans les BBM

C'est un peu passé inaperçu dans le tourbillon de nouvelles qui a soufflé la semaine dernière. Reste que la deuxième saison de L'amour est dans le pré a démarré jeudi soir sur les chapeaux de roue (de tracteur). Le premier épisode, programmé à 20h sur V, a intéressé 626 000 téléspectateurs, battant Prière de ne pas envoyer de fleurs à Radio-Canada (508 000) et chauffant sérieusement On connaît la chanson à TVA (825 000).

À 21h, le deuxième épisode de L'amour est dans le pré (c'était un programme double pour la Saint-Valentin) a été suivi par 714 000 adeptes. Dans cette case horaire, V a planté le Dr House de TVA (434 000) et l'émission Enquête de la SRC (271 000). Il n'y a pas que l'amour qui est dans le pré. Le succès aussi.