Vous pensez, je le sais, que je ne déteste pas les sujets licencieux, ce que vous ne savez pas, c'est que, souvent, c'est même pas moi qui commence. Tenez, hier matin, je prenais mon café dans le semi-coma qui suit mon réveil, quand ma fiancée m'a demandé: Vas-tu aller voir le show du Crazy Horse? Ce disant, elle m'a montré, à la une de La Presse, qu'elle était en train de lire, une demi-douzaine de poupounes qui serraient de près un monsieur qui avait tout à fait l'air d'un maquereau corse ou yougoslave.

Pierre Foglia LA PRESSE

Qu'est-ce que le Crazy Horse, mon amour?

Elle a compris que je ne faisais pas la bête et s'est mise en devoir de m'expliquer. De toutes mes fiancées dans la vie, c'est celle-ci, et de loin, qui aura été la plus pédagogique.

D'abord, commença-t-elle, les Crazy Girls doivent toutes mesurer cinq pieds et six pouces et demi.

Ben là! À peu près toutes les filles que je connais, y compris toi, mon amour, mesurent exactement cinq et six et demi.

Oui, mais c'est après que ça se complique. Elles doivent évidemment avoir des seins parfaits et cela ne suffit pas, imagines-tu qu'il doit y avoir très précisément 27 cm entre les pointes de leurs seins...

Entre les pointes et quoi?

Entre les deux pointes, latéralement. Tu prends un ruban à mesurer, tu le déroules de la pointe d'un sein à l'autre pointe... Elle est allée chercher le ruban pour me montrer sur elle, mais par-dessus son t-shirt, c'est une pédagogique, ma fiancée, pas une foutue exhibitionniste, je ne le supporterais pas d'ailleurs.

Mais c'est sur le Net, en anglais, qu'on a trouvé la follerie la plus folle à propos des soi-disant mensurations obligatoires pour être acceptée comme Crazy Girl... Paraît que pour être acceptée, the length of the two arms combined - la longueur des deux bras mis bout à bout - should match - doit équivaloir - that from the top of the head to the crotch - la longueur combinée des deux bras de la fille doit équivaloir à la distance entre le dessus de sa tête et sa crotch.

Essayez avec votre fiancée, j'ai essayé avec la mienne, j'ai même appelé d'ex-fiancées pour qu'elles se mesurent, ça marche pas! Il y a forcément une erreur quelque part. À moins d'avoir une fiancée qui a eu la thalidomide dans les deux bras. Ou qui a la noune aux genoux. Ça marche pas.

Vous voulez mon avis? Ils disent n'importe quoi sur le Net. On parle de la fin des journaux papier? Croyez-moi, vous allez vous ennuyer de leur sérieux et de leurs chroniques documentées.

NAISSANCES Je vous bassine depuis le début du printemps avec mon couple de porcs-épics qui, vous disais-je, aura son bébé vers la fin mai. C'est écrit dans mon livre sur les mammifères du Québec: le petit du porc-épic (un seul rejeton par couple, les jumeaux sont rares) naît entre mai et juin.

Eh ben rien du tout! Sont toujours dans leur arbre, mais pas de bébé. Soit ce sont des vieux qui ont choisi mon bois comme maison de retraite, soit ce sont des gais.

Je vous ai pas parlé aussi de la ratonne laveuse qui nous visite depuis le début du printemps, fout le bordel la nuit sur la galerie, depuis quelques semaines, les tétines qui lui pendouillent sous le ventre nous disaient assez clairement qu'elle avait des petits.

Elle est venue nous les montrer avant-hier soir. On l'a vue déboucher de derrière la grange suivie de quatre petits nonos masqués, adorables bien sûr, le raton laveur, cet emmerdeur pilleur de poubelles, fouteur de bordel dans les granges et les garages, fabrique parmi les plus beaux bébés de la création.

Les quatre petits bandits marchaient en troupeau derrière elle, collés les uns aux autres, ondulant d'un seul dos. Elle nous les a amenés sur la galerie: sont beaux, non?

Sont écoeurants, ma fille.

De la galerie, elle est allée à notre grand hêtre, les a installés sur une haute branche où ils ont joué un peu à la couraille et puis se sont endormis.

Hier matin, ils étaient partis.

LA CULTURE Il y a deux ans, et sans que cela ne dérange personne pendant deux ans, pour les besoins de la pochette de son CD, un groupe rock du Québec a pastiché un chef-d'oeuvre de Delacroix en remplaçant, par photomontage, la tête d'un émeutier qui tient un fusil par celle d'Amir Khadir. En remplaçant aussi la tête d'un soldat qui gît au premier plan par celle de Jean Charest.

Cela a donné aussi une affiche que la fille d'Amir a rapportée à la maison pour la montrer, l'offrir à son père.

Les flics sont tombés sur l'affiche lors d'une perquisition au domicile des Khadir, et un journal en a fait sa une en titrant: Khadir armé, Charest mort.

La moitié du Québec s'est indignée on ne sait trop de quoi. L'autre moitié s'est indignée aussi: de la mauvaise foi de la première moitié. Chicane qui a conforté ceux qui avancent que la droite, la gauche est en train de diviser le Québec autant que la question nationale, plus que la religion, la race, les accommodements raisonnables.

Ce n'est pourtant pas une histoire de droite ou de gauche, de posture conservatrice ou libérale, ce n'est pas affaire d'opinion, il n'y a pas dans cette non-histoire le plus petit espace de discussion, de débat, cela ne peut pas relever de l'opinion.

De quoi alors?

D'un état culturel. Ce n'est pas la droite et la gauche qui sont en train de creuser les plus grands fossés dans notre société, c'est la culture.

Le fossé entre deux cultures?

Non, celui, vertigineux, entre culture (de droite ou de gauche) et pas de culture.