Un bijou, j'allais dire comme d'habitude, mais encore plus un bijou que d'habitude : Darwin aux Années Lumière, dimanche dernier, à la radio de Radio-Canada (1). Et sertie dans ce bijou d'émission, une perle : le reportage de Chantal Srivastava en Louisiane sur le créationnisme.

Mis à jour le 12 févr. 2009
Pierre Foglia LA PRESSE

Le créationnisme : lèpre ésotérique et religieuse qui ravage le sud des États-Unis, pas seulement le sud et pas seulement les États-Unis, mais oui quand même, surtout cette Bible Belt où sévissent tant de charlatans qui se réclament de plus de 200 familles et sous-familles religieuses différentes, protestants orthodoxes, évangélistes, baptistes, méthodistes, luthériens, pentecôtistes, presbytériens, adventistes, épiscopaliens et quoi encore. Ils ont presque tous en commun de prendre la Bible au pied de la lettre, de croire en particulier que Dieu a créé - d'où le créationnisme - a créé le monde, la terre, la mer, le ciel, les espèces, l'homme.

C'est faux. Dieu, même s'il existe, n'a pas créé l'homme qui vient du singe, Dieu n'a pas créé le singe qui vient du crocodile, Dieu n'a pas créé le crocodile, etc. On le sait depuis la fin du 18e siècle par Lamarck, on en a eu la certitude scientifique absolue 50 ans plus tard par Darwin et son irréfutable théorie de l'évolution.

Important : cette certitude scientifique ne va pas contre Dieu, pas contre la foi, pas contre la religion, le pape n'est pas créationniste, le pape comme la grande majorité des catholiques, des protestants, des orthodoxes, des hindouistes, des musulmans, des juifs, le pape est un fan de Darwin. (Mais W. Bush ne l'était pas.)

Important : la science, aucune science, n'a jamais rien prouvé sur l'existence ou la non-existence de Dieu. Notons que quatre des plus grands savants de tous les temps, Galilée, Newton, Einstein, Darwin, croyaient en Dieu.

Important encore : si le créationnisme est une lèpre, un voile noir, ce n'est pas tant dans son catéchisme enfantin - les anges ont créé l'univers - que dans le dessein, dans le complot politique, extrêmement intelligent qu'ont ourdi les créationnistes pour imposer leur croyance comme une science et, c'est bien là le pire, l'enseigner.

C'est ce que montre le reportage de Chantal Srivastava en Louisiane: une entreprise délibérée d'abrutissement des masses, des lois qui viennent tout juste d'être passées au Nouveau-Mexique, en Louisiane, en Iowa, bientôt au Texas, pour que le créationnisme devienne une croyance scientifique équivalente à la théorie de l'évolution, en fait bien supérieure puisque accréditée par Dieu.

C'est un peu comme si on enseignait à l'école primaire que la Terre est peut-être une grosse boule, mais peut-être aussi, comme le croient certains scientifiques, qu'elle est totalement plate. On laisserait les enfants choisir entre une boule et une galette, mais en ajoutant que Dieu, lui, pense que c'est une galette.

Le scandale est dans la manoeuvre toute orwellienne (1), notait justement un invité des Années Lumière, manoeuvre qui consiste à dénoncer le dogmatisme des scientifiques ! Orwell appelait ça : la force de l'ignorance.

On ne peut pas permettre d'enseigner que la Terre est peut-être plate quand on sait de façon certaine qu'elle ne l'est pas...

Ah! Voyez! Vous êtes dogmatique!

On ne peut pas permettre d'enseigner le créationnisme quand on sait de façon certaine depuis Darwin que l'Homme descend du singe (ou de l'escargot)...

Ah !Voyez!Vous êtes dogmatique.

Ce qui stupéfie, c'est que pas loin de la moitié des Américains croient aux folleries folles du créationnisme. 150 millions d'Américains croient que pouf, l'univers a été créé il y a environ 6000 ans, de quelques coups de baguette magique. Ils croient que l'homme ne descend pas du singe (ou de l'escargot), mais qu'il est tombé de la main de Dieu.

150 millions d'Américains. La plus grande démocratie du monde, la plus libre, la plus éclairée. Me lisez-vous bien? La plus éclairée.

Maintenant imaginez le Yémen.

LE GRAND CANYON - J'ai déjà donné un cours d'éducation physique à des enfants trisomiques, une demi-douzaine de petites filles de 8 ou 9 ans qu'on tenait par la main en les faisant marcher sur une poutre à deux pieds du sol, elles nous serraient les doigts à nous les casser comme si elles étaient sur un fil au-dessus du Grand Canyon, et si follement fières et heureuses de leur exploit qu'au bout de la poutre elles nous prenaient dans des embrassades qu'on ne pouvait desserrer qu'en promettant de leur faire retraverser, à l'instant, le Grand Canyon. Mon collègue qui avait des enfants disait que celles-là lui donnaient plus d'affection en 45 minutes que durait notre cours, que les deux siens - normaux - depuis qu'ils étaient nés.

Tout cela pour dire, on s'en étonnera, que je ne comprends pas ce que les parents d'enfants trisomiques ont contre le test de dépistage prénatal qui dira aux femmes enceintes de tous âges si leur bébé sera ou non atteint de trisomie-21. Pourquoi refuser aux femmes le choix de se faire avorter ou de garder le bébé en toute connaissance de cause?

Se pourrait-il qu'entre eugénisme et angélisme, entre Greta l'égérie des SS qui rêve d'un petit Aryen blond sans une imperfection, et le couple chrétien pro-vie qui se roule à terre de bonheur à l'idée d'avoir un merveilleux petit bébé trisomique si merveilleusement différent, se pourrait-il que la majorité des parents ne soient pas très chauds à l'idée d'avoir un enfant à qui il va falloir faire traverser le Grand Canyon toutes les cinq minutes?

Pour ceux-là, vous ne pensez pas que ce test apparaît comme un progrès de la science?

Tiens, encore la science. Tiens, encore la morale et la religion.

(1) Radio Canada célébrait dimanche le 200e anniversaire de la naissance de Darwin.

(2) Orwellien : à la manière de George Orwell dans 1984, ce roman prophétique où triomphe le parti de Big Brother, dont les trois devises sont : la guerre c'est la paix, la liberté c'est l'esclavage et la troisième, si pertinente ici : l'ignorance c'est la force.