Le Québec a besoin de gens comme Raymond Talbot et Gilles Lafond. Ces deux hommes d'affaires accomplis refusent de prendre leur retraite. M. Talbot, 60 ans, a acheté une boulangerie il y a quelques années. Et Gilles Lafond, 68 ans, s'apprête à acquérir sa huitième entreprise en partenariat.

Stéphane Champagne, collaboration spéciale LA PRESSE

Ils le font pour la jeunesse québécoise, pour ceux qui feront rouler le Québec inc. de demain.

Raymond Talbot a possédé plusieurs entreprises. Il est surtout connu pour avoir vendu les librairies Champigny au groupe Renaud-Bray. Cherchant à diversifier ses activités, il a mis la main sur la Boulangerie Renaud en 1986 pour ensuite la revendre à Weston en 2000.

Amoureux du pain, l'entrepreneur a décidé en 2006, à 54 ans, d'acquérir la boulangerie Auger de Saint-Jérôme. C'est sa fiducie qui a financé la transaction. «Je ne voulais pas reprendre les opérations quotidiennes. Je veux quand même profiter un peu de la vie. Mais j'ai été là cinq ans, le temps d'accompagner mon fils Guillaume, qui est aujourd'hui le patron de la boulangerie», dit Raymond Talbot pour qui «entreprendre est une passion qu'on aime renouveler».

Quant à lui, Gilles Lafond dit vivre actuellement les plus belles années de sa vie. Il est sur le point d'acheter une entreprise dans le secteur de l'acier avec un jeune homme qui cherchait un mentor. «De fil en aiguille, je me suis retrouvé à être celui qui le finance», dit-il.

Gilles Lafond a fait le deuil de sa toute première entreprise. «J'ai passé le flambeau à mon fils il y a 15 ans. Mais après, on se pose des questions. On ne peut pas passer sa vie à jouer au golf. Ce qui m'allume, c'est d'aider les autres. C'est pour ça que j'accompagne des jeunes dans l'achat d'entreprises. Je mets à profit ce que j'ai longtemps prêché», explique celui qui a été président du Groupement des chefs d'entreprise du Québec.