Pour réussir une opération minière, il faut des travailleurs spécialisés et des tonnes de machinerie. On doit aussi avoir les bons outils dans son ordinateur pour cartographier, estimer, modéliser et planifier le tout. Dans l'industrie, plusieurs choisissent de réaliser ces tâches avec le logiciel québécois Promine.

Publié le 24 août 2015
Simon Lord LA PRESSE

Promine sert à planifier les opérations de sautage ou de forage, par exemple, et à créer ou organiser des modèles géologiques. On l'utilise principalement dans le domaine des mines souterraines.

«Notre logiciel va par exemple lire les données créées à partir des carottes de forage et recréer ces forages en trois dimensions. On peut alors visualiser les teneurs en minerai et le type de roche le long des trous, selon la profondeur», explique Yvan Dionne, président de Promine.

Le module de géologie permet également d'évaluer la quantité de minerai présent dans le sous-sol analysé, ainsi que la valeur de celui-ci.

L'autre grand module du logiciel, celui d'ingénierie minière, permet par exemple de planifier les forages ou sautages, l'arpentage et l'élaboration de galeries.

Pour l'instant, Promine est vendu comme un logiciel avec une licence annuelle pour un nombre maximal d'utilisateurs - par exemple, de un à cinq ou de six à dix. À partir du 1er janvier 2016, toutefois, la formule devrait changer.

«On fera des licences par utilisateur, dit Yvan Dionne. Ce sera moins contraignant pour nos clients.»

Côté interface, Promine s'intègre à AutoCAD. C'est en quelque sorte un module d'extension. Il s'agit d'une façon de faire peu commune, puisque la plupart des logiciels de géologie ou de planification minière sont autonomes, c'est-à-dire qu'ils fonctionnent d'eux-mêmes, sans avoir besoin d'un logiciel tiers auquel se greffer.

L'approche du développeur québécois présente plusieurs avantages, selon lui. «D'abord, AutoCAD offre déjà des outils de dessin et d'annotations pour imprimer, dit Yvan Dionne. On préfère créer un logiciel qui peut utiliser ces fonctionnalités plutôt que de tout développer à partir de zéro. Ça nous permet d'offrir Promine à meilleur prix.»

Ensuite, la courbe d'apprentissage est plus douce pour les nouveaux utilisateurs, car ils n'ont pas à réapprendre une nouvelle interface. Il faut dire qu'AutoCAD est déjà très utilisé dans tous les domaines d'ingénierie.

Bon nombre d'universités et de cégeps canadiens initient leurs étudiants à Promine parce qu'il est largement utilisé dans l'industrie minière. En Amérique du Nord, en Amérique latine et en Afrique, plus d'un millier d'utilisateurs se servent du logiciel conçu à Québec.

L'entreprise compte parmi ses clients des géants comme Goldcorp, Capstone Mining, Iamgold et De Beers.

Promine a aussi servi à faire l'arpentage, la cartographie et la modélisation des forages au diamant de la mine Opinaca, à l'est de la baie James. Elle est entrée en production cette année.

«C'est la plus grande mine d'or souterraine au Canada, dit Yvan Dionne. Dès le départ, les responsables ont décidé d'utiliser Promine.»

Promine en chiffres

Nombre d'employés: 14

Chiffre d'affaires (2014): 1,4 million

Fondée en: 1993

Nombre de clients (minières et consultants): 70

Nombre d'utilisateurs: 1000 professionnels du secteur

Proportion de la clientèle qui se trouve au Québec: 25%

Proportion de la clientèle qui se trouve en Amérique du Nord (Canada, États-Unis, Mexique): 75%

Des fonctionnalités pour avoir bonne mine

Comment les spécialistes miniers intègrent-ils le logiciel Promine dans leur travail? Donald Laroche, ingénieur minier, explique les tâches courantes que le logiciel lui permet de réaliser, de la cartographie du sous-sol à l'extraction du minerai.

«Au tout début, on fait des forages sur le terrain», dit-il.

Les géologues analysent ensuite les données recueillies dans les carottes et produisent un contour géologique, une carte qui trace les limites des différentes couches de roche et indique où se trouve le minerai dans le sol.

«Avec ces informations, on est ensuite capables d'utiliser Promine pour faire un dessin en 3D des rampes et des galeries, c'est-à-dire les tunnels, que l'on doit construire pour être en mesure d'aller chercher le minerai», explique Donald Laroche.

La prochaine étape est de planifier dans quelle séquence les tunnels seront creusés et d'inscrire l'information dans le logiciel. Promine facilite également la planification des opérations de sautage.

«Avec le logiciel, on peut dessiner les plans pour illustrer où doivent être placés les explosifs.»

Ces informations en main, les mineurs sur le terrain sont en mesure de savoir comment faire le sautage. Ils installent alors les chargent explosives, fragmentent la roche et déblaient les tunnels.

«Puis, les arpenteurs retournent dans la mine et font le relevé des nouvelles galeries et rampes, poursuit Donald Laroche. Avec Promine, on peut donc maintenant dessiner des cartes de la mine pour savoir où on en est rendus par rapport au plan initial.»

Le logiciel facilite par ailleurs certaines tâches qui doivent être accomplies pour respecter la réglementation québécoise du domaine minier.

Au Québec, la législation est notamment très sévère en ce qui a trait aux caractéristiques des plans que l'on doit remettre aux responsables des opérations sur le terrain. Certaines informations doivent s'y retrouver, comme les dimensions des galeries ou le type de soutènement dans les tunnels.

«Ce ne sont pas tous les logiciels qui peuvent réaliser ce type de plan, mais Promine permet de le faire facilement.»

PHOTO FOURNIE PAR PROMINE

Modélisation 3D au moyen du logiciel de Promine.