Source ID:6d5c3be6-b149-41cb-bc65-1a3d136b0d11; App Source:alfamedia

Un boom industriel stimulé par le REM

Le Réseau express métropolitain (REM) comptera cinq stations... (Image fournie par le Réseau express métropolitain)

Agrandir

Le Réseau express métropolitain (REM) comptera cinq stations dans l'arrondissement montréalais de Saint-Laurent. Un coup d'oeil sur la station du Technoparc.

Image fournie par le Réseau express métropolitain

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Saint-Laurent

Économie

Saint-Laurent

La concurrence mondiale est vive sur la planète « innovation », et les décideurs économiques de Saint-Laurent veulent amener les entreprises manufacturières de cet arrondissement montréalais à prendre le virage technologique pour rendre leurs usines plus « intelligentes ». »

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Le Réseau express métropolitain (REM) comptera cinq stations dans l'arrondissement montréalais de Saint-Laurent et on en voit déjà les effets, particulièrement près de la gare A40. Mais au lieu d'être principalement résidentiels, comme c'est le cas ailleurs, les investissements seront plutôt industriels. Ce projet de revitalisation pourrait rapporter près de 1 milliard en retombées économiques sur 20 ans et créer 5000 emplois.

C'est du moins la conclusion d'une étude commandée par Développement économique Saint-Laurent (DESTL). L'organisme prévoit bâtir, près de la gare A40, le « quartier intelligent du manufacturier innovant », avec bâtiments intelligents, trottoirs chauffants, utilisation de l'énergie solaire, aménagement des rues pour les piétons et les cyclistes, etc.

Pas question de faire comme de nombreux secteurs à Montréal et les environs en misant sur un TOD (Transit-Oriented Development) résidentiel. Ce sera plutôt un TOD industriel.

« Ce secteur a besoin d'être revitalisé, mais comme il y a peu de terrains industriels à Montréal, on veut conserver nos zones d'emploi, indique Luc Duguay, directeur général par intérim de DESTL. Mais il y aura une ouverture à la mixité d'usages, avec un peu de place pour le résidentiel et les activités commerciales. Je pense par exemple à un hôtel et à des commerces de proximité. »

DESTL se penchera prochainement sur les moyens de maximiser les retombées économiques des autres gares.

Saint-Laurent, dont l'économie est diversifiée avec de grands acteurs en aéronautique, en technologies de l'information et dans le domaine biopharmaceutique, est donc l'un des secteurs du Grand Montréal qui bénéficiera grandement du tracé du REM.

« Il y a de la congestion actuellement et il fallait investir dans les transports en commun pour diminuer le nombre de voitures sur les routes et augmenter la mobilité. » - Luc Duguay

ATTRACTION ET RÉTENTION DE MAIN-D'OEUVRE

Par contre, depuis plus d'un an, avec la « multiplication des cônes orange » à Montréal, se rendre à Saint-Laurent est devenu « très complexe », constate Éric Daigneault, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Saint-Laurent-Mont-Royal. Et en 2020, la ligne de train de banlieue Deux-Montagnes ne traversera plus l'arrondissement en raison des travaux du REM.

« Avec la pénurie de main-d'oeuvre, c'est difficile de recruter et de retenir les gens actuellement à Saint-Laurent, qui est au milieu de Montréal, affirme M. Daigneault, également directeur général de la Quincaillerie Richelieu à Saint-Laurent, qui compte plus de 350 employés. La réorganisation du territoire est importante, mais Saint-Laurent le paye très cher. »

La mise en service du REM amènera d'autres défis.

« Les gens deviendront soudainement super mobiles et pourront aller travailler facilement à Brossard, par exemple, alors il faut s'assurer de continuer à attirer des entreprises de l'avenir sur le territoire. » - Éric Daigneault

VIRAGE TECHNOLOGIQUE

Parmi les éléments attractifs, Éric Daigneault pense au Technoparc.

« C'est un joyau de Saint-Laurent et je suis très préoccupé que la mairesse de Montréal souhaite centraliser l'administration des parcs industriels, parce que le Technoparc, grâce à son côté technologique, est à part des autres. »

Pour assurer la pérennité des entreprises existantes, DESTL travaille aussi sur le virage technologique.

« Depuis un an, DESTL aide les PME manufacturières à faire un diagnostic et à réaliser un petit projet technologique, pour ensuite avoir l'assurance d'en faire un plus gros », explique Luc Duguay.

Le quartier intelligent du manufacturier innovant viendra aussi jouer un rôle dans ce virage.

« Il y a des projets pour aider les entreprises manufacturières du territoire, comme une vitrine technologique », ajoute M. Duguay.

Les investissements en recherche et développement ont crû de 117 % à Saint-Laurent en 2017. Il y a plus de 110 000 personnes qui travaillent dans les 4500 entreprises de Saint-Laurent, dont plus de 600 sont manufacturières.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer